www.classicToulouse.com
Articles
 
S. Rachmaninoff
Concertos pour piano n° 2
et n° 3
Khatia Buniatishvili, piano
Czech Philharmonic Orch.
Paavo Järvi, direction
J. Haydn
Les Sept Dernières Paroles
du Christ en Croix
Orchestre de Chambre de
Toulouse
Gilles Colliard, direction
P. A. Giacobetti
Lamentazioni
Ensemble Scandicus
M. Ravel / C. Debussy
L'Enfant et les sortilèges
L'Enfant prodigue
Père Michel-Marie
Bonjour la vie !
G. Mahler
Le Chant de la Terre
Jonas Kaufmann
Wiener Philharmoniker
Jonathan Nott, direction
4 Cities
Fazil Say, piano
Nicolas Altstaedt, cello
Sonya Yoncheva
Haendel
Erik Satie
Sébastien Llinares
Thibaut Garcia
Leyendas
F. Chopin
David Fray
I. Stravinsky
Concerto pour violon
Œuvres violon-piano
Liana Gourdjia, violon
A.-E. Blanchard
Magnificat à la Chapelle
Royale - Les Passions
les éléments
Jean-Marc Andrieu, dir.
Patrick Burgan
Requiem
Martha Argerich &
Itzakh Perlman
Schumann, Brahms, Bach
Anna Netrebko
Verismo
Opera Gold
100 Great Tracks
The Great Placido Domingo
Compilation Warner
Martha Argerich & Friends
Lugano 2015
Yehudi Menuhin
100ème Anniversaire
Toulouse Wind Orchestra
Blue Apple
E. Satie
Complete Edition
F. Schubert
Winterreise
In Memoriam Jon Vickers
Reis Glorios
L’influence de la musique
arabe dans la mythologie
occitane
Les Sacqueboutiers
P. Burgan
1213 - Bataille de Muret
Les Sacqueboutiers
Scandicus, Quinte et Sens
R. Jurié, P.-Y. Binard
L. Vierne
Mūza Rubackytė
Oeuvres pour piano solo
M. Ravel
Bertrand Chamayou
Complete works for
piano solo
W. A. Mozart
Yasuko Uyama-Bouvard,
pianoforte
Stéphanie Paulet, violon
Renaud Capuçon
Orchestre de Paris
Paavo Järvi, direction
Lalo, Sarasate, Bruch
B. Smetana, A. Dvořák
Duo Solot
Adolf Busch &
Busch Quartet
The complete Warner
Recordings
Noël Français
La Maîtrise de Toulouse
Mark Opstad, direction
 

 

Disques/CD / Haydn, Le Sept Dernières Paroles du Christ en Croix
Orchestre de Chambre de Toulouse, Gilles Colliard, direction
     

Haydn sacré par L’Orchestre de Chambre de Toulouse

Commandée à Joseph Haydn en 1786, la partition sacrée Die sieben letzten Worte unseres Erlösers am Kreuze (Les Sept Dernières Paroles du Christ en Croix), connut de multiples orchestrations de la part de son compositeur. L’Orchestre de Chambre de Toulouse, dirigé par Gilles Colliard aborde ici, avec conviction et dramatisme, la version pour orchestre à cordes.

Cette œuvre magistrale fut d'abord écrite pour orchestre (Catalogue Hoboken XX-01), puis réécrite pour quatuor à cordes (l'opus 51) en 1786-1787 (Catalogue Hoboken XX-02). Une réduction pour clavier en a été faite avec l'approbation de Joseph Haydn (Catalogue Hoboken XX-03), enfin elle fut reprise par le compositeur sous forme d'oratorio (pour quatre voix solistes, chœur mixte et orchestre) en 1795-1796 (Catalogue Hoboken XX-04).

O

La version la plus fréquemment exécutée de nos jours reste celle pour quatuor à cordes. La partition originale fut l’objet d'une commande pour l'office du Vendredi Saint 1786 célébré dans l'église Santa Cueva de Cadix en Espagne. Il s'agit là de l'une des premières commandes au compositeur provenant de l'étranger. Haydn encadre les sept mouvements correspondant aux sept paroles sacrées par une introduction et un finale, le Terremoto ou tremblement de terre. La création eut lieu à l'église de Santa Cueva de Cadix l'année suivante, puis toujours en 1787 à Vienne en Autriche.

Dès les premières mesures de l’Introduction, les musiciens toulousains s’emparent de l’œuvre avec une conviction irrépressible, parfois même avec révolte. Les contrastes sont avivés, les phrasés acérés, accompagnés par une grande économie de vibrato. Chaque parole reçoit son interprétation propre. La pulsation, comme un battement de cœur, accompagne chaque intervention. A la tendresse touchante de « En vérité, je te le dis, tu seras avec moi dans le Paradis » ainsi que celle de « Femme, voici ton fils, puis, Voici ta mère » correspond l’étrange ballade imprégnée d’angoisse de « J’ai soif ». L’ultime parole « Père, entre tes mains je remets mon âme » traduit ici une sorte d’acceptation, de sérénité même. Elle s’achève sur un pizzicato murmuré. Le Terremoto conclut l’œuvre dans un impressionnant vertige, imprégné de drame et de révolte.
Voici une interprétation convaincante à la fois par sa vitalité et la tragédie qui la sous-tend.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 30 juillet 2017

 

 

Infos
 


J. Haydn
Les Sept Dernières Paroles du Christ en Croix
Klarthe Records K 038
Prix FNAC : 16 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index