www.classicToulouse.com
Annonces
 
Ballet du Capitole
Saison 2017-2018
05/05/2017
 
Critiques
 
Ballet du Capitole
Don Quichotte
Théâtre du Capitole
20 au 25/04/2017
Ballet du Capitole
Dawson/Forsythe/Godani
Halle aux Grains
08 au 12/03/2017
Ballet du Capitole
Dawson/Forsythe/Godani
Halle aux Grains
08 au 12/03/2017
Opéra de Paris
George Balanchine
04/11/2016
Ballet du Capitole
Le Corsaire
20 et 23/10/2016
Ballet du Capitole
Paquita/L'Oiseau de feu
08 et 11/06/2016
Opéra de Paris
Giselle
14/06/2016
Ballet du Capitole
Coppélia
17 et 22/03/2016
VM Ballet - Orchestre
de Chambre de Toulouse
Vivaldi -Quatre Saisons
11/01/2016
Compañía Nacional de
Danza - Madrid
Don Quichotte
02 et 03/01/2016
Ballet du Capitole
Giselle
20, 22 et 27/12/2015
Opéra de Paris
La Bayadère
10/12/2015
Opéra de Paris
Benjamin Millepied
Jerome Robbins
George Balanchine
07/10/2015
Ballet du Capitole
Amour/Amor
03 et 04/04/2015
Ballet du Capitole
La Reine Morte
24 et 27/02/2015
Ballet du Capitole
Entre deux
15 et 16/01/2015
Ballet du Capitole
Mirages - Les Forains
22 et 24/10/2014
Opéra de Paris
Rain, Anne Teresa de
Keersmaeker
21/10/2014
Opéra de Paris
Notre Dame de Paris
Roland Petit
08/07/2014
Ballet du Capitole
Pâques Russes
12/04/2014
Ballet du Capitole
Bach Suites
30/01, 02/02/2014
Opéra de Paris
Le Parc
11/12/2013
Ballet du Capitole
Dans les pas de Noureev
28 et 30/11/2013
Ballet du Capitole
La Bête et la Belle
24 et 27/10/2013
VM Compagnie
Kafka et la poupée
voyageuse
Saint-Orens, Léguevin
11 au 18/10/2013
Théâtre de Chaillot
Light - Maurice Béjart
06/06/2013
Ballet du Capitole
Le Corsaire - Kader Belarbi
16, 17 et 18/05/2013
Ballet du Capitole
Napoli/La Fille mal gardée
28 et 29/03/2013
Ballet du Capitole
Rythmes de danse
22/02/2013
 

 

Danse/ Ballet du Capitole - Don Quichotte –  Kader Belarbi - Théâtre du Capitole - 22, 23 et 25 avril 2017
     
CRITIQUE

Trois Kitri, une Reine !

Tout au long de ces cinq années de présence à la tête du Ballet du Capitole, Kader Belarbi nous a proposé déjà plusieurs relectures des grands ballets du répertoire. Le Corsaire tout d’abord avec une version plus proche de l’atmosphère orientale du livret, et une Giselle extrêmement réussie où tradition et réécriture se complétaient magnifiquement. Avec Don Quichotte, c’est un autre monument du grand ballet classique que le chorégraphe a revisité, nous en proposant une version plus personnelle.



Don Quichotte - Acte 3 © David Herrero

Et comme à son habitude, il a, non seulement, revu l’argument, mais également procédé à des rajouts musicaux et des réorganisations musicales dans le corps même du ballet. Ainsi, on a pu reconnaître quelques mesures de Massenet, ou encore des extraits de La Source de Minkus. Quant à l’argument, Kader Belarbi a souhaité donner plus de relief au personnage de Don Quichotte. Pour se faire il n’en a fait qu’un avec Gamache, le riche et ridicule prétendant de Kitri. Il en est de même pour Basilio, qui de barbier devient novillero puis matador endossant ainsi le costume d’Espada, dans l’esprit de donner plus de visibilité au récit.


María Gutiérrez © David Herrero
O

Une vision originale qui ne dénature en rien le ballet. Si ce n’est que, pour les hispanisants au fait de l’œuvre de Cervantès, il est assez déroutant de voir Don Quichotte, chevalier idéaliste et tellement pauvre, lancer, par le truchement de son fidèle Sancho, une pluie de pièces sur les villageois réunis devant l’auberge. Mais ce n’est qu’un détail !
Le chorégraphe a également changé les Dryades du 2ème acte, en Naïades, vêtues de longues et vaporeuses tuniques vert d’eau. Certains balletomanes crieront au sacrilège en l’absence de tutus plateaux ! Pourtant l’évolution du corps de ballet donne une telle impression de grâce et de beauté, que le public ne peut qu’adhérer. D’autant que, comme elle l’avait fait pour le deuxième acte de Giselle, Laure Muret a réalisé un travail de dentellière avec les danseuses du ballet.

