www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Les Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
18/01/2022
Grands Interprètes
Evgeny Kissin
18/01/2022
Hélène Grimaud
21/01/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Viennoiseries
31/01/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
Jörg Widmann
01/02/2022
Association AIDA
Projet Démos
05/10/2021
 
Critiques
 
Théâtre du Capitole
Capella Reial de Catalunya
Concert des Nations
Jordi Savall, direction
10/01/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
07/01/2022
Mélodies hébraïques
Sarah Iancu, violoncelle
David Bismuth, piano
04/01/2022
Les Arts Renaissants
Café Zimmermann
Clément Janequin
Les Sacqueboutiers
14/12/2021
Orchestre nat. du Capitole
Ben Glassberg, direction
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
10/12/2021
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi,
direction
06/12/2021
Grands Interprètes
Philippe Jaroussky
Thibaut Garcia
05/12/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
La Révolution Berlioz
04/12/2021
Toulouse Guitare
Zoran Dukić -Alicia Stubbe
03/12/2021
Quatuor Dutilleux
CRR de Toulouse
02/12/2021
Les Sacqueboutiers
La Pause Musicale
02/12/2021
Musique au Palais
Edition 2021
28/11/2021
Orchestre nat. du Capitole
Robert Trevino, direction
27/11/2021
Le forum ByPass
Transmission(s)
23/11/2021
Grands Interprètes
Orchestre de l'Opéra
national de Paris
Gustavo Dudamel, dir.
19/11/2021
Les Arts Renaissants
Orchestre de Chambre
Occitania
Bernard Soustrot
Constant Despres
16/11/2021
Théâtre du Capitole
Les Sacqueboutiers
Monica Bacelli, mezzo-sop.
15/11/2021
Le Consort Apollon
Sophie Castaing, violon
Sophie Castellat,
violoncelle
Clément Lanfranchi,
clavecin
08/11/2021
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
Tanja Ariane Baumgartner,
mezzo-soprano
Attilio Glaser, ténor
06/11/2021
Toulouse Wind Orchestra
Rémi Durupt, direction
Compagnie Humanum
27/10/2021
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion,
Raphaël Pichon, direction
Sabine Devieilhe, soprano
25/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Benjamin Grosvenor, piano
23/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Lio Kuokman, direction
Michael Barenboim, violon
15/10/2021
Grands Interprètes
The King's Singers
14/10/2021
Toulouse Guitare
Roberto Aussel
10/10/2021
Grands Interprètes
Krystian Zimerman, piano
09/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Fabien Gabel, direction
Henri-Franck Beaupérin,
orgue
08/10/2021
Les Arts Renaissants
Ensemble Correspondances
05/10/2021
Les Clefs de Saint-Pierre
Fantaisies Baroques
04/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Kerem Hasan, direction
Aurélien Gignoux,
percussionniste
02/10/2021
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi, dir.
27/09/2021
Les Arts Renaissants
Ensemble Jupiter
21/09/2021
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Virginie Constant,
Marie-Christine Barrault
12/09/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Behzod Abduraimov, piano
10/09/2021
Les Arts Renaissants
Ensemble Voces8
07/09/2021
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Orchestre national de l'Opéra de Paris
Gustavo Dudamel, direction - 19 novembre 2021
     
 
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Rutilance orchestrale

A peine nommé Directeur musical de l’Orchestre de l’Opéra national de Paris (sa prise de fonction date du 1er août dernier), Gustavo Dudamel emmène sa nouvelle institution musicale en tournée et, à la grande satisfaction des mélomanes toulousains, accepte l’invitation de l’association Grands Interprètes. Ainsi, au cours du concert du 19 novembre dernier, le public découvrait cette très prometteuse association entre l’une des plus prestigieuses phalanges symphonique et lyrique du moment et l’un des chefs les plus charismatiques.

Indiquons tout de même que cette découverte s’est vue retardée de plus d’une demi-heure du fait d’un événement malheureux, la découverte d’un cas positif à la Covid-19 identifié ce jour même au sein de l’Orchestre. Grâce au concours de musiciens de l'Orchestre national du Capitole, le concert a pu être maintenu et cet obstacle inattendu a été brillamment surmonté. En particulier, au cours de l’exécution de la Symphonie fantastique d’Hector Berlioz, on remarqua l’arrivée sur le plateau de la Halle aux Grains de la cor anglais solo de l'Orchestre national du Capitole, Gabrielle Zaneboni, bien connue et appréciée des habitués. Comme elle participait ce soir-là à la première de l’opéra Wozzeck, au Théâtre du Capitole, il a bien fallu retarder quelque peu le déroulement du concert afin de lui permettre d’arriver à la Halle. Grâce soit rendue à cette excellente musicienne qui a, en quelque sorte, sauvé cet événement, par ailleurs mémorable ! D’autant plus mémorable que la tournée de l’Orchestre de l’Opéra national de Paris a dû s’interrompre et reporter à une date ultérieure le concert prévu le dimanche 21 novembre 2021 au Gran teatre del Liceu à Barcelone.



