www.classicToulouse.com
Articles
 
Chanson d'amour
Sabine Devieilhe
Alexandre Tharaud
N. Ludford
Heavenly Songes
La Quintina
L. van Beethoven
Fantaisie pour piano,
chœur et orchestre
Triple Concerto
Laurence Equilbey, dir.
G. F. Haendel
Agrippina
Il Pomo d'Oro
Maîtrise de Notre-Dame
de Paris
Notre-Dame, Cathédrale
d'émotion
D. Chostakovitch
Symphonie n° 8
Orchestre national du
Capitole de Toulouse
Tugan Sokhiev, direction
L. van Beethoven
Trios n° 5 et 7
Renaud Capuçon, violon
Gautier Capuçon, cello
Franck Braley, piano
J. S. Bach
Suites pour violoncelle
Maitane Sebastián
H. Berlioz
La Damnation de Faust
John Nelson, direction
C. Nougaro
Autour de minuit
Chœur Archipels
Claire Suhubiette, direction
D. Chostakovitch
M. Weinberg
Quintettes avec piano
Mūza Rubackytė
Mettis String Quartet
T. L. de Victoria
Requiem
La Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
Benjamin Bernheim
Récital
J. S. Bach, F. Chopin
Influences
Laurence Oldak, piano
P. Burgan
Sphères, Le Lac, Vagues
L. van Beethoven
Quatuors à cordes
"Razumovsky" n° 7 et n° 8
Quatuor Ebène
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
 

 

Disques/CD / G. B. Pergolesi - A. Scarlatti - Les Passions
Jean-Marc Andrieu, direction
     

Le divin poème de la douleur

Les Passions, Orchestre baroque de Montauban, fondé en 1986 par le flûtiste à bec Jean-Marc Andrieu, poursuit sa démarche déterminée d’exploration des répertoires baroques. Aussi attentif aux chefs-d’œuvre du Grand siècle français qu’à la riche production latine, il aborde ici la musique sacrée napolitaine, celle du 18ème siècle italien, que les résonances profondes placent en quelque sorte en marge des grands divertissements musicaux et comiques de la péninsule. Giovanni Battista Pergolesi et Alessandro Scarlatti sont ici habilement rapprochés.

Deux grandes pièces vocales constituent les piliers de cette nouvelle production : le Stabat Mater de Giovanni Battista Pergolesi et le Salve Regina d’Alessandro Scarlatti. La Sinfonia à 4, purement instrumentale, également de Scarlatti, sert en quelque sorte de transition entre ces deux motets sacrés qui évoquent l’image de la Vierge et des souffrances qu’elle endure. Il est troublant de constater que ces deux pièces majeures de compositeurs différents possèdent en commun la tonalité de fa mineur, considérée par Marc Antoine Charpentier comme « Obscure et plaintive » et par Jean-Philippe Rameau comme « Convenant à la tendresse et aux plaintes ».

O

Le rôle primordial des deux voix solistes s’avère considérablement lié à la relation de timbre, de style, de phrasé, de vibrato qui s’établit entre les chanteurs. Jean-Marc Andrieu a fait appel, pour cette double célébration sacrée en hommage à la Vierge, à la soprano Magali Léger et au contreténor Paulin Bündgen. Leurs interventions s’accordent parfaitement. Non pas que les deux voix se confondent, bien au contraire. Ce que l’on constate, en particulier dans les duos, c’est leur complémentarité. A la pureté tantôt angélique, tantôt ardente de la soprano se joint la couleur chaleureuse du contreténor.

Le célébrissime Stabat Mater a légitimement fait la gloire de Giovanni Battista Pergolesi. Ce brillant compositeur, fauché par la tuberculose à l’âge de 26 ans, a accompli avec cette œuvre un véritable miracle de musicalité et d’émotion. Ce « divin poème de la douleur », qualifié ainsi par Vincenzo Bellini, fut l’objet d’une commande de la Confraternité de Saint-Louis du Palais. Son écriture réunit un ensemble de qualités du plus haut niveau. Jean-Marc Andrieu, ses musiciens et ses solistes choisissent d’offrir ici la version originale, intimiste, recueillie de cette émouvante prière. L’effectif instrumental réduit soutient les voix sans les écraser. Les duos, en particulier, touchent profondément la sensibilité de chacun. Le Stabat Mater dolorosa, qui ouvre l’œuvre, fait de ses dissonances, suivies de leur résolution, les stigmates de la douleur. Le duo Quis es homo frappe le cœur au plus profond. L’épisode final, Quando corpus moritur, conduit de la peur de la mort à l’action de grâce avec un Amen de lumière.
Dans le Salve Regina de Scarlatti, l’alternance des voix apporte cette diversité de timbres qui confère à l’œuvre sa richesse et la diversité de son expression. La plainte alterne avec la résignation. Les deux voix trouvent l’apogée de leur émotion dans l’épisode final O clemens dans lequel la sensibilité des interprètes touche profondément.
Entre les deux oratorios, la courte Sinfonia à 4 de Scarlatti établit une sorte de lien instrumental d’une très belle qualité. La même tendresse, la même émotion s’y manifestent.
Voici donc un témoignage sensible et raffiné du culte marial avec les plus belles productions musicales de la période baroque.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 21 septembre 2019

 

Infos
 


G. B. Pergolesi
Stabat Mater
A. Scarlatti
Salve Regina
Ligia- Lidi 0202345-19
Prix Fnac : 16,99 €

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index