www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre de Chambre de
Toulouse
Concerts du mois de
Septembre 2019
Ensemble Antiphona
Clément Lanfranchi, dir.
29/09/2019
Toulouse Guitare
Saison 2019-2020
Présentation
13/09/2019
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Behzod Abduraimov, piano
14/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Préludes poétiques
01/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Terre, nature et liberté
25/08/2019
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Magnificat, Dies Irae...
13/08/2019
Musique au Brésil
Orchestre Symphonique
Municipal de Campinas
Victor Hugo Toro, dir.
Simone Leitão, piano
20/07/2019
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
Moondog
29/06/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Duende y misterio
16/06/2019
A bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Mistero Buffo
14 et 15/06/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Chœur du Capitole
Garry Magee, baryton
10/06/2019
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
05/06/2019
Orchestre du Capitole
Klaus Mäkelä, direction
István Várdai, violoncelle
25/05/2019
Grands Interprètes
Les Siècles
François-Xavier Roth, dir.
Marie Lenormand, mezzo
23/05/2019
Grands Interprètes
Budapest Festival Orch.
Iván Fischer, direction
Emanuel Ax, piano
20/05/2019
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
Louis Schwizgebel, piano
18/05/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Quatuor pour la fin du
Temps"
13/05/2019
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Anne Schwanewilms, sop.
11/05/2019
La Saison Bleue
Cuarteto Quiroga
30/04/2019
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
29/04/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Janina Baechle, mezzo
Christian Elsner, ténor
27/04/2019
Rotary-Tlse-Lauragais
Constant Despres, piano
Chœur Octambule
25/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
17/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Raquel Camarinha, sop.
Renaud Capuçon, violon
12/04/2019
Les Arts Renaissants
Thibaut Garcia, guitare
Boris Grelier, flûte
10/04/2019
Les Sacqueboutiers
La Maîtrise de Toulouse
"Missa pro defunctis"
09/04/2019
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Lilya Zilberstein, pianos
06/04/2019
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev,
piano et direction
05/04/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Temps de guerre"
18/03/2019
Grands Interprètes
Le Bolchoï de Russie
Tugan Sokhiev, direction
13, 14 et 15/03/2019
Grands Interprètes
Bertrand Chamayou, piano
Sol Gabetta, violoncelle
11/03/2019
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Sandrine Piau,
Karine Deshayes,
Chœur du Capitole
08/03/2019
Orchestre du Capitole
La Damnation de Faust
H. Berlioz
Tugan Sokhiev, direction
Chœur et Maîtrise du
Capitole
22/02/2019
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
20/02/2019
Grands Interprètes
Thomas Enhco, piano
Vassilena Serafimova,
marimba
18/02/2019
Les Sacqueboutiers
La Musique au féminin
Paulhac (Haute Garonne)
16/02/2019
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Le Bolchoï de Russie - Chœur et Orchestre
Tugan Sokhiev, direction - 13, 14 et 15 mars 2019
     
 
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Le printemps franco-russe

Dans le cadre de la première édition des Musicales franco-russes, la brillante saison de Grands Interprètes a accueilli à Toulouse l’ensemble des forces musicales du grand théâtre Bolchoï de Russie. Cette performance inédite doit beaucoup à la présence à la tête de l’Orchestre national du Capitole de Tugan Sokhiev qui ne cesse de militer pour établir un lien culturel entre la France et la Russie. Cette nouvelle « résidence » du Bolchoï à Toulouse a ainsi donné naissance à trois manifestations de prestige qui ont attiré à la Halle aux Grains un public nombreux et enthousiaste.

Tugan Sokhiev, à la fois directeur musical de l’Orchestre national du Capitole et directeur musical du Théâtre Bolchoï est le pivot de ce triptyque de manifestations. Le 13 mars, le Chœur du Bolchoï présentait un programme construit sur la grande tradition russe du chant choral. Les 14 et 15 il s’agissait d’offrir, en version de concert, deux des grands opéras russes qui caractérisent un art lyrique spécifique lié à l’histoire et à la culture : La Dame de Pique, de Tchaïkovski, et le plus rare Ivan le Terrible de Rimski-Korsakov dont ce fut probablement la création à Toulouse.

Le Chœur en majesté (13 mars)

La première prestation des artistes du prestigieux Théâtre réunit une cinquantaine de chanteurs, sélectionnés parmi les cent vingt membres du Chœur du Bolchoï. Cette impressionnante phalange, qui prend part à tous les opéras produits par le Théâtre du Bolchoï, participe aussi aux ballets et chante des œuvres de musique religieuse. Depuis 2003, le Chœur est dirigé par Valery Borisov présent à Toulouse pour cette première manifestation. Le programme a cappella comprend notamment des œuvres de Tchaïkovski et Rachmaninov, des pièces de nombreux compositeurs de chants liturgiques ainsi que des chansons populaires russes.



