www.classicToulouse.com
Annonces
 
Odyssud
Saison 2019-2020
Ballet du Capitole
Saison 2019-2020
 
Critiques
 
Ballet du Capitole
La Bête et la Belle
Kader Belarbi
27/04/2019
Odyssud
Dance - Lucinda Childs
06/02/2019
Odyssud
Désordres
07/01/2019
Opéra de Paris/Garnier
La Dame aux camélias
14/12/2018
Opéra de Paris/Bastille
Cendrillon - R. Noureev
05/12/2018
Odyssud
Ballet Nacional de España
29 et 30/05/2018
Odyssud
Ballet National d'Espagne
29/05/2018
Odyssud
L.A. Dance Project
12/04/2018
Ballet du Capitole
Roland Petit
11/03/2018
Odyssud
Monsieur de Pourceaugnac
27/01/2018
Odyssud
Ailey II
23/01/2018
Ballet du Capitole
Casse-Noisette
22 et 29/12/2017
Ballet du Capitole
Giselle
19 au 24/10/2017
Odyssud
Carmen - Cie Nationale
de Danse d'Espagne
28 au 30/09/2017
Ballet du Capitole
Don Quichotte
Théâtre du Capitole
20 au 25/04/2017
Ballet du Capitole
Dawson/Forsythe/Godani
Halle aux Grains
08 au 12/03/2017
Opéra de Paris
George Balanchine
04/11/2016
Ballet du Capitole
Le Corsaire
20 et 23/10/2016
Ballet du Capitole
Paquita/L'Oiseau de feu
08 et 11/06/2016
Opéra de Paris
Giselle
14/06/2016
Ballet du Capitole
Coppélia
17 et 22/03/2016
VM Ballet - Orchestre
de Chambre de Toulouse
Vivaldi -Quatre Saisons
11/01/2016
Compañía Nacional de
Danza - Madrid
Don Quichotte
02 et 03/01/2016
Ballet du Capitole
Giselle
20, 22 et 27/12/2015
Opéra de Paris
La Bayadère
10/12/2015
Opéra de Paris
Benjamin Millepied
Jerome Robbins
George Balanchine
07/10/2015
Ballet du Capitole
Amour/Amor
03 et 04/04/2015
Ballet du Capitole
La Reine Morte
24 et 27/02/2015
Ballet du Capitole
Entre deux
15 et 16/01/2015
Ballet du Capitole
Mirages - Les Forains
22 et 24/10/2014
Opéra de Paris
Rain, Anne Teresa de
Keersmaeker
21/10/2014
Opéra de Paris
Notre Dame de Paris
Roland Petit
08/07/2014
Ballet du Capitole
Pâques Russes
12/04/2014
Ballet du Capitole
Bach Suites
30/01, 02/02/2014
Opéra de Paris
Le Parc
11/12/2013
Ballet du Capitole
Dans les pas de Noureev
28 et 30/11/2013
Ballet du Capitole
La Bête et la Belle
24 et 27/10/2013
VM Compagnie
Kafka et la poupée
voyageuse
Saint-Orens, Léguevin
11 au 18/10/2013
Théâtre de Chaillot
Light - Maurice Béjart
06/06/2013
Ballet du Capitole
Le Corsaire - Kader Belarbi
16, 17 et 18/05/2013
Ballet du Capitole
Napoli/La Fille mal gardée
28 et 29/03/2013
Ballet du Capitole
Rythmes de danse
22/02/2013
 

 

Danse/ Ballet du Capitole - Kader Belarbi - La Bête et la Belle
27 avril 2019
     
CRITIQUE

Une Bête… une Belle… et les Autres

Pour ce quatrième programme de la saison, Kader Belarbi avait choisi de de nous faire revoir l’une de ses premières chorégraphies, entrée au répertoire du ballet en 2013 : La Bête et la Belle. Sa relecture et sa libre adaptation du conte La Belle et la Bête de Madame Leprince de Beaumont va au-delà du conte de fée et du merveilleux, bien dans la manière du chorégraphe, comme on a pu le voir d’ailleurs à l’occasion de son Casse-Noisette. Ici Kader Belarbi met l’accent sur cette animalité qui est en nous et sur l’attirance qu’éprouve pour elle en particulier les êtres qui se construisent.

Les contes où se mêlent fées, sorcières et autres gnomes, font souvent les délices des tout-jeunes. Et le rideau s’ouvre sur une chambre de petite fille, ornée des roses rouges, fleur défendue dans le conte originel, dont l’élément essentiel est une armoire, sorte de truchement qui, tout au long du ballet, permettra le passage d’un monde à l’autre. Par cette porte, l’animal deviendra homme, et la fillette, femme, passant de l’innocence à l’éveil sensuel. De cette armoire jaillit au milieu d’une ribambelle de peluches, marque de l’enfance, une Belle, encore enfantine et curieuse. Puis l’armoire voyage à l’autre bout de la scène pour s’ouvrir sur la Bête qui exprime dans sa danse sa terrible solitude et son mal d’amour. Et s’ouvre le bal peuplé de créatures fantastiques : grues, autruches, pattes d’oies, queues de cobras, queues de couleuvres, cygne, vautour et un inénarrable Toroador. Le tout s’achevant sur une bacchanale échevelée, après un premier duo entre la Bête et la Belle, effrayée, émue et peut-être déjà conquise.



