www.classicToulouse.com
Annonces
 
 
Critiques
 
Ballet du Capitole
Don Quichotte
Théâtre du Capitole
20 au 25/04/2017
Ballet du Capitole
Dawson/Forsythe/Godani
Halle aux Grains
08 au 12/03/2017
Opéra de Paris
George Balanchine
04/11/2016
Ballet du Capitole
Le Corsaire
20 et 23/10/2016
Ballet du Capitole
Paquita/L'Oiseau de feu
08 et 11/06/2016
Opéra de Paris
Giselle
14/06/2016
Ballet du Capitole
Coppélia
17 et 22/03/2016
VM Ballet - Orchestre
de Chambre de Toulouse
Vivaldi -Quatre Saisons
11/01/2016
Compañía Nacional de
Danza - Madrid
Don Quichotte
02 et 03/01/2016
Ballet du Capitole
Giselle
20, 22 et 27/12/2015
Opéra de Paris
La Bayadère
10/12/2015
Opéra de Paris
Benjamin Millepied
Jerome Robbins
George Balanchine
07/10/2015
Ballet du Capitole
Amour/Amor
03 et 04/04/2015
Ballet du Capitole
La Reine Morte
24 et 27/02/2015
Ballet du Capitole
Entre deux
15 et 16/01/2015
Ballet du Capitole
Mirages - Les Forains
22 et 24/10/2014
Opéra de Paris
Rain, Anne Teresa de
Keersmaeker
21/10/2014
Opéra de Paris
Notre Dame de Paris
Roland Petit
08/07/2014
Ballet du Capitole
Pâques Russes
12/04/2014
Ballet du Capitole
Bach Suites
30/01, 02/02/2014
Opéra de Paris
Le Parc
11/12/2013
Ballet du Capitole
Dans les pas de Noureev
28 et 30/11/2013
Ballet du Capitole
La Bête et la Belle
24 et 27/10/2013
VM Compagnie
Kafka et la poupée
voyageuse
Saint-Orens, Léguevin
11 au 18/10/2013
Théâtre de Chaillot
Light - Maurice Béjart
06/06/2013
Ballet du Capitole
Le Corsaire - Kader Belarbi
16, 17 et 18/05/2013
Ballet du Capitole
Napoli/La Fille mal gardée
28 et 29/03/2013
Ballet du Capitole
Rythmes de danse
22/02/2013
 

 

Danse/ Ballet du Capitole - Paquita / L’Oiseau de feu – 8 et 11 juin 2016
     
CRITIQUE

Une Paquita brillante et un Oiseau de Feu étincelant !

Pour cette fin de saison de ballet, le Ballet du Capitole retrouvait la Halle aux Grains pour une reprise et une entrée au répertoire. Paquita-Grand Pas, brillantissime pièce qui fait la part belle à la virtuosité et l’académisme fut donnée en avril 2014 dans la version d’Oleg Vinogradov. L’Oiseau de feu quant à lui permet à l’un des plus grands chorégraphes du XXème siècle, Maurice Béjart, d’entrer (enfin !) au répertoire de la Compagnie.



Paquita avec Maria Gutierrez et Davit Galstyan - Photo David Herrero -

Brillantissime donc que ce Grand Pas de Paquita, dont les multiples variations solistes, pas de trois et pas de deux font le bonheur (ou le malheur !) de multiples candidats aux divers concours de danse dans le monde. Véritable abécédaire de la danse classique, il conjugue les difficultés chorégraphiques à tous les temps ! Mais avec le niveau de technicité de la plupart des danseurs du Capitole, l’inquiétude sur la réussite n’était pas de mise. La première distribution voyait évoluer María Gutiérrez et Davit Galstyan dans les rôles de solistes. Techniquement irréprochable, Davit a mis, comme à l’accoutumée, toute sa puissance au service des sauts et des manèges de ses variations. María brille de toute la grâce infinie de ses bras et ses équilibres dans une première variation étincelante, peut-être un peu plus déconcentrée dans les fouettés du final.


