www.classicToulouse.com
Annonces
 
Grands Interprètes
Budapest Festival
Orchestra
Iván Fischer, direction
Alexandre Kantorow, piano
23/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Jiří Rožeň, direction
Concert France-Arménie
24/10/2020
Le forum ByPass
Vocalismes
13 au 20/11/2020
Association Aïda
Saison 2020-2021
30/06/2020
Toulouse Guitare
Saison 2020-2021
Présentation 18/09/2020
Odyssud-Blagnac
Saison 2020-2021
 
Critiques
 
Orchestre nat. du Capitole
Lio Kuokman, dir. et piano
Kristi Gjezi, violon
Marc Coppey, violoncelle
16/10/2020
Grands Interprètes
Cecilia Bartoli
Les Musiciens du Prince-
Monaco
Gianluca Capuano, dir.
13/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Nil Venditti, direction
Hugo Blacher, trompette
10/10/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Quatuor en héritage
05/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Ishay Shaer, piano
03/10/2020
Les Arts Renaissants
Yasuko Uyama-Bouvard
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
29/09/2020
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Bach Jean-Sébastien
Suites et danse
27/09/2020
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Looking for Beethoven
Pascal Amoyel
13/09/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
"Dessine-moi un concert"
11/09/2020
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Seong-Jin Cho, piano
10/09/2020
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Concerts d'ouverture
29 et 30/08/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concert exceptionnel
David Fray, dir. et piano
Audrey Vigoureux,
Emmanuel Christien,
Jacques Rouvier, pianos
02/07/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concert exceptionnel
Tugan Sokhiev, direction
Bertrand Chamayou, piano
26/06/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concert exceptionnel
Renaud Capuçon, violon
19/06/2020
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi, dir.
09/03/2020
Orchestre du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Josef Špaček, violon
05/03/2020
Grands Interprètes
Julien Martineau,
mandoline
Vanessa Benelli Mosell,
piano
02/03/2020
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
28/02/2020
Les Arts Renaissants
Ensemble Tictactus
26/02/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Ombres portées
24/02/2020
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Fumiaki Miura, violon
21/02/2020
Orchestre du Capitole
Pascal Rophé, direction
Renaud Capuçon, violon
15/02/2020
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orfeón Donostiarra,
Jeanine de Bique, soprano
Christa Mayer, mezzo

08/02/2020
Grands Interprètes
Martha Argerich, piano
Mischa Maisky, violoncelle
06/02/2020
Toulouse Guitare
SoloDuo
31/01/2020
Les Arts Renaissants
Patricia Petibon, soprano
Susan Manoff, piano
30/01/2020
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Cecilia Bartoli, mezzo-soprano
Les Musiciens du Prince-Monaco, Gianluca Capuano, direction
13 octobre 2020 à 18 h et 21 h
     
 
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Irrésistible Cecilia !

Le 13 octobre dernier, l’ouverture de la saison Grands Interprètes était confiée à l’une des grandes figures de la scène internationale, de la scène lyrique, Cecilia Bartoli. En une soirée un peu folle, la mezzo-soprano a fait oublier les inquiétantes vicissitudes qui planent sur nos vies. Brillamment entourée des Musiciens du Prince-Monaco, la cantatrice, tel un caméléon prodigieux, a conçu et présenté un véritable show musical à la fois imaginatif et poétique, émouvant et plein d’humour.

Programmé pour le 1er avril dernier, le concert initial avait dû être annulé pour les raisons que l’on sait. Fort heureusement, il n’a été que reporté. Certainement aménagé et modifié, le contenu de cette soirée a conservé son thème initial « Farinelli et son temps », du nom du plus célèbre des castrats de la période baroque. On connaît les affinités de la cantatrice romaine pour le répertoire de ces chanteurs adulés en leur temps comme les rockstars de l’époque. L’organisation à la fois effervescente et raisonnée de ce nouveau programme se structure autour de l’œuvre et de la personnalité du compositeur majeur de la scène de cette période, Georg Friedrich Haendel, ou George Frederic Handel, suivant qu’on le considère comme le plus allemand des compositeurs anglais ou le plus anglais des compositeurs allemands.
Les pièces vocales et instrumentales de Haendel qui composent ce programme constituent donc l’épine dorsale, le fil rouge de cet original voyage en « baroquie ». Elles alternent avec des partitions signées Nicola Porpora (1686-1768), Johann Adolph Hasse (1699-1783), Georg Philipp Telemann (1681-1767) et Antonio Vivaldi (1678-1741), autant de compositeurs contemporains de Haendel (1685-1759).



