www.classicToulouse.com
Articles
 
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
J. S. Bach
Concertos pour claviers
D. Fray, E. Christien
A. Vigoureux, J. Rouvier
Ensemble à cordes de
l'Orchestre du Capitole
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
P. Burgan
Les Spirituelles
Cantique des Cantiques
Méliades
G. P. Cima
Concerti Ecclesiastici
Les Sacqueboutiers
J. Adams
Leila Josefowicz, violon
David Robertson, direction
B. Bartók
Renaud Capuçon, violon
François-Xavier Roth, dir.
H. Berlioz
Les Troyens
Direction John Nelson
C. Debussy
The complete work
J. Reubke
Mūza Rubackytė, piano
Olivier Vernet, orgue
J. Brahms
Hélène Dautry, violoncelle
Sandra Chamoux, piano
F. Mendelssohn
Quatuor Arod
A. Berg & J. Brahms
Jérôme Comte, clarinette
Denis Pascal, Piano
G. F. Haendel
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
F. Schubert
Sonates D. 960 et D. 784
Denis Pascal, piano
G. Verdi
Aïda
Opéra de Rome
Georg Solti
F. Schubert - A. Dvořák
Münchner Philharmoniker
Sergiu Celibidache, dir.
G. Meyerbeer
Grand Opéra
Diana Damrau
S. Rachmaninoff
Concertos pour piano n° 2
et n° 3
Khatia Buniatishvili, piano
Czech Philharmonic Orch.
Paavo Järvi, direction
J. Haydn
Les Sept Dernières Paroles
du Christ en Croix
Orchestre de Chambre de
Toulouse
Gilles Colliard, direction
P. A. Giacobetti
Lamentazioni
Ensemble Scandicus
M. Ravel / C. Debussy
L'Enfant et les sortilèges
L'Enfant prodigue
Père Michel-Marie
Bonjour la vie !
G. Mahler
Le Chant de la Terre
Jonas Kaufmann
Wiener Philharmoniker
Jonathan Nott, direction
4 Cities
Fazil Say, piano
Nicolas Altstaedt, cello
Sonya Yoncheva
Haendel
Erik Satie
Sébastien Llinares
Thibaut Garcia
Leyendas
 

 

Disques/CD /Mozart, Haydn - MozHayique - Yves Rechsteiner, orgue,
Henri-Charles Caget, percussions
     

Duo inattendu et inventif

Réunir Haydn et Mozart sur un même album CD, rien de plus logique. Réaliser ce dialogue dans un programme construit autour de l’orgue n’est déjà pas très courant. Ajouter des percussions au roi des instruments a de quoi surprendre a priori ! Néanmoins le résultat ménage de bien belles découvertes.

Les habitués du festival international Toulouse les Orgues verront dans cette parution le prolongement d’une association fertile et imaginative qui a occupé quelques belles soirées automnales de la Ville rose. Yves Rechsteiner, directeur artistique du festival, est à ici la console de l’orgue Kuhn de la cathédrale de Berne. Son compère, le percussionniste Henri-Charles Caget, le rejoint dans cette suite de duos apparemment iconoclastes, mais finalement bien dans l’esprit des deux compositeurs, si proches et si liés par une amitié authentique et profonde.

O

Comme l’indique Yves Rechsteiner, à propos des sessions d’enregistrement, « Quelques fois, quand les castagnettes se déchaînaient au milieu d’une sonate pour piano, nous demandions pardon à Wolfgang Amadeus en imaginant qu’il aurait bien rigolé s’il avait été là. »
C’est bien l’impression que laisse l’écoute de cette parution ! Le choix des pièces arrangées par les interprètes eux-mêmes, obéit en outre à une logique musicale imparable. Ainsi les deux opus qui ouvrent le programme empruntent les chemins épicés d’esprit du grand Joseph Haydn.

En particulier, on ne peut que sourire d’aise à l’écoute de la transcription de l’Andante de la Symphonie « La surprise » (n° 94) dont les deux compères explicitent l’irrésistible sens de l’humour. Quoi de plus évident, également, que l’introduction de la percussion dans le Rondo Alla Turca de Sonate K 331 de Mozart ?
Pas moins de cinq extraits de symphonies de Haydn bénéficient de ce traitement astucieux ou inattendu qui explicite le caractère de chaque pièce, comme le tic-tac de la Symphonie « L’horloge », ou la ponctuation renforcée du Presto de la Symphonie « Oxford ».
La transposition du piano à l’orgue, comme dans le touchant Rondo en la mineur K 511 de Mozart, fait l’objet d’un soin tout particulier de la part de l’interprète. C’est également le cas de la géniale Fantasia K 475 à laquelle les percussions apportent leur soutien. Discrètes lorsque le texte musical prend un caractère de méditation, mais efficacement présentes dans les moments dramatiques.
Cette parution porte bien son nom en forme de jeu de mot : MozaHayique !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 24 mars 2019

 

Infos
 


MozHayique : Mozart et Haydn
1 CD Paraty
108175
Enr. 2018
Prix : 12 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index