www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre du Capitole
Enrique Mazzola, direction
Edgar Moreau, violoncelle
22/06/2018
Odyssud
Saison 2018-2019
Dialogue aux Carmélites
Saison 2018
Présentation 20/03/2018 09/06 au 23/09/2018
Orchestre du Capitole
Saison 2018-2019
Présentation
30/05/2018
Les Clefs de Saint-Pierre
Saison 2018-2019
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Long Yu, direction
Chad Hoopes, violon
16/06/2018
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe,
Yannick Nézet-Séguin, dir.
Lisa Batiashvili, violon
15/06/2018
Les Sacqueboutiers
Gwendolyn Toth, orgue
13/06/2018
Les Sacqueboutiers
Jean Tubéry, cornetto
Gwendolyn Toth, orgue
12/06/2018
Dialogue aux Carmélites
Clara Cernat, violon
Thierry Huillet, piano
Luc Ferry, philosophe
10/06/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orféon Donostiarra
08/06/2018
Grands Interprètes
Grigory Sokolov, piano
04/06/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Nicholas Angelich, piano
02/06/2018
Orchestre du Capitole
Marcelo Lehninger, dir.
Guillaume Vincent, piano
26/05/2018
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
18/05/2018
Orchestre du Capitole
Clemens Schuldt, direction
Baiba Skride, violon
12/05/2018
Orchestre du Capitole
Bruno Mantovani, direction
Roger Muraro, piano
05/05/2018
Grands Interprètes
Thibaut Garcia, guitare
03/05/2018
Clefs de Saint-Pierre
Elégance Française
30/04/2018
Orchestre du Capitole
Stanislav Kochanovsky,
direction
Sergey Khachatryan,
violon
20/04/2018
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
14/04/2018
Toulouse Wind Orchestra
Alexandre Jung, direction
Sophie Dartigalongue,
basson
13/04/2018
Arts Renaissants
Quintette à cordes de
Berlin
11/04/2018
Les Sacqueboutiers
Choeur de l'Université
Jean-Jaurès
Palladia Tolosa
08 et 10/04/2018
Orchestre d'Harmonie
de Quint-Fonsegrives
David Minetti, direction
09/04/2018
Orchestre du Capitole
Jeff Mills, Lost in Space
Christophe Mangou, dir.
05, 06, 07/04/2018
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Hartmut Haenchen, dir.
30/03/2018
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
29/03/2018
Grands Interprètes
Edgar Moreau, violoncelle
David Kadouch, piano
19/03/2018
Maîtrise de Toulouse
Mark Opstad, direction
Lux : Soleil et étoiles
17/03/2018
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
14/03/2018
Odyssud
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Magali Léger, soprano
Paulin Bündgen,
contre-ténor
13/03/2018
Grands Interprètes
B'Rock Orchestra
René Jacobs, direction
Robin Johannsen, soprano
08/03/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Repin, violon
05/03/2018
Musika Orchestra
Academy
Pierre Bleuse, direction
Béatrice Uria-Monzon,
mezzo-soprano
04/03/2018
Saison Bleue de Toulouse
David Grimal, violon
Anne Gastinel, violoncelle
Philippe Cassard , piano
27/02/2018
Clefs de Saint-Pierre
Impressionnismes
26/02/2018
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Edgar Moreau, violoncelle,
David Kadouch, piano - 19 mars 2018
     

CRITIQUE

Fervent dialogue

L’auditorium Saint-Pierre des Cuisines hébergeait, le 19 mars dernier, l’un de ces concerts de musique de chambre qui constituent la face intime de la saison Grands Interprètes. Deux jeunes musiciens déjà légitimement célèbres, le violoncelliste Edgar Moreau et le pianiste David Kadouch, y présentaient un programme original et novateur de musique française, accueilli avec enthousiasme par un public attentif et conquis.

Né en 1994 à Paris, Edgar Moreau, qui a commencé des études de violoncelle à quatre ans, a remporté à 17 ans le Deuxième Prix du XIVème Concours Tchaïkovski à Moscou en 2011 sous la présidence de Valery Gergiev. Depuis cette révélation fracassante, il parcourt le monde et mène une carrière internationale de tout premier plan. A peine plus âgé, David Kadouch a bénéficié des conseils de personnalités telles que Jacques Rouvier, Dmitri Bashkirov, Murray Perahia, Maurizio Pollini, Maria-João Pires ou Daniel Barenboïm. Récompensé par de multiples prix prestigieux, il est régulièrement invité dans de nombreux festivals internationaux.
Ces deux musiciens de grands talents se produisent souvent aux côtés de collègