www.classicToulouse.com
classic toulouse
Articles
 
M. Ravel
Musique de chambre
instrumentale intégrale
Ensemble Sésame
O. Messiaen
Vingt Regards sur
sur l'Enfant-Jésus
Bertrand Chamayou, piano
Quatuors pour trois...
Antoine Mourlas,
Marie Olivon, pianos
Hector Burgan, violon
Cyrielle Golin, violoncelle
K. Weill - D. Chostakovitch
Rotterdam Philharmonic
Orchestra
Lahav Shani, direction
W. A. Mozart
Sonates pour piano,
Intégrale
Elisabeth Leonskaja
L. Godowsky
K. Szymanowsky
Dmitri Makhtin, violon
Mūza Rubackytė, piano
S. Prokofiev, E. Denisov
P. Juon, Y Kornakov
Sandrine Tilly, flûte
Anne Le Bozec, piano
Edgar Moreau
Transmission
Luzerner Sinfonieorchester
Michael Sanderling, dir.
J. S. Bach
Variations Goldberg
Jean Rondeau
J. Brahms
Concertos n° 1 et 2 pour
piano et orchestre
Mūza Rubackytė, piano
Lithuanian National
Symphony Orchestra,
Renato Balsadonna
Stefan Lano, direction
Andreas Bauer Kanabas
Récital "Love and Despair"
E. Pénicaud
Les 4 saisons d'un
musicien ermite
Toulouse Wind Orchestra
Best of
J. S. Bach - G. F. Haendel
Sabine Devieilhe, soprano
Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
D. Chostakovitch
24 Préludes et Fugues
R. Stevenson
Passacaglia on DSCH
Igor Levit, piano
F. Chopin
Etudes op. 25 - 4 Scherzi
Beatrice Rana, piano
A. Vivaldi
Ensemble Baroque de
Toulouse, Michel Brun, dir.
Caroline Champy Tursun,
mezzo-soprano
J. Brahms
Concertos pour piano
et orchestre n° 1 et n° 2
Orchestra of the Age of
Enlightenment
András Schiff, piano et dir.
J. Valette de Montigny
Grands Motets
Ensemble Antiphona
Rolandas Muleika, direction
Jean Rondeau
Melancholy Grace
F. Schubert
Winterreise
Joyce Di Donato
Yannick Nézet-Séguin
Les Sacqueboutiers
Dominique Visse
La Lyre Amoureuse
Fatma Said
El Nour
Alexandre Tharaud
Le poète du piano
Lawrence Brownlee
Michael Spyres

Amici e Rivali
L. Godowsky
K. Szymanowsky
Mūza Rubackytė, piano
Thibaut Garcia, guitare
Aranjuez
Orchestre nat. du Capitole
Ben Glassberg, direction
Bertrand Chamayou, piano
Good Night
La Vanità del Mondo
Philippe Jaroussky
Artaserse
Chanson d'amour
Sabine Devieilhe
Alexandre Tharaud
N. Ludford
Heavenly Songes
La Quintina
L. van Beethoven
Fantaisie pour piano,
chœur et orchestre
Triple Concerto
Laurence Equilbey, dir.
G. F. Haendel
Agrippina
Il Pomo d'Oro
Maîtrise de Notre-Dame
de Paris
Notre-Dame, Cathédrale
d'émotion
D. Chostakovitch
Symphonie n° 8
Orchestre national du
Capitole de Toulouse
Tugan Sokhiev, direction
L. van Beethoven
Trios n° 5 et 7
Renaud Capuçon, violon
Gautier Capuçon, cello
Franck Braley, piano
J. S. Bach
Suites pour violoncelle
Maitane Sebastián
H. Berlioz
La Damnation de Faust
John Nelson, direction
C. Nougaro
Autour de minuit
Chœur Archipels
Claire Suhubiette, direction
D. Chostakovitch
M. Weinberg
Quintettes avec piano
Mūza Rubackytė
Mettis String Quartet
T. L. de Victoria
Requiem
La Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
 

 

Disques/CD / Olivier Messiaen - Vingt Regards sur l'Enfant-Jésus
Bertrand Chamayou, piano
     
