www.classicToulouse.com
Articles
 
Chanson d'amour
Sabine Devieilhe
Alexandre Tharaud
N. Ludford
Heavenly Songes
La Quintina
L. van Beethoven
Fantaisie pour piano,
chœur et orchestre
Triple Concerto
Laurence Equilbey, dir.
G. F. Haendel
Agrippina
Il Pomo d'Oro
Maîtrise de Notre-Dame
de Paris
Notre-Dame, Cathédrale
d'émotion
D. Chostakovitch
Symphonie n° 8
Orchestre national du
Capitole de Toulouse
Tugan Sokhiev, direction
L. van Beethoven
Trios n° 5 et 7
Renaud Capuçon, violon
Gautier Capuçon, cello
Franck Braley, piano
J. S. Bach
Suites pour violoncelle
Maitane Sebastián
H. Berlioz
La Damnation de Faust
John Nelson, direction
C. Nougaro
Autour de minuit
Chœur Archipels
Claire Suhubiette, direction
D. Chostakovitch
M. Weinberg
Quintettes avec piano
Mūza Rubackytė
Mettis String Quartet
T. L. de Victoria
Requiem
La Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
Benjamin Bernheim
Récital
J. S. Bach, F. Chopin
Influences
Laurence Oldak, piano
P. Burgan
Sphères, Le Lac, Vagues
L. van Beethoven
Quatuors à cordes
"Razumovsky" n° 7 et n° 8
Quatuor Ebène
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
 

 

Disques/CD / Johann Sebastian Bach - Suites pour violoncelle seul
Maitane Sebastián
     

Bach tel qu’en lui-même

Née en 1981 à Pampelune (Navarre, Espagne), Maitane Sebastián s’est installée en France dès l’âge de 9 ans pour étudier le violoncelle et suivre un cursus qui l’a conduite à adopter un parcours original et éclectique. Cette ouverture sur tous les répertoires est attestée par le programme qui lui a permis d’obtenir une mention très bien à l’Unanimité en cycle de Perfectionnement. Elle a en effet interprété à cette occasion la Symphonie Concertante de Prokofiev, la Sequenza XIV de Berio et des extraits des suites de Bach ! Aujourd’hui Professeure d’Enseignement Artistique titulaire, elle enseigne depuis plus de 15 ans le violoncelle, la musique de chambre et dirige l’Orchestre Symphonique du Conservatoire de la Baie de Somme.

O

C’est à l’intégrale des six Suites pour violoncelle seul de Johann Sebastian Bach qu’elle consacre son nouvel album. Cette œuvre phare du répertoire pour son instrument est devenue un passage obligé pour les violoncellistes qui trouvent là leur aboutissement ultime.
Maitane Sebastián aborde cet Himalaya musical avec détermination et engagement grâce notamment à la sonorité ample et richement timbrée qu’elle obtient de son instrument, ou plutôt de ses instruments.

Elle joue en effet les cinq premières suites sur une copie réalisée par Frédéric Chaudière d’un violoncelle attribué au célèbre Joseph Guarneri père. Pour la sixième Suite, écrite pour un instrument particulier à cinq cordes, probablement un violoncello piccolo plus proche de l'alto, Maitane Sebastián fait précisément appel à un violoncelle piccolo d’origine française du XVIIIème siècle. Ce soin du choix instrumental témoigne de sa volonté de s’approcher au plus près des origines de ce recueil.
Dès le Prélude de la première Suite, l’interprète n’oublie pas qu’il s’agit de musique de danse. Le rythme bien marqué, sans être appuyé, guide la succession des mouvements. Peu ou pas de vibrato, sinon comme ornementation légère, un choix de phrasés dans la liberté, une éloquence qui cherche à convaincre caractérisent le jeu « engagé » de la musicienne. Elle confère à chaque volet sa spécificité. Les Préludes introductifs se déroulent dans une liberté proche d’une improvisation. A la riche complexité des Allemandes succède la vivacité des Courantes auxquelles l’interprète insuffle une énergie rayonnante. La Sarabande de chaque suite représente un moment intense de méditation qui ne verse jamais dans un romantisme hors de propos. Le seul volet qui varie selon les Suites, tantôt Menuets (souvent chantants), tantôt Bourrées, tantôt Gavottes, emblèmes de danse, reçoit ici un traitement bien spécifique de chaque numéro. Enfin, chaque Gigue sonne comme une libération joyeuse. La sixième Suite, du fait de sa particularité instrumentale, éclaire le paysage d’une lumière éblouissante. Elle conclut ce cycle sur une Gigue gonflée de sève.
Une interprétation bien personnelle qui sort le 6 mars chez Paraty et qui mérite de figurer auprès des versions historiques (elles sont nombreuses !) de ce chef-d’œuvre intemporel.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 23 février 2020

 

Infos
 


Johann Sebastian Bach

Intégrale des six Suites pour violoncelle seul
Paraty - 239171

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index