Paquita, avec Julie Charlet et Ramiro Salmón - Photo David Herrero -
O

Mais son plaisir de danser est si évident, si communicatif que le public ne peut qu’être conquis.
La deuxième distribution était assurée par Julie Charlet et Ramiro Salmón. Elle fut une Paquita radieuse et légère, déroulant des variations si techniquement parfaites, qu’on en vient même à souhaiter un tout petit peu moins de perfection pour laisser place à une émotion encore plus grande.
Auprès d’elle Ramiro Salmón assure avec brio et intelligence les mille et une difficultés de ses variations : saut, tours, manèges, tout passe avec une aisance confondante, sans oublier de prendre le public à témoin de sa joie de danser. Les variations solistes, dansées pour la plupart d’entre elles par le corps de ballet, ont permis de mettre en exergue l’excellent niveau de ces danseuses que sont Solène Monnereau, Kayo Nakazato, Scilla Cattafesta ou encore Lauren Kennedy.

Les pas de trois furent parmi les plus grands moments des deux distributions. Il faut souligner ici l’interprétation sans faille de Typhaine Prévost, Eukene Abad, Ramiro Salmón (1ère distribution) et Matthew Astley. Le corps de ballet féminin ne fut pas en reste, en dansant avec toute la science classique qu’il possède maintenant.
Bien évidemment, la deuxième partie de la soirée était attendue avec impatience par l’ensemble du public : pensez ! Maurice Béjart et son Oiseau de feu qui, 46 ans après sa (re)naissance, est toujours aussi fascinant. A sa création en octobre 1970 au Palais des Sports de Paris, par le Ballet de l’Opéra de Paris, Michael Denard y fut un magnifique Oiseau de feu, qui enflamma tout le public présent.



L'Oiseau de feu - Photo David Herrero -
Et bien sûr, pour ceux qui, comme nous, avaient eu la chance d’assister à cette première à Paris et recevoir le choc que représentait cette nouvelle façon d’aborder la Danse, l’attente était grande. Et le Ballet du Capitole n’a aucunement démérité face à cette chorégraphie prenante et exigeante. C’est Juichi Kobayashi, ancien danseur de Béjart, à qui le Béjart Ballet Lausanne fait très souvent appel pour remonter les grands ballets de la Compagnie, qui était venu faire travailler les danseurs pour cette œuvre. L’Oiseau était dansé par Takafumi Watanabe, qui nous donna à voir une interprétation pleine de charisme, d’une élégance et d’une passion contenue qui firent merveille sur le public. Un Oiseau techniquement parfait, habité par la Danse, et d’autant plus émouvant pour les habitués de la danse au Capitole, que c’était là ses ultimes prestations au sein de la Compagnie, puisqu’il s’apprête à rejoindre son Japon natal. Voilà un magnifique danseur qui va beaucoup nous manquer.


L'Oiseau de feu - Takafumi Watanabe
- Photo David Herrero -

 

L'Oiseau de feu - Jeremy Leydier
- Photo David Herrero -

A ses côtés Philippe Solano et Minoru Kaneko s’imposèrent avec beaucoup de brio et d’autorité au sein des partisans, tandis que Dennis Cala Valdès et Jeremy Leydier (impressionnant de présence), alternativement, incarnèrent avec beaucoup de puissance et d’engagement le Phénix, oiseau porteur d’immortalité.
Une soirée réussie, même si on peut regretter que Minkus et Stavinski n’aient pas eu les honneurs d’un orchestre, mais seulement de bandes enregistrées ! Et une fin de saison brillante pour le Ballet du Capitole, qui n’est pourtant pas en vacances, préparant d’ores et déjà la saison prochaine qui ouvrira avec Le Corsaire, dans la récente chorégraphie de Kader Belarbi.

Annie Rodriguez
Article mis en ligne le 21 juin 2016

 

infos
 
Renseignements et réservations :

www.theatreducapitole.fr
 
Représentations :

8, 9, 10 et 11 juin à 20 h, 12 juin à 15 h – Halle aux Grains

 

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index