www.classicToulouse.com
Annonces
 
Ballet du Capitole
Dawson/Forsythe/Godani
Halle aux Grains
08 au 12/03/2017
 
Critiques
 
Opéra de Paris
George Balanchine
04/11/2016
Ballet du Capitole
Le Corsaire
20 et 23/10/2016
Ballet du Capitole
Paquita/L'Oiseau de feu
08 et 11/06/2016
Opéra de Paris
Giselle
14/06/2016
Ballet du Capitole
Coppélia
17 et 22/03/2016
VM Ballet - Orchestre
de Chambre de Toulouse
Vivaldi -Quatre Saisons
11/01/2016
Compañía Nacional de
Danza - Madrid
Don Quichotte
02 et 03/01/2016
Ballet du Capitole
Giselle
20, 22 et 27/12/2015
Opéra de Paris
La Bayadère
10/12/2015
Opéra de Paris
Benjamin Millepied
Jerome Robbins
George Balanchine
07/10/2015
Ballet du Capitole
Amour/Amor
03 et 04/04/2015
Ballet du Capitole
La Reine Morte
24 et 27/02/2015
Ballet du Capitole
Entre deux
15 et 16/01/2015
Ballet du Capitole
Mirages - Les Forains
22 et 24/10/2014
Opéra de Paris
Rain, Anne Teresa de
Keersmaeker
21/10/2014
Opéra de Paris
Notre Dame de Paris
Roland Petit
08/07/2014
Ballet du Capitole
Pâques Russes
12/04/2014
Ballet du Capitole
Bach Suites
30/01, 02/02/2014
Opéra de Paris
Le Parc
11/12/2013
Ballet du Capitole
Dans les pas de Noureev
28 et 30/11/2013
Ballet du Capitole
La Bête et la Belle
24 et 27/10/2013
VM Compagnie
Kafka et la poupée
voyageuse
Saint-Orens, Léguevin
11 au 18/10/2013
Théâtre de Chaillot
Light - Maurice Béjart
06/06/2013
Ballet du Capitole
Le Corsaire - Kader Belarbi
16, 17 et 18/05/2013
Ballet du Capitole
Napoli/La Fille mal gardée
28 et 29/03/2013
Ballet du Capitole
Rythmes de danse
22/02/2013
 

 

Danse/ Opéra de Paris -Bastille – La Bayadère – 10 décembre 2015
     

CRITIQUE

François Alu, une Etoile à l’horizon

En ce soir de 227ème représentation de cette production « maison » du célèbre ballet chorégraphié pour l’Opéra de Paris par Rudolf Noureev en 1992, la salle est, comme à l’accoutumée, comble pour soupirer devant les amours contrariées de la belle Nikiya et du guerrier Solor, sur la partition de Ludwig Minkus.



Corps de ballet de l’Opéra national de Paris - Photo Jacques Moatti -

Tout a été dit, dans ces pages mêmes, et depuis de nombreuses années, sur la splendeur des décors (Ezio Frigerio), des costumes (Franca Squarciapino) et des lumières de leur complice Vinicio Cheli. Exotisme, onirisme, mystère, l’Inde rêvée des Européens est ici toute entière contenue. Tout cela n’a pas pris une ride, de même que la chorégraphie du célèbre danseur russe disparu peu de temps après, une chorégraphie largement inspirée de l’original signé Marius Petipa.
Plusieurs distributions, car cette reprise de La Bayadère, succès oblige, comprend 22 représentations (!), vont se succéder, sous la direction de Fayçal Karoui à la tête de l’Orchestre Colonne. Ce soir, un véritable choc attend le public. Plus qu’une révélation, parlons plutôt de confirmation d’un talent hors pair, celui de François Alu. Dès sa première variation, le ton est donné. Ses élévations stupéfiantes laissent les spectateurs en apesanteur. Sa maîtrise du vocabulaire le plus complexe et difficile d’exécution lui vaut une véritable ovation. Dans sa seconde variation, François Alu confirme par une série de pirouettes vertigineuses. C’est un triomphe personnel en plein cœur de la représentation !


François Alu
- Photo Julien Benhamou/Opéra national de Paris -
O
Porteur d’une exceptionnelle sûreté, ce jeune danseur de 22 ans franchit rapidement les étapes d ‘une carrière inexorable. Il intègre le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris en 2010, est nommé Coryphée un an après, puis Sujet en 2013, enfin Premier Danseur en 2014 ! Ce soir il aborde le rôle de Solor pour la première fois et l’on sent, de manière très palpable, le désir de faire sien ce personnage avec, peut-être, un peu d’empressement que son enthousiasme justifie pleinement d’ailleurs. C’est un feu ardent qui l’anime autant qu’il le brûle. Et c’est passionnant d’assister à cette explosion de vitalité. Il est peu probable que lui échappe dans un avenir très prochain le grade suprême.

Clairement, et malgré tout leur immense talent, il était alors difficile aux autres artistes d’exister. Malgré tout, saluons comme il convient la Nikiya de Myriam Ould-Braham (Etoile), bayadère éthérée, véritable liane dansante, d’une admirable précision académique, ainsi que Charline Giezendanner (Sujet) qui offrait à Gamzatti toute la virtuosité requise. Si Emmanuel Thibault (Premier Danseur) se sort avec assurance de l’Idole dorée, le Corps de Ballet se montre encore une fois, dans ce type de rendez-vous, à la hauteur de sa réputation, sublime de précision et de musicalité. Comment ne pas souligner encore une fois l’hallucinant pouvoir de la longue arrivée des Ombres sur cette arabesque répétée jusqu’au vertige… pour le public. Unique !

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 16 décembre 2015

 

infos
 

Pour tout savoir sur la saison 2015/2016 de l’Opéra de Paris :
www.operadeparis.fr


Représentations suivantes :
18 au 31 décembre 2015

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index