Cecilia Bartoli - Photo Kristian Schuller / Decca -

L’originalité de cet itinéraire peu conventionnel réside dans l’intégration astucieuse de la musique et de la scène. L’ensemble instrumental Les Musiciens du Prince-Monaco créé au printemps 2016 à l’Opéra de Monte-Carlo sur une idée de la cantatrice elle-même, est composé de près de trente musiciens. Il partage le plateau de la Halle aux Grains avec les acteurs du spectacle : majordome, habilleur, solistes instrumentaux, et bien sûr Cecilia Bartoli qui joue son propre rôle autant qu’elle le chante. En outre l’actrice ne cache rien de ses multiples transformations vestimentaires, puisque ses changements s’effectuent à vue. Et Dieu sait qu’ils sont légion ! On la voit donc successivement vêtue de redingotes ou de robes diverses, incarnant des personnages haut en couleurs.
La succession des pièces musicales et vocales s’enchaîne astucieusement grâce aux interludes imaginés ou improvisés par le claveciniste, le théorbiste ou le violoncelliste. En outre, la cantatrice partage souvent la scène et la partition avec les excellents solistes qui lui donnent la réplique. Dès la première aria « Lontan dal solo e caro » extraite de Polifemo, de Nicola Porpora, elle dialogue harmonieusement avec le hautbois de Pierluigi Fabretti. On peut immédiatement admirer la belle santé vocale de la cantatrice et surtout sa parfaite musicalité. La première note, chantée pianissimo, s’enfle en un lent crescendo suivi d’un decrescendo émouvant, le tout sur le souffle qu’elle contrôle avec maîtrise. Tout le début du concert se consacre aux arias nostalgiques ou rêveurs. L’apothéose est atteinte sans surprise avec l’un des « tubes » de ce répertoire, « Lascia la spina… » extrait de Il Trionfo del Tempo e del Disinganno, de Haendel. Un silence ému de toute l’assistance prolonge cette aria emblématique. De son côté l’ensemble instrumental brille de tous ses feux comme dans l’impressionnante et vigoureuse tempête extraite d’Ariodante du même Haendel.



Cecilia Bartoli et les Musiciens du Prince-Monaco. A gauche, Gianluca Capuano, le chef d'orchestre - Photo Alain Hanel OMC -

L’art si caractéristique de la cantatrice dans la vocalise staccato s’exprime avec virtuosité en particulier dans une sorte de joute entre la voix, le hautbois solo, toujours Pierluigi Fabretti, et la trompette solo de Thibaud Robinne, impressionnant de maîtrise. Dans ce récitatif et air extrait d’Amadigi di Gaula, Haendel arbitre une compétition de virtuosité entre les trois solistes. Le comique de la situation ne masque en rien la flamboyance de ce combat pacifique qui déclenche d’ailleurs une ovation enthousiaste de tout le public. Précisons que Thibaud Robinne donne également du redoutable concerto pour trompette de Telemann une lecture impressionnante d’autorité.
On ne saurait oublier la finesse et le style du flûtiste Jean-Marc Goujon qui séduit par deux fois. Son duo avec la voix de Cecilia Bartoli dans l’extrait chanté d’Orlando furioso, de Vivaldi, puis dans l’air d’Almirena «  Augeletti que cantate » extrait de Rinaldo de Haendel, révèle un charme, une poésie, une musicalité admirables !
Notons que le programme s’achève sur l’aria symbolique « What passion cannot music raise and quell », la seule en anglais de toute la soirée, extraite de l’Ode à Saint Cécile. Un petit clin d’œil de la cantatrice homonyme, accompagnée ici par le violoncelle de Robin Michael, tout aussi excellent que ses autres collègues solistes… Le spectacle musical programmé s’achève poétiquement avec le souffle de Cecilia Bartoli sur une bougie, souffle silencieux qui plonge la salle dans l’obscurité absolue !
Il est évident que le concert ne pouvait s’achever ainsi. Les multiples rappels d’une assistance chauffée à blanc ont obtenu des interprètes une salve de bis dans lesquels les vocalises généreuses de la cantatrice ont rivalisé avec les interventions de ses collègues instrumentistes, en particulier le trompettiste avec lequel un nouveau challenge sur le souffle ne saurait désigner de vainqueur, mais aussi le violon solo de l’ensemble, Andrés Gabetta. Le jazz fait même son apparition avec l’évocation du Porgy and Bess de Gershwin. Le tout s’achève sur une chanson traditionnelle napolitaine, accompagnée à la mandoline, afin d’évoquer ce fameux Théâtre San Carlo de Naples dont la grande photo surplombe pendant toute la soirée le plateau de la Halle aux Grains.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 14 octobre 2020

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
Programme des concerts donné le 13 octobre 2020 à 18 h et à 21 h à la Halle aux Grains de Toulouse

Pièces vocales et instrumentales de :

* G. F. Haendel

* N. Porpora

* J. A. Hasse

* G. Ph. Telemann

* A. Vivaldi

 

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index