www.classicToulouse.com
Annonces
 
Ballet du Capitole
Don Quichotte
Théâtre du Capitole
20 au 25/04/2017
 
Critiques
 
Ballet du Capitole
Dawson/Forsythe/Godani
Halle aux Grains
08 au 12/03/2017
Opéra de Paris
George Balanchine
04/11/2016
Ballet du Capitole
Le Corsaire
20 et 23/10/2016
Ballet du Capitole
Paquita/L'Oiseau de feu
08 et 11/06/2016
Opéra de Paris
Giselle
14/06/2016
Ballet du Capitole
Coppélia
17 et 22/03/2016
VM Ballet - Orchestre
de Chambre de Toulouse
Vivaldi -Quatre Saisons
11/01/2016
Compañía Nacional de
Danza - Madrid
Don Quichotte
02 et 03/01/2016
Ballet du Capitole
Giselle
20, 22 et 27/12/2015
Opéra de Paris
La Bayadère
10/12/2015
Opéra de Paris
Benjamin Millepied
Jerome Robbins
George Balanchine
07/10/2015
Ballet du Capitole
Amour/Amor
03 et 04/04/2015
Ballet du Capitole
La Reine Morte
24 et 27/02/2015
Ballet du Capitole
Entre deux
15 et 16/01/2015
Ballet du Capitole
Mirages - Les Forains
22 et 24/10/2014
Opéra de Paris
Rain, Anne Teresa de
Keersmaeker
21/10/2014
Opéra de Paris
Notre Dame de Paris
Roland Petit
08/07/2014
Ballet du Capitole
Pâques Russes
12/04/2014
Ballet du Capitole
Bach Suites
30/01, 02/02/2014
Opéra de Paris
Le Parc
11/12/2013
Ballet du Capitole
Dans les pas de Noureev
28 et 30/11/2013
Ballet du Capitole
La Bête et la Belle
24 et 27/10/2013
VM Compagnie
Kafka et la poupée
voyageuse
Saint-Orens, Léguevin
11 au 18/10/2013
Théâtre de Chaillot
Light - Maurice Béjart
06/06/2013
Ballet du Capitole
Le Corsaire - Kader Belarbi
16, 17 et 18/05/2013
Ballet du Capitole
Napoli/La Fille mal gardée
28 et 29/03/2013
Ballet du Capitole
Rythmes de danse
22/02/2013
 

 

Danse/ Ballet du Capitole - Dawson / Forsythe / Godani – Halle aux Grains 8, 9, 10 et 11 mars 20 h – 12 mars 15 h
     
CRITIQUE

Dawson – Forsythe – Godani

Le corps en jeu, tel est le titre choisi pour cette soirée de ballet où les corps des danseurs jouent avec les équilibres, la déconstruction, la vitesse, les envols. Le maître William Forsythe revient à la Halle aux Grains, entouré de deux de ses héritiers David Dawson et Jacopo Godani.



A Million Kisses to my Skin - María Gutiérrez, Ramiro Salmón © David Herrero

A Million Kisses to my Skin

C’est sur le Concerto pour piano n°1 en ré mineur de Jean Sébastien Bach, que David Dawson a chorégraphié un ballet qui est un hymne à la joie de danser, qui détourne les codes du ballet classique pour jouer sur la prouesse technique, les déséquilibres et l’asymétrie. L’hyper-vélocité des danseurs, les sauts, les jetés, les arabesques à la limite de la rupture en font une œuvre qui coupe le souffle aux spectateurs. Si l’on peut retrouver chez le chorégraphe anglais des réminiscences certaines de Forsythe, son style n’en reste pas moins très personnel, fait de passion, d’émotion et de liberté physique. Les neufs danseurs qui occupent l’espace volent littéralement. Si le talent et la superbe technicité de María Gutiérrez, Juliette Thélin, Julie Charlet (éblouissantes toutes les trois), Davit Galstyan et Demian Vargas ne sont plus à démontrer, les « jeunes » de la troupe ne sont pas en reste ! Natalia de Froberville s’affirme de spectacle en spectacle comme une des valeurs très sures du ballet par son élégance et ses grandes qualités techniques. Il en va de même pour Ramiro Salmón dont nous avons déjà pu apprécier la science de la danse. Une belle surprise nous vient d’une toute nouvelle venue, Éléa Rousse Geneix, qui nous a donné à voir une danse extrêmement « propre », pleine de charme et de promesse.


Vertiginous Thrill of Exactitude - Tiphaine Prévost © David Herrero

O

The Vertiginous Thrill of Exactitude

L’Allegro Vivace de la Symphonie n°9 de Schubert sert d’écrin au ballet du maître Forsythe. Ici aussi on retrouve cet hommage à l’écriture classique d’un Petipa ou à celle néoclassique d’un Balanchine, si ce n’est qu’il prend parfois une allure de parodie. Le rythme diabolique de la musique sert une chorégraphie à la limite de l’équilibre où sauts, pirouettes, tous les ingrédients de la virtuosité s’enchaînent. Et les danseurs démontrent une fois de plus la grande maîtrise technique qui est la leur, associée à beaucoup de lyrisme et de musicalité. Scilla Calafesta et Natalia de Froberville, qui se succédaient dans les distributions, en étaient les excellents exemples. Tiphaine Prévost, lumineuse, s’affirme, elle aussi, avec force tout au long des saisons, réalisant ici une prestation d’un très haut niveau.

Il en va de même pour Philippe Solano, étincelant de technique, Matthew Astley et bien sûr Davit Galstyan.


A.U.R.A. - Jackson Carrol, Martin Arroyos © David Herrero

A.U.R.A.

Jacopo Godani, qui a succédé à William Forsythe, son maître, à la direction artistique de la Dresden Frankfurt Dance Company, nous revenait avec son ballet A.U.R.A. Anarchist Unit Related to Art. Un ballet où règne la distorsion des corps, où les danseurs font preuve d’un engagement physique incroyable. Le jeu des lumières très travaillé, met en exergue ces lignes brisées que dessinent l’oblique des jambes, la cassure des poignets, dans les éclairs éblouissants des néons auxquels succède le noir le plus absolu. La musique électroacoustique du groupe 48nord semble galvaniser les danseurs, parmi lesquels Solène Monereau, Eukene Abad ou encore Martin Arroyos émergent dans cette obscurité étincelante ou cette lumière obscure selon ce que peuvent ressentir les spectateurs.

Annie Rodriguez
Article mis en ligne le 15 avril 2017

 

infos
 
Renseignements  et réservations :

www.theatreducapitole.fr

+33 (0)5 61 63 13 13

 
 
Dates des spectacles

8, 9, 10 et 11 mars
à 20 h, 12 mars à 15 h
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index