COUP DE CŒUR
   

Visions magiques

C’est peut-être lors des défis qu’il se lance que Bertrand Chamayou révèle avec le plus d’éclat l’étendue de ses talents de pianiste, de musicien authentique. L’intégrale du cycle des Vingt Regards sur l’Enfant-Jésus d’Olivier Messiaen n’est pas des moindres. Ce nouvel album de l’enfant de Toulouse vient à point confirmer l’étendue d’une imagination musicale féconde, d’un sens aigu de l’analyse, tout comme de la synthèse. L’interprète, particulièrement à l’aise dans les répertoires contemporains, nous livre ici une réflexion autour d’une œuvre majeure du XXème siècle qu’il accompagne judicieusement d’un bouquet bienvenu de partitions hommages.

On se souvient avec émotion du chalenge qu’a constitué pour le pianiste l’exécution de l’intégrale des Années de Pèlerinage de Franz Liszt au cours d’une même journée. Autre défi, celui du concert-spectacle donné en 2010 au musée Les Abattoirs de Toulouse, dans le cadre du festival Piano aux Jacobins et consacré aux musiques les plus actuelles et les plus diverses. Rappelons en outre que Bertrand Chamayou, qui offre dans le livret de cet album un très beau et très éclairant commentaire, est un familier de cette œuvre dont il avait donné une interprétation marquante en 2009 dans la cadre du festival Messiaen du Pays de la Meije.

O

Le défi s’avère ici concentré sur une même idée musicale. Celle qui a guidé toute la production d’un Olivier Messiaen, à la fois profondément religieux, passionné d’ornithologie et affecté de synesthésie, ce phénomène neurologique qui associe fortement sons et couleurs.
Si le contenu spirituel du cycle des Vingt Regards se fonde sur les paroles de la Bible et des Evangiles, les couleurs et les chants d’oiseaux n’en sont pas absents. L’écoute continue de cette brillante et profonde interprétation révèle tout un monde spirituel et musical d’une richesse infinie qui touche tout autant les croyants que les non croyants.

De la sérénité de la première pièce Regard du Père à l’exaltation finale de Regard de l’Eglise d’amour, la palette expressive sur laquelle Bertrand Chamayou puise les couleurs de son toucher éblouit par son invention et sa variété. La perfection technique se place ici au service d’un texte musical d’une richesse inouïe. Le scintillement associé au mystère du Regard de l’étoile, la tendresse mais aussi l’inquiétude qui émanent du Regard de la Vierge, en disent long sur cette aptitude à multiplier les atmosphères les plus diverses. Le charme extatique du Baiser de l’Enfant-Jésus adoucit comme un baume la terrifiante Parole toute puissante.
Une fois encore on admire la subtilité avec laquelle l’interprète adapte son toucher, intense ou léger, à l’épisode évoqué. On admire surtout le déploiement sans limite de la part du pianiste des couleurs d’une écriture aussi riche que raffinée.
En outre, Bertrand Chamayou insère cette exécution magistrale entre cinq pièces contemporaines dédiées par leurs auteurs à Olivier Messiaen. Live Ear Emission !, du jeune compositeur et pianiste américain Anthony Cheung, s’avère d’une ardente virtuosité dans le style même de Messiaen. Rain Tree Sketch II, du grand Tōru Takemitsu disparu en 1996, s’écoute comme une belle méditation poétique. Alors que la plus fine transparence caractérise l’écriture de Cloche d’adieu et un sourire… de Tristan Murail, la miniature …humble regard sur Olivier Messiaen du vétéran hongrois György Kurtág évoque une tendre confidence. Enfin le Britannique Jonathan Harvey (disparu en 2012), avec son Tombeau de Messiaen, mêle au piano des sons électroniques dans un langage par instants cataclysmique.
Bien entourée par ces hommages, l’interprétation des Vingt Regards sur l’Enfant-Jésus par Bertrand Chamayou marque l’histoire de l’enregistrement de cette œuvre majeure, d’autant plus que sa qualité technique est à la hauteur de celle de l’exécution.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 6 juin 2022

 

Infos
 


Olivier Messiaen
Vingt Regards sur l'Enfant-Jésus
Bertrand Chamayou
Album 2 CD
ERATO - Warner Classics
Enr. 2021-2022
Prix FNAC : 17,99 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index