www.classicToulouse.com
Articles
 
Thibaut Garcia
Leyendas
F. Chopin
David Fray
I. Stravinsky
Concerto pour violon
Œuvres violon-piano
Liana Gourdjia, violon
A.-E. Blanchard
Magnificat à la Chapelle
Royale - Les Passions
les éléments
Jean-Marc Andrieu, dir.
Patrick Burgan
Requiem
Martha Argerich &
Itzakh Perlman
Schumann, Brahms, Bach
Anna Netrebko
Verismo
Opera Gold
100 Great Tracks
Opera Gold
100 Great Tracks
The Great Placido Domingo
Compilation Warner
Martha Argerich & Friends
Lugano 2015
Yehudi Menuhin
100ème Anniversaire
Toulouse Wind Orchestra
Blue Apple
E. Satie
Complete Edition
F. Schubert
Winterreise
In Memoriam Jon Vickers
Reis Glorios
L’influence de la musique
arabe dans la mythologie
occitane
Les Sacqueboutiers
P. Burgan
1213 - Bataille de Muret
Les Sacqueboutiers
Scandicus, Quinte et Sens
R. Jurié, P.-Y. Binard
L. Vierne
Mūza Rubackytė
Oeuvres pour piano solo
M. Ravel
Bertrand Chamayou
Complete works for
piano solo
W. A. Mozart
Yasuko Uyama-Bouvard,
pianoforte
Stéphanie Paulet, violon
Renaud Capuçon
Orchestre de Paris
Paavo Järvi, direction
Lalo, Sarasate, Bruch
B. Smetana, A. Dvořák
Duo Solot
Adolf Busch &
Busch Quartet
The complete Warner
Recordings
Noël Français
La Maîtrise de Toulouse
Mark Opstad, direction
D. Chostakovitch
Gautier Capuçon, cello
Valery Gergiev, direction
Edgar Moreau - Giovincello
Il Pomo d'Oro
Riccardo Minasi, direction
I. Stravinsky
Complete Edition
J. S. Bach
Variations Goldberg
Alexandre Tharaud, piano
J. Sibelius
Sibelius Edition
A due Cembali - Caprices
Aline Zylberajch
Martin Gester
G. Verdi
Aïda
Antonio Pappano
J. Brahms
Quatuors n° 1 et 3
Artemis Quartet
David Minetti - La Musique
des Parachutistes
On Air
Marcel Dupré
The Mercury Living
Presence Recordings
 

 

Disques/CD / Aïda - Giuseppe Verdi - Antonio Pappano
     
COUP DE CŒUR
   
     

Une folle histoire d’amour

Saluons tout d’abord le courage de Warner de se lancer dans une aventure que beaucoup de majors du disque ont délaissée depuis longtemps : l’enregistrement d’un opéra intégral en studio. La pari financier est bien sûr osé ; aussi, pour l’atténuer, convient-il de se donner tous les atouts. C’est chose faite ici avec le ténor star du moment, et pour longtemps encore, Jonas Kaufmann, dans le rôle de Radamès. Celui-ci a quasiment abordé tous les rôles de grands lyriques verdiens et autres. Aujourd’hui il est déjà question de l’ultime : Otello.

Pour l’heure c’est le jeune et fringant capitaine égyptien Radamès qui a retenu son attention. Il est pour le moins périlleux, Kaufmann ou pas, de se mesurer dans un rôle aussi standard, avec les grandes ombres du passé : Corelli, Domingo, Vickers, Bergonzi. Qu’apporte-t-il de neuf et d’original ? Certainement pas l’italianité, mais cela est général dans cet enregistrement largement international, mais une intelligence du personnage et une science du chant qui vous transportent sur un petit nuage de félicité.
O

A-t-on jamais entendu pareil Celeste Aïda achevé sur un si bémol double piano venu d’une autre planète et sans équivalent ? Comment ne pas avoir la gorge nouée dans l’ultime scène alors que les deux malheureux enterrés vivants disent adieu à cette vallée de larmes qu’est l’existence terrestre, conjuguant à l’envi des phrasés séraphiques avec des si bémols en mezza-voce à faire pleurer les pierres ? N’allez pas croire pour autant que le vaillant guerrier de Jonas Kaufmann ne sait pas faire exploser sa virilité et son courage, la scène du Temple et le final du Nil sont là pour bien préciser le large ambitus de sa dynamique.

Et puis, il y a ce sens précis derrière chaque note, cette volonté d’incarner les moindres méandres du personnage. En un mot comme en cent, c’est LE Radamès qu’il faut avoir dans sa discothèque. Mais cette folle histoire d’amour évoquée en titre ne pourrait exister sans une Aïda à la mesure d’un tel partenaire. Encore une fois, le challenge est ardu. Entre les souvenirs de l’incontournable Callas, de ceux qui le sont tout autant de Tebaldi, Price ou Caballé, la voie est étroite. Anja Harteros s’y faufile du mieux qu’elle peut, sans faire pour autant oublier quiconque. Son timbre de miel et sa science vocale sont littéralement somptueux et elle est aujourd’hui l’une des grandes verdiennes de sa génération. Sans conteste possible. Et l’on attend tellement de ce soprano, qu’il arrive parfois d’être, toute proportion gardée, déçu, comme par exemple cet air du Nil se clôturant un peu hâtivement après un contre ut en demi-teinte certes, mais pas très net tout de même. Ne terminons pas à son sujet sans souligner aussi son engagement dramatique dans les duos, que ce soit avec Amnéris, Radamès ou Amonasro. Du vrai théâtre lyrique et, en tout état de cause, une splendide interprétation. La suite du cast ne peut entraîner de pareils dithyrambes. L’Amnéris d’Ekaterina Semenchuk ne peut pallier un manque vraiment cruel ici d’italianité, malgré un impressionnant organe de mezzo-soprano aux aigus foudroyants et une recherche de musicalité constante. Les trois clés de fa font leur job, avec bonheur certes, mais sans révolutionner quoi que ce soit : Ludovic Tézier (Amonasro un peu clair de timbre), Erwin Schrott (Ramfis opulent) et Marco Spotti (Le Roi et seul italien ou presque, et cela s’entend immédiatement). Dans les troisièmes rôles, Paolo Fanale n’a pas de mal à se tirer du Messager, tout comme Eleonora Buratto de celui de la Grande Prêtresse.
Et puis il y a Antonio Pappano. A la tête de l’Orchestre et des Chœurs de l’Académie nationale de Sainte Cécile, il donne de cette partition une version dramatique d’une haute intensité, écartant les dynamiques du quasiment imperceptible jusqu’à l’explosion sismique, in fine manquant peut être de fil conducteur, privilégiant les micro-atmosphères à une vue générale. Mais le résultat interpelle cependant par la splendeur sonore des phalanges de Sainte-Cécile.
Pour conclure, cette Aïda, très typée 21ème siècle, nous propose à entendre des choses inouïes qu’il serait injuste, voire meurtrier, de ne pas connaître. Alors donc, et malgré les quelques réserves formulées, en demi-teinte, réserves situées à un niveau de comparaison stratosphérique, il est indispensable de se procurer cet album.

Robert Pénavayre

 

Infos
 


« Aïda » de Giuseppe Verdi – Warner – Coffret 3 CDs – prix Fnac : 23,99 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index