Le Chœur du Bolchoï sous la direction de Valery Borisov - Photo Classictoulouse -

Chaque auditeur de ce premier contact peut admirer tout d’abord des qualités formelles du plus haut niveau : justesse, cohésion, couleurs, équilibre parfait entre les hommes et les femmes et entre tous les registres, du grave à l’aigu. Le sens de la dynamique impressionne. Du murmure le plus ténu, aux frontières du silence, à l’éclat lumineux des grands fortissimos, l’équilibre des timbres n’est jamais rompu. En outre, un grand nombre d’interventions solistes donnent à découvrir de grands et belles voix dans tous les registres, dont la plupart pourraient tenir de grands rôles sur scène.
Toute la première partie de la soirée et le début de la seconde magnifient les grandes pièces du répertoire sacré de musique russe. Trois extraits des fameuses Vêpres de Sergei Rachmaninov, puis également trois extraits de la Liturgie de Saint-Jean Chrysostome, de Piotr Ilitch Tchaïkovski, ouvrent cette admirable démonstration d’un art du sacré dont la spécificité ne saurait être plus convaincante. On admire l’éclat, la retenue, et cette abyssale contribution des voix de basse si caractéristique de ces formations.
De grands compositeurs moins connus comme Alexander Arkhangelsky, Alexander Gretchaninov, Pavel Tchesnokov, ou encore Gueorgy Sviridov apportent leur contribution à ce panorama d’un répertoire sacré unique et riche de grands talents.
Toutes les chansons populaires qui complètent ce beau programme sont chantées dans des arrangements qui leur confèrent une certaine noblesse expressive, sans pour autant en gommer la saveur du terroir.
L’enthousiasme du public conquis obtient deux bis dont le second s’extraie de la tonalité générale du concert, sorte de clin d’œil au répertoire international : il s’agit de La vergine degli angeli, extrait de La Force du destin de Giuseppe Verdi…



L'Orchestre, le Chœur et les solistes du Bolchoï sous la direction de Tugan Sokhiev pour
La Dame de Pique de Tchaïkovski - Photo Classictoulouse -

Une Dame de pique historique (14 mars)

Déjà présents à Toulouse en 2017 pour une exécution mémorable, également en version de concert, de La Pucelle d’Orléans de Tchaïkovski, les forces réunies du Bolchoï, orchestre chœur et solistes ont franchi, ce 14 mars, une nouvelle étape dans l’excellence. Cet ensemble prestigieux a atteint un niveau musical, dramatique, vocal, expressif impressionnant.
Ce soir-là, sous la direction acérée, précise, stimulante de Tugan Sokhiev, l’orchestre et le chœur réalisent une performance hors norme, historique même, au bénéfice d’une analyse musicale et dramatique de La Dame de pique, de Tchaïkovski, véritablement incomparable. La qualité de la prestation orchestrale, le déploiement des couleurs, la pure beauté des sonorités de tous les pupitres, la justesse expressive de chaque épisode parfaitement intégré dans une progression implacable du drame imaginé par Pouchkine, font de cette phalange instrumentale l’acteur principal de l’œuvre. Chaque intervention du chœur, capable des nuances les plus extrêmes dans une permanence de la beauté sonore, impose une vérité parée de tous les attraits. L’équilibre sonore que le chef sait parfaitement doser entre les deux formations ajoute encore à la lisibilité de l’exécution.
La perfection formelle renforce l’impact théâtral de l’intrigue. Bien des épisodes, comme ce rythme haletant des altos, image de l’obsession du personnage d’Hermann, donnent la chair de poule !
En outre, le sur-titrage très bien réalisé du livret (une première à ma connaissance dans ces circonstances) plonge le spectateur dans l’urgence absolue de ce drame de la passion… et de l’addiction.



Les principaux solistes de La Dame de Pique. De gauche à droite :
Nikolay Kazanskiy (Tomski), Igor Kolovatenko (Prince Yeletzki),
Elena Manistina (La Comtesse), Anna Nechaeva (Lisa) et Oleg Dolgov (Hermann)
- Photo Classictoulouse -