La Bête et la Belle, Davit Galstyan et Natalia de Froberville © David Herrero

C’est sur le monde des hommes que se relève le rideau, un monde cruel pour les Bêtes, un monde de chasseurs et de chiens, où la Belle troque sa robe de fillette pour « l’uniforme » de sa caste. Mais, face à la cruauté humaine qui va bien au-delà de celle des bêtes, elle se dépouille de sa défroque pour rejoindre la Bête, et partager son amour, en acceptant leurs différences. Cet amour, que d’aucun dirait contre-nature, sera-t-il possible ? Le retour de la Belle, qui a grandi et que l’amour a fait mûrir, dans sa chambre d’enfant, à la fin du ballet, n’apporte pas la réponse, laissant au public le soin d’apporter sa propre réponse.La musique de György Ligeti qui accompagne presqu’exclusivement l’œuvre du chorégraphe, avec l’inclusion de quelques pages de Ravel, de Haydn ou Daquin, est souvent déroutante.
Kader Belarbi a construit sa chorégraphie avec quelques « emprunts-hommages » à Mats Ek (pour le travail au sol), à Roland Petit et son Loup, ou bien au Sacre de Maurice Béjart dans le deuxième acte.
Il faut faire ici mention spéciale du dernier pas de deux de La Bête et la Belle, expression de l’impossible rêve, à la fois tendre, érotique et déchirante, avec en filigrane la victoire de la morale, des conventions, de la « normalité ».


Davit Galstyan et Natalia de Froberville
© David Herrero
O

Natalia de Froberville était la Belle. Au-delà de sa présence, sa technique, son expressivité, saluons ici son endurance. Elle est, en effet, constamment sur scène tout au long du ballet. Et rien ne laisse transparaître la moindre faiblesse. Apeurée face à ces animaux ébouriffants, émue par la souffrance de la Bête, altière avec ses semblables, abandonnée à la passion, elle déplie tout l’éventail des sentiments avec une justesse remarquable.
A ses côtés, Davit Galstyan reprenait le rôle de la Bête, qu’il avait déjà tenu voici six ans.
Et nous avons retrouvé toute la puissance, l’intelligence du rôle, l’excellente technique, avec quelque chose en plus, une maturité qui renforce encore cette animalité humaine ou cette humanité animale (que choisir) qui sont l’essence du rôle.

L’ultime pas de deux des deux étoiles fut un moment d’émotion rare, certainement pour nous le sommet du ballet.
Et puis, il y a les composants de l’incroyable ménagerie présente tout au long de l’œuvre. L’androgyne cygne de Rouslan Savdenov qui traverse la scène dans un moment d’une ineffable et élégante poésie ; la girafe, véritable marlou mafieux, de Jeremy Leydier et ses bras béquilles ; les pattes d’oies de Typhaine Prévost et Kayo Nakazato (un duo qui fonctionne à la perfection, au fur et à mesure des ballet) vamps hollywoodiennes et séductrices ; le vautour de Minoru Kaneko, toujours aussi brillant de technique et d’expressivité ; et enfin (et surtout), l’incroyable composition de Philippe Solano en Toroador, irrésistible parodie d’Elvis, se jouant des difficultés chorégraphiques, somme toute assez classiques, avec une désinvolture (en apparence) et une aisance bien propre à ce danseur, pour endosser, le temps d’un entracte, la personnalité policée et la retenue d’un écuyer, attentif à la Belle lors de la chasse. Ce danseur, nommé soliste cette saison, nous offre, programme après programme, une danse jamais prise en défaut.


Philippe Solano © David Herrero

Le corps de ballet n’est pas en reste, s’identifiant avec un naturel confondant, aux divers animaux qui composent la Cour de la Bête, avec en point d’orgue la chasse à courre, et sa meute de chiens à oreilles de cockers et museaux proéminents. Les décors et les costumes de Valérie Berman (disparue, hélas, lors de l’entrée au répertoire de l’œuvre au Ballet du Capitole), loufoques, rutilants sont particulièrement mis en valeur par les lumières signées Marc Parent, un autre magicien.

Le retour des Etoiles.

A l’issue de la première représentation, Francis Grass, Président de la Commission Culture, Marie Dequé, Déléguée Métropolitaine en charge du Théâtre du Capitole, Christophe Ghristi, Directeur artistique et Kader Belarbi conféraient le titre d’étoiles aux quatre premiers solistes du Ballet. Ils renouaient ainsi avec la tradition du Capitole, dont les dernières Etoiles, voici maintenant quelques décennies se nommaient Nicole Fernandez, Jeanne Albertini et Alfredo Pietri.
Cette décision, Kader Belarbi l’a souhaitée, portée et enfin obtenue. Le Ballet du Capitole a donc ses étoiles, comme l’Opéra de Paris et l’Opéra de Bordeaux. Julie Charlet, Natalia de Froberville, Davit Galstyan et Ramiro Gómez Samón portent maintenant ce titre prestigieux, un honneur, qui s’accompagne aussi d’obligation d’excellence.

 

Annie Rodriguez
Article mis en ligne le 11 mai 2019

 

infos
 
Renseignements et réservations : www.theatreducapitole.fr
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index