L’Orchestre de l'Opéra national de Paris, sous la direction de Gustavo Dudamel
- Photo Classictoulouse -

Le lien qui s’est établi entre Gustavo Dudamel, né du programme d’éducation vénézuélien El Sistema, et l'Orchestre de l'Opéra national de Paris est né du coup de foudre de 2017 dans la fosse de l’Opéra-Bastille : Gustavo Dudamel y faisait ses débuts dans La Bohème de Puccini… La suite ressemble vraiment à une histoire d’amour musical. Une relation chaleureuse entre le chef et ses musiciens émane de cette collaboration. Il est en effet touchant de constater à quel point Gustavo Dudamel tient à mettre en avant SON orchestre, quitte à rester en retrait au moment des saluts.
Dirigeant masqué et sans partition, le chef façonne la rutilance de l’orchestre avec précision et enthousiasme. Le programme de cette soirée témoigne de sa part d’un amour certain de la musique française. Avec la version orchestrale d’Alborada del gracioso (Aubade du bouffon en français), quatrième pièce des Miroirs pour piano de Maurice Ravel, l’éclat, la qualité des couleurs instrumentales, la tenue d’un rythme souverain riment avec la poésie de la pièce. L’explosion des tutti comme le choix des tempi convainquent immédiatement et dans la durée, en dépit de la brièveté de la pièce.
Un contraste évident de style se manifeste avec la Symphonie n°31, en ré majeur, surnommée « Paris » (la France encore !) de Mozart. L’effectif confortable choisi pour cette exécution correspond au choix du jeune compositeur qui avait à sa disposition un grand orchestre pendant son séjour à Paris. Néanmoins, la direction de Gustavo Dudamel allège considérablement le déroulement de ses inhabituels trois mouvements. Le jeu transparent et précis des musiciens, la juste accentuation des phrasés restent très éloignés d’un excès de romantisme que l’on aurait pu craindre du fait de la taille de l’orchestre. Finesse et grâce mozartienne sont au rendez-vous.



Gustavo Dudamel au milieu de ses musiciens - Photo Classictoulouse -

La seconde partie de la soirée investit cette fois le cœur même du romantisme, avec cette Symphonie fantastique opus 14 à laquelle Berlioz lui-même a donné le titre original : « Épisode de la vie d'un artiste, symphonie fantastique en cinq parties ». La subjectivité la plus évidente imprègne toute l’œuvre dite « à programme ». La direction acérée, analytique de Gustavo Dudamel confère à sa conception une originalité impressionnante. Le soin des détails de l’instrumentation va de pair avec le grand souffle qui anime toute la partition. Les contrastes avivés du premier volet « Rêverie – Passions » sont suivis de l’élégance de « Un bal », mais pas seulement. La menace pointe toujours en contrepoint de la danse pas vraiment insouciante. Poétique en diable, la « Scène aux champs » constitue un havre de repos que vient troubler habilement le roulement du tonnerre. Le grand solo bucolique de cor anglais, en écho avec le hautbois en coulisse, doit beaucoup cette fois encore aux qualités sonores, à la musicalité, au sens des nuances de Gabrielle Zaneboni, soliste « infiltrée » au sein de la phalange lyrique.  Un grand bravo à elle !
Dans les deux derniers volets, la « Marche au supplice » et le « Songe d’un nuit de sabbat », le chef déchaîne toutes les forces, les couleurs les plus contrastées de sa phalange, tout en maintenant le rythme implacable de cette fuite en avant. Le fameux motif de la bien-aimée, mélodie décrite comme « idée fixe », prend ici une dimension effrayante et obsessionnelle à laquelle la cloche et les tubas du Dies Irae confèrent une intensité dramatique irrésistible.
Bien sûr, l’accueil du public explose littéralement. Notons qu’une grande partie des spectateurs ne s’est pas privée, tout au long de la soirée, d’applaudir entre les divers mouvements. Une pratique spontanée hors des conventions actuelles qui privilégient la continuité. Si cela témoigne de la venue au concert d’un nouveau public, réjouissons-nous !
Au cours des multiples rappels, le chef, toujours aussi en retrait, remercie et félicite chaleureusement chaque musicien, chaque pupitre, lesquels ne manquent pas d’applaudir leur nouveau directeur musical.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 21 novembre 2021

 

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
Programme du concert donné le 19 novembre 2021 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* M. Ravel
- Alborada del Gracioso, version pour orchestre

* W. A. Mozart
- Symphonie n° 31, en ré majeur, Paris, K 297

* H. Berlioz
- Symphonie fantastique, opus 14

 

 
Les saisons musicales
lyriques et
chorégraphiques
toulousaines

 
2021-2022
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index