Plus de Cupidon non plus, mais un court pas de deux de Don Quichotte et Dulcinée anime également ce deuxième acte.
Quant à la chorégraphie, Kader Belarbi est resté fidèle à la tradition pour la plupart des variations, apportant également sa touche de nouveauté. Ainsi la diagonale en pas de cheval de Kitri est-elle devenue une jolie suite de piqués.
Et puis dans tout ballet du répertoire il y a évidemment les interprètes. Jakson Caroll assuma le rôle-titre avec un art consommé du théâtre, le geste noble, vivant son illusion poétique et fiévreuse. Le personnage de Sancho Pança, « dansé » tour à tour par Nicolas Rombaud et Amaury Barreras, nous a semblé par trop grotesque et ridicule, mais là est la vision du chorégraphe. Pas moins de trois distributions se partageaient ce programme. Le couple María Gutiérrez et Davit Galstyan dans l’une, Natalia de Froberville et Norton Ramos Fantinel pour l’autre, et enfin Julie Charlet et Ramiro Salmón.



Juliette Thelin © David Herrero

Que dire des trois Kitri, sinon que, chacune dans son registre, nous a donné une interprétation magnifique du rôle. Natalia de Froberville campe une Kitri pleine de fraîcheur vive et pétillante, à la technique impeccable, et toute en musicalité et en charme dans l’acte 2. Norton Fantinel, son Basilio, ne nous a cependant pas totalement convaincu. Etait-ce le trac, une certaine pression mais sa danse, pirouettes ou tours, manquait de « fini ».
Julie Charlet irréprochable dans sa technique, nous donna à voir une Kitri joyeuse, mutine, un véritable feu d’artifice de charme et de joie de danser. A ses côtés, un Basilio de rêve en la personne de Ramiro Salmón. Sa remarquable technique lui fait se jouer de toutes les difficultés : pirouettes, tours, manèges s’enchaînent avec une incroyable facilité.


María Gutiérrez et Davit Galstyan
© David Herrero

 

Ses portés sont impressionnants, et lorsqu’il soutient sa partenaire d’une seule main, le public retient son souffle pendant les longues secondes durant lesquelles Julie Charlet semble suspendue au-dessus de la scène. Il a enfin ce « desplante », cette fierté désinvolte des jeunes toreros, prêt à brûler la vie par les deux bouts.
Enfin, le couple le plus émouvant fut bien évidemment María Gutiérrez et Davit Galstyan. La danseuse faisait ses adieux à la scène dans ce même ballet qui l’avait propulsé au firmament du Ballet du Capitole, il y a 16 ans. Au faîte de sa carrière, elle mit dans cette dernière Kitri tout son charisme, tout son génie de la Danse. Tour à tour espiègle, moqueuse, tendre, mais toujours très musicale, son sens de l’interprétation, sa science technique (ah ses fouettés !), fit de ce dernier rendez-vous, un instant d’intense émotion et un vrai bonheur pour un public qui ovationna la danseuse durant de longues, très longues minutes.

Jusqu’à ce que le rideau se referme sur María au milieu d’un tapis de pétales et de fleurs, les yeux brillants, entourée de sa famille.
Davit Galstyan, son partenaire habituel, fut lui aussi remarquable. Aucune des difficultés chorégraphiques ne lui résista. Et il mit tout son talent, toute son attention au service de María, en étant LE partenaire dont toute ballerine rêve, avec des portés spectaculaires pour sublimer encore plus la danseuse.



Natalia de Froberville © David Herrero
Et autour de ces premiers rôles, il y a aussi les autres, les « seconds rôles ». Et là aussi le public a pu apprécier l’excellence de la troupe du Capitole. Trois Mercedes se sont succédées, toutes les trois avec d’indéniables qualités. Scilla Cattafesta met toute sa fougue italienne au service de cette belle espagnole, Solène Monereau en fait une composition élégante et racée, et Lauren Kennedy passe avec un égal bonheur de la gouaille insolente de la gitane au maintien majestueux de la reine des Naïades.

Les adieux de María Gutiérrez
© David Herrero
 
A leurs côtés il faut souligner la très brillante prestation de Philippe Solano en chef des gitans (mais peut-on s’en étonner ?), mais également celle de Minoru Kaneko, incroyable d’élévation, d’abattage, de présence sur scène. Nous avions déjà pu apprécier ce danseur dans d’autres œuvres, mais il explose véritablement dans ce rôle.
Nous retrouvions également toute l’élégance et la prestance de Juliette Thélin en reine des Naïades. Enfin il y avait les amies de Kitri, et parmi elles Eukene Sagües Abad, lumineuse, aérienne, fluide, avec toujours ce sens de l’interprétation qui lui permet d’aborder tous les rôles. Tiphaine Prévost, quant à elle, est un modèle de technique « propre », toujours placée, toujours juste, avec toute la complicité nécessaire avec ses partenaires.
Le corps de ballet a été largement à la hauteur des rôles principaux par sa cohésion et son sens des ensembles.

L’orchestre était placé sous la baguette de Koen Kessels, directeur musical du Royal Ballet du Covent Garden, un habitué du Ballet toulousain. Et le public n’a pas boudé son plaisir, faisant le plein pour ces six spectacles.

Annie Rodriguez
Article mis en ligne le 13 mai 2017

 

infos
 
Renseignements  et réservations :

www.theatreducapitole.fr

+33 (0)5 61 63 13 13

 
 
Dates des spectacles

20, 21, 22 et 25 avril à 20 h, 22 et 23 avril à 15 h.
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index