www.classicToulouse.com
Articles
 
Chanson d'amour
Sabine Devieilhe
Alexandre Tharaud
N. Ludford
Heavenly Songes
La Quintina
L. van Beethoven
Fantaisie pour piano,
chœur et orchestre
Triple Concerto
Laurence Equilbey, dir.
G. F. Haendel
Agrippina
Il Pomo d'Oro
Maîtrise de Notre-Dame
de Paris
Notre-Dame, Cathédrale
d'émotion
D. Chostakovitch
Symphonie n° 8
Orchestre national du
Capitole de Toulouse
Tugan Sokhiev, direction
L. van Beethoven
Trios n° 5 et 7
Renaud Capuçon, violon
Gautier Capuçon, cello
Franck Braley, piano
J. S. Bach
Suites pour violoncelle
Maitane Sebastián
H. Berlioz
La Damnation de Faust
John Nelson, direction
C. Nougaro
Autour de minuit
Chœur Archipels
Claire Suhubiette, direction
D. Chostakovitch
M. Weinberg
Quintettes avec piano
Mūza Rubackytė
Mettis String Quartet
T. L. de Victoria
Requiem
La Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
Benjamin Bernheim
Récital
J. S. Bach, F. Chopin
Influences
Laurence Oldak, piano
P. Burgan
Sphères, Le Lac, Vagues
L. van Beethoven
Quatuors à cordes
"Razumovsky" n° 7 et n° 8
Quatuor Ebène
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
 

 

Disques/CD / Hector Berlioz - La Damnation de Faust –
John Nelson, direction
     

The Nelson’s Damnation

Dans la plaquette d’accompagnement de ce très beau coffret, un entretien avec le chef d’orchestre John Nelson nous donne le point de vue du musicien sur cette légende dramatique : « une musique presque impossible de difficulté et dont l’infinie diversité n’a jamais été égalée ». Résultat, l’œuvre échappe immanquablement à qui l’aborde sans grande légitimité. Ce n’est pas le cas du chef américain John Nelson qui, à la veille de ses 80 ans, possède un bagage berliozien somptueux.

Voici quelques années, il a débuté l’enregistrement des œuvres majeures du natif de la Côte-Saint-André pour Erato/Warner Classics. Celui-ci se poursuit aujourd’hui avec cette Damnation de Faust enregistrée en direct dans la Salle Erasme de Strasbourg en avril 2019. Si la distribution est alléchante, nous allons y revenir, c’est malgré tout l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, le Coro Gulbenkian, la Maîtrise de l’Opéra national du Rhin et Les Petits Chanteurs de Strasbourg, sous la direction de John Nelson, qui marqueront la discographie de cet ouvrage.
O

L’incroyable palette émotionnelle qu’imprime le chef à ses exécutants est d’une telle diversité que l’on comprend alors mieux pourquoi Berlioz souhaitait que cet ouvrage soit donné en version concert.
Tout est dans la musique, de l’innocence au mal absolu, le chemin est immense, mais John Nelson ose le parcourir avec une science de la couleur et de la dynamique qui en offre ainsi une vision d’une stupéfiante richesse. Il faut souligner combien musiciens et choristes sont au rendez-vous et au diapason de cet événement.

Mais La Damnation, c’est aussi un quatuor de solistes que Berlioz n’a pas particulièrement épargné. Malgré sa courte intervention, le baryton français Alexandre Duhamel campe un Brander dans lequel il arrive à faire briller un timbre magnifique et une souplesse dans la ligne vocale qui expliquent bien ses futurs engagements dans des rôles majeurs. Son compatriote méphistophélique est Nicolas Courjal, une basse que l’on aurait aimé ici plus noire et plus détendue dans le registre supérieur. Saluons ici cependant sa parfaite prosodie, ce qui n’est pas rien vous en conviendrez. Le ténor américain Michael Spyres affronte avec une vaillance sans faille les pièges infernaux de sa partition, perdant la netteté de son français dans la course à l’abîme, péché véniel au vu d’une pareille interprétation. Enfin c’est la mezzo américaine Joyce Di Donato qui chante ici une Marguerite que l’on aurait souhaitée moins dramatique, plus diverse dans ses émotions. A l’enregistrement le vibrato est plus que présent et met parfois en péril des fins de phrase. Mais il est bien connu qu’un enregistrement est sans pitié… De toute manière, ici encore, l’interprétation globale (timbre, homogénéité, musicalité, phrasé, prosodie) se situe sur des sommets.
En résumé, et malgré les menues réserves ci-dessus, ce coffret se hisse d’emblée au sommet de la discographie grâce en particulier à John Nelson, maître d’œuvre absolu de cette réussite.
Notons que ce coffret contient en bonus un DVD comprenant sept extraits de la captation du 25 avril 2019.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 20 février 2020

 

Infos
 


« La Damnation de Faust » Hector Berlioz – Erato – Coffret 2 CDs et 1 DVD – 22,99 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index