www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Les Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
18/01/2022
Grands Interprètes
Evgeny Kissin
18/01/2022
Hélène Grimaud
21/01/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Viennoiseries
31/01/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
Jörg Widmann
01/02/2022
Association AIDA
Projet Démos
05/10/2021
 
Critiques
 
Théâtre du Capitole
Capella Reial de Catalunya
Concert des Nations
Jordi Savall, direction
10/01/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
07/01/2022
Mélodies hébraïques
Sarah Iancu, violoncelle
David Bismuth, piano
04/01/2022
Les Arts Renaissants
Café Zimmermann
Clément Janequin
Les Sacqueboutiers
14/12/2021
Orchestre nat. du Capitole
Ben Glassberg, direction
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
10/12/2021
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi,
direction
06/12/2021
Grands Interprètes
Philippe Jaroussky
Thibaut Garcia
05/12/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
La Révolution Berlioz
04/12/2021
Toulouse Guitare
Zoran Dukić -Alicia Stubbe
03/12/2021
Quatuor Dutilleux
CRR de Toulouse
02/12/2021
Les Sacqueboutiers
La Pause Musicale
02/12/2021
Musique au Palais
Edition 2021
28/11/2021
Orchestre nat. du Capitole
Robert Trevino, direction
27/11/2021
Le forum ByPass
Transmission(s)
23/11/2021
Grands Interprètes
Orchestre de l'Opéra
national de Paris
Gustavo Dudamel, dir.
19/11/2021
Les Arts Renaissants
Orchestre de Chambre
Occitania
Bernard Soustrot
Constant Despres
16/11/2021
Théâtre du Capitole
Les Sacqueboutiers
Monica Bacelli, mezzo-sop.
15/11/2021
Le Consort Apollon
Sophie Castaing, violon
Sophie Castellat,
violoncelle
Clément Lanfranchi,
clavecin
08/11/2021
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
Tanja Ariane Baumgartner,
mezzo-soprano
Attilio Glaser, ténor
06/11/2021
Toulouse Wind Orchestra
Rémi Durupt, direction
Compagnie Humanum
27/10/2021
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion,
Raphaël Pichon, direction
Sabine Devieilhe, soprano
25/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Benjamin Grosvenor, piano
23/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Lio Kuokman, direction
Michael Barenboim, violon
15/10/2021
Grands Interprètes
The King's Singers
14/10/2021
Toulouse Guitare
Roberto Aussel
10/10/2021
Grands Interprètes
Krystian Zimerman, piano
09/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Fabien Gabel, direction
Henri-Franck Beaupérin,
orgue
08/10/2021
Les Arts Renaissants
Ensemble Correspondances
05/10/2021
Les Clefs de Saint-Pierre
Fantaisies Baroques
04/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Kerem Hasan, direction
Aurélien Gignoux,
percussionniste
02/10/2021
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi, dir.
27/09/2021
Les Arts Renaissants
Ensemble Jupiter
21/09/2021
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Virginie Constant,
Marie-Christine Barrault
12/09/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Behzod Abduraimov, piano
10/09/2021
Les Arts Renaissants
Ensemble Voces8
07/09/2021
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Krystian Zimerman, piano
9 octobre 2021
     
 
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Avec Krystian Zimerman, les musiques de l’âme,
l’âme de la musique

Le 9 octobre s’ouvrait enfin la saison Grands Interprètes dans une Halle aux Grains prête à s’investir de nouveau dans le suprême plaisir de communier en direct avec les acteurs de la musique. C’est au grand pianiste polonais Krystian Zimerman qu’échoit cette tâche. On connait la carrière hors norme que mène ce grand musicien. Pas plus d’une cinquantaine de concerts par saison, soin particulier porté à son instrument avec lequel il voyage afin de ne pas se laisser surprendre par les moindres conditions locales. Le contrôle absolu que l’interprète exerce sur ses prestations s’accompagne d’une profondeur et d’une élaboration naturelle de ses interprétations des grandes œuvres.