Les acteurs-chanteurs s’intègrent dans ce continuum musical avec intelligence et sensibilité. Saluons tout d’abord le parfait dosage qui permet à chaque voix de franchir le riche commentaire orchestral, si intense soit-il. Le fait d’intégrer les solistes au sein de l’orchestre ne nuit en rien à l’intelligibilité du chant.
Un authentique esprit de troupe règne parmi les douze solistes qui composent la distribution toulousaine. Ils possèdent tous cette spécificité profondément russe qui cimente l’œuvre et la caractérise. Ainsi saluons la qualité de tous les titulaires des rôles « dits » secondaires qui en fait construisent l’atmosphère du drame. Parmi ceux-ci, le baryton-basse Nikolay Kazanskiy confère un éclat particulier au personnage de Tomski, alors qu’Igor Golovatenko délivre avec art et ferveur son fameux air de l'acte II du le Prince Yeletski. On admire également le très beau timbre de la mezzo-soprano Agunda Kulaeva.
Le rôle lumineux de Lisa est admirablement incarné par la soprano Anna Nechaeva au timbre juvénile et à la fraîcheur parfaitement en situation. Quant à la mezzo-soprano Elena Manistina, elle s’investit totalement dans le rôle hors norme de la vielle Comtesse. Sa scène d’évocation de sa jeunesse parisienne avec l’emblématique citation de l’air de Grétry donne le frisson.
Enfin, le ténor Oleg Dolgov est le touchant interprète du rôle central d’Hermann. Il investit ce personnage avec conviction et un sens des nuances, de la complexité et de l’évolution de son caractère qui méritent le respect.
La réussite est totale.

Le rare Ivan le Terrible (15 mars)

La troisième étape de ce voyage en terre lyrique russe, le 15 mars, coïncide avec ce qui est probablement la création à Toulouse de l’ouvrage de Rimski-Korsakov, Ivan le Terrible, dont le titre original est La Pskovitaine (ou La jeune fille de Pskov).


Ilya Selivanov (Toutcha) et Dinara Alieva
(Olga) - Photo Classictoulouse -
O
Le grand Fédor Chaliapine en fut longtemps le grand interprète du rôle du tsar Ivan IV dit Le Terrible. Il est vrai que l’on connaît mieux en Occident les opéras comme Snegourotchka (La Reine des Neiges), La Fiancée du tsar, La Légende de la ville invisible de Kitège et de la demoiselle Fevronia, ou encore Le Coq d'or. Néanmoins, cette fresque historico-légendaire mérite bien son passage à la postérité au même titre que les autres partitions de Rimski-Korsakov.
Le livret, dont le sur-titrage bienvenu permet de suivre les péripéties, est signé de Vsevolod Krestovski. Il évoque la conquête de la ville de Pskov par le tsar Ivan IV et brosse ainsi le portrait d’un monarque aux multiples facettes : à la fois redoutable, cruel, mais finalement perméable aux sentiments humains.
Dès l’ouverture, particulièrement développée, on retrouve la rutilance du magnifique orchestre du Bolchoï dont Tugan Sokhiev sait tirer les meilleurs accents. Les interventions du Chœur, toujours aussi impressionnant de puissance, mais aussi de finesse et de caractérisation, constituent des moments privilégiés de cette présentation. Parmi les dix solistes qui composent la distribution vocale, on retrouve quelques participants de la Dame de pique de la veille, le même esprit de troupe et le haut niveau de ces chanteurs rompus au style épique de l’ouvrage. L’incarnation d’Ivan IV bénéficie de l’interprétation particulièrement nuancée de Stanislav Trofimov, tsar parcouru de sentiments opposés, même si l’ampleur et la noirceur de son timbre a parfois du mal à franchir la richesse orchestrale.


De gauche à droite : Tugan Sokhiev (Directeur musical), Valery Borisov (chef de choeur), Stanislav Trofimov (Ivan IV) - Photo Classictoulouse -

Le couple amoureux Toutcha-Olga déploie une assurance vocale, une qualité de timbres et une vraisemblance dramatique remarquables. Le jeune ténor Ilya Selivanov, voix lumineuse, lyrique et néanmoins conquérante incarne ainsi un Toutcha convainquant. La soprano Dinara Alieva, dans le rôle d’Olga, impressionne par l’ampleur de son timbre, sa richesse et l’éclat dont elle est capable. La basse Denis Makarov domine parfaitement le rôle important de Tokmakov, alors qu’Ivan Maximeyko témoigne dans le rôle de Matouta d’un impact vocal imposant.
Cette présentation remarquable complète un triptyque saisissant autour de la grande tradition romantique russe. Les phalanges orchestrale et chorale du Bolchoï, ainsi que sa valeureuse troupe de chanteurs solistes portent très haut un art lyrique bien spécifique.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 16 mars 2019

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 

Programme des concerts donné les 13, 14 et 15 mars 2019 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

- 13 mars -
Concert a cappella du Chœur du BolchoÏ de Russie

- 14 mars -
* P. I. Tchaïkovski
- La Dame de Pique

- 15 mars -
* N. Rimski-Korsakov
- Ivan le Terrible



 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index