www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre de Chambre de
Toulouse
Concerts du mois de
Septembre 2019
Ensemble Antiphona
Clément Lanfranchi, dir.
29/09/2019
Toulouse Guitare
Saison 2019-2020
Présentation
13/09/2019
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Behzod Abduraimov, piano
14/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Préludes poétiques
01/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Terre, nature et liberté
25/08/2019
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Magnificat, Dies Irae...
13/08/2019
Musique au Brésil
Orchestre Symphonique
Municipal de Campinas
Victor Hugo Toro, dir.
Simone Leitão, piano
20/07/2019
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
Moondog
29/06/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Duende y misterio
16/06/2019
A bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Mistero Buffo
14 et 15/06/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Chœur du Capitole
Garry Magee, baryton
10/06/2019
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
05/06/2019
Orchestre du Capitole
Klaus Mäkelä, direction
István Várdai, violoncelle
25/05/2019
Grands Interprètes
Les Siècles
François-Xavier Roth, dir.
Marie Lenormand, mezzo
23/05/2019
Grands Interprètes
Budapest Festival Orch.
Iván Fischer, direction
Emanuel Ax, piano
20/05/2019
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
Louis Schwizgebel, piano
18/05/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Quatuor pour la fin du
Temps"
13/05/2019
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Anne Schwanewilms, sop.
11/05/2019
La Saison Bleue
Cuarteto Quiroga
30/04/2019
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
29/04/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Janina Baechle, mezzo
Christian Elsner, ténor
27/04/2019
Rotary-Tlse-Lauragais
Constant Despres, piano
Chœur Octambule
25/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
17/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Raquel Camarinha, sop.
Renaud Capuçon, violon
12/04/2019
Les Arts Renaissants
Thibaut Garcia, guitare
Boris Grelier, flûte
10/04/2019
Les Sacqueboutiers
La Maîtrise de Toulouse
"Missa pro defunctis"
09/04/2019
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Lilya Zilberstein, pianos
06/04/2019
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev,
piano et direction
05/04/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Temps de guerre"
18/03/2019
Grands Interprètes
Le Bolchoï de Russie
Tugan Sokhiev, direction
13, 14 et 15/03/2019
Grands Interprètes
Bertrand Chamayou, piano
Sol Gabetta, violoncelle
11/03/2019
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Sandrine Piau,
Karine Deshayes,
Chœur du Capitole
08/03/2019
Orchestre du Capitole
La Damnation de Faust
H. Berlioz
Tugan Sokhiev, direction
Chœur et Maîtrise du
Capitole
22/02/2019
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
20/02/2019
Grands Interprètes
Thomas Enhco, piano
Vassilena Serafimova,
marimba
18/02/2019
Les Sacqueboutiers
La Musique au féminin
Paulhac (Haute Garonne)
16/02/2019
 
 

 

Concerts/ Les Sacqueboutiers - La Musique au féminin
Paulhac (Haute Garonne) - 16 février 2019
     

CRITIQUE

Les Sacqueboutiers et la Renaissance italienne
au féminin

Le 17 février dernier, la petite ville de Paulhac, en Haute Garonne, accueillait l’ensemble toulousain de cuivres anciens Les Sacqueboutiers, dans le cadre de sa série de concerts, Les Parenthèses Musicales. Une belle initiative de la part de cette charmante commune qui œuvre avec succès pour l’animation culturelle de l’agglomération.

L’église Notre Dame de l’Assomption, récemment rénovée, recevait donc ce soir-là six musiciens du célèbre ensemble toulousain ainsi que la soprano Stéphanie Révidat, soliste d’un programme original, offert pour la première fois en création. Depuis leur fondation, Les Sacqueboutiers se consacrent essentiellement à la redécouverte de la pratique des cuivres anciens et du vaste répertoire de la Renaissance, âge d’or de leurs instruments. Le noyau de la famille des cuivres, cornet à bouquin et sacqueboute, invite souvent d’autres familles d’instruments comme les bois ou les cordes. Pour ce nouveau programme, au cornet à bouquin de Jean-Pierre Canihac et à la sacqueboute de Daniel Lassalle, se joignent le violon baroque d’Hélène Médous, le violoncelle baroque de Susan Edward, l’archiluth de Matthias Spaeter et bien sûr l’orgue positif de Yasuko Uyama-Bouvard, fidèle compagne de l’ensemble.