Le soin apporté par le pianiste à la construction de ses programmes de récital apparaît une fois encore à la lecture de celui qu’il a choisi pour Toulouse. S’ouvrant sur l’une des grandes pièces de Johann Sebastian Bach, le père de toute musique, et se refermant sur Frédéric Chopin, indispensable sous ses doigts, la médiation entre ces deux mondes est assurée par Johannes Brahms, le nostalgique. En outre, à l’image d’un certain Sviatoslav Richter, Krystian Zimerman joue avec les partitions, probablement, comme le déclarait l’illustre Russe, afin de réserver sa mémoire à l’essentiel, la musique !
La Partita n° 1 en si bémol majeur démarre donc la soirée. Le Praeludium initial s’ouvre sur la lumière d’un toucher d’une clarté, d’une transparence qui laissent paraître toutes les subtilités de l’écriture. Rien de superficiel n’est rajouté. Tout sonne vrai et naturel. Le raffinement léger de dentelle de l’Allemande, l’architecture mesurée de la Courante, la profonde réflexion de la Sarabande, puis la joie qui illumine les Menuets et la Gigue finale constituent les pièces d’une construction qui jamais ne verse dans le romantisme tout en témoignant d’une sensibilité extrême. L’émotion naît de la forme.



Krystian Zimerman - Photo Bartek Barczyk -

Le propos de Brahms, au travers de ses Trois Intermezzi de l’opus 117, s’avère bien différent. Ces pièces tardives, crépusculaires, composées en 1892 sont parfois considérées comme des berceuses. Brahms en refusa officiellement le titre, tout en proclamant : « Il faudrait alors mettre ‘Berceuse d’une mère malheureuse ou d’un célibataire inconsolable’ ». Le toucher, les phrasés choisis, le jeu éclairé de Krystian Zimerman confèrent à cette œuvre une transparence bien éloignée de la pesanteur de certaines approches. La musique parle d’elle-même, point besoin de surajouter une expression, un pathos qui ne ferait qu’alourdir le propos. Là encore, la clarté des registres, le léger rubato, apportent à ce triptyque une résonance hors du temps, profonde, émouvante et néanmoins naturelle.
La Sonate n° 3 en si mineur de Chopin referme avec panache ce voyage initiatique. Il ne saurait en être autrement de la part de celui qui remporta, à l’âge de 18 ans, le premier prix du prestigieux Concours Chopin de Varsovie. Reconnaissons que Krystian Zimerman respire, vibre, souffre avec ce compositeur dont il semble illustrer les propos tenus à son égard par Marcel Proust :

« Chopin, mer de soupirs, de larmes, de sanglots
Qu’un vol de papillons sans se poser traverse
Jouant sur la tristesse ou dansant sur les flots. 
»

La complexité de l’écriture de cette ultime sonate est ici transcendée par la lecture intense qu’en offre l’interprète. Le climat émotionnel, agité et toujours changeant de l’Allegro maestoso initial s’ouvre sur une affirmation impérative. Le pianiste en organise le développement avec un subtil mélange de rigueur et de liberté. Le Scherzo semble illustrer à sa manière une « danse de Puck » légère et fluide. Le Largo s’écoute comme l’un de ces Nocturnes dans lesquels Chopin excelle. Enfin, le Presto ma non tanto final explose comme une éruption volcanique. L’interprète semble mettre ici sa vie en jeu. Révolte, colère, espoir se succèdent, se superposent. L’extrême virtuosité requise ici et parfaitement assumée devient l’expression d’une vitalité, d’un héroïsme sans limite. Les derniers accords subliment cette conclusion.
Ils sont accueillis par une salve d’applaudissements qui rappellent Krystian Zimerman jusqu’à obtenir deux bis, tous deux extraits de la Partita n° 2 en do mineur de Bach. Comme pour un retour aux sources de la musique…

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 11 octobre 2021

 

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
Programme du concert donné le 9 octobre 2021 à
20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* J. S. Bach
- Partita n° 1 en si bémolmajeur

* J. Brahms
- Trois Intermezzi op. 117

* F. Chopin
- Sonate pour piano n° 3

 

 
Les saisons musicales
lyriques et
chorégraphiques
toulousaines

 
2021-2022
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index