Les musiciens de l'ensemble Les Sacqueboutiers et la soprano Stéphanie Révidat
- Photo Classictoulouse -

La majorité féminine du groupe d’interprètes réuni pour cette occasion ne pouvait que s’imposer ! En effet Les Sacqueboutiers ont décidé de consacrer cette création aux musiques composées exclusivement par des femmes au cours du XVIIème siècle. Comme on peut le constater, la grande Histoire de la musique a de tout temps négligé le rôle des femmes dans le monde plutôt machiste de la composition. Pourtant, au cours du 17ème siècle, l'Italie a connu une vraie floraison de compositrices : majoritairement religieuses, c'est au couvent qu'elles ont accès à l'éducation musicale. C'est ainsi la patrie de premières créatrices assumées.
A côté des quelques noms restés dans les mémoires, comme ceux de Maddalena Casulana ou encore Barbara Strozzi, la plus célèbre de cette époque, on redécouvre avec émerveillement des œuvres, pour la plupart inédites, de compositrices italiennes qui ont pour nom : Lucretia Vizzana, Isabella Leonarda, Francesca Caccini, Raphaella Aleotti. La Française Élisabeth Jacquet de la Guerre et l’Anglaise Mary Burwell rejoignent ici leurs collègues italiennes.
Le programme bien structuré de ce concert fait alterner les pièces vocales accompagnées et les pièces purement instrumentales. On admire ainsi les subtils mélanges des riches sonorités instrumentales et les belles qualités vocales de la soprano Stéphanie Révidat : pureté d’un timbre plein de couleurs, justesse et virtuosité, émission puissante qui lui permet aussi bien de s’affirmer que de se fondre dans l’accompagnement.



Les musiciens, de gauche à droite : Hélène Médous, violon, Susan Edward, violoncelle, Matthias Spaeter, archiluth, Daniel Lassalle, sacqueboute, Jean-Pierre Canihac, cornet à bouquin. A l'arrière, invisible, Yasuko Uyama-Bouvard - Photo Classictoulouse -

Un dispositif de projection intelligemment conçu et utilisé permet en outre aux spectateurs de suivre la traduction des textes italiens, profanes ou sacrés, déclamés par la soliste.
Parmi les nombreuses pièces vocales à découvrir, les affects les plus divers, si chers aux musiciens de cette époque, se manifestent avec conviction. Ainsi, l’ironie comique des deux pièces de Barbara Strozzi, « Costume de grandi » et « La vendetta » contraste avec l’émotion la plus profonde qui émane du « Soneto » de Francesca Caccini, émaillé d’un subtil chromatisme. Cette émotion est portée par le chant de Stéphanie Révidat et les paroles qu’il illustre. Une extrême douleur imprègne « L’Eraclito amoroso » encore de Barbara Strozzi, décidemment et légitimement mise à l’honneur dans ce programme. L’émotion encore dans un étrange dialogue avec la mort qu’évoque « Morte que voi » de Maddalena Casulana. Comme une préfiguration du lied de Schubert « La jeune fille et la mort », près de trois siècles plus tard !
Parmi les pièces instrumentales, l’imagination, le sens des couleurs de la Sonata quinta et de la Sonata nona d’Isabella Leonarda, la belle ordonnance du jeu d’écho entre cornet et sacqueboute de « Ardo mia vita » de Lucretia Vizzana caractérisent ce mode subtil d’expression devenu familier du jeu des Sacqueboutiers.



Stéphanie Révidat, soliste des pièces vocales - Photo Classictoulouse -

On admire en particulier trois pièces qui mettent en avant les qualités d’instruments solistes de l’ensemble. La Passacaille pour luth solo, de Mary Burwell (seule compositrice anglaise du programme), permet à Matthias Spaeter de déployer un sens admirable de la polyphonie. La violoniste Hélène Médous place la générosité de son timbre et la musicalité de sa virtuosité authentique, mais jamais purement démonstrative, au service de la Sonata duodecima d’Isabella Leonarda. Quant à l’orgue solo, il lui échoit la seule pièce de la Française Elisabeth Jacquet de la Guerre : Rondeau, Sarabande, Menuet. Yasuko Uyama-Bouvard en structure la progression et la registration avec tout l’art dont elle est coutumière.
Les contrastes expressifs s’achèvent sur la pièce magnifiquement jubilatoire « Angelus ad pastores ait » de Raphaella Aleotti qui réunit l’ensemble des interprètes. La soliste en exalte l’esprit et la lettre avec une succession irrésistible d’Alleluia. Le bonheur musical absolu !
L’accueil enthousiaste du public, au sein duquel on peut constater une forte présence de jeunes enfants (si rare de nos jours !), réclame une reprise de cette pièce joyeuse. Ainsi s’achève cette belle constatation qu’il reste bien des musiques à découvrir ou redécouvrir parmi notre patrimoine musical et plus généralement culturel.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 17 février 2019

 

infos
 

Renseignements :

Les Sacqueboutiers

Téléphone :

05 61 13 00 18

Informations / réservations :

05 61 84 25 30

Participation : 5 euros pour les adultes, gratuit pour les enfants, et moins de 15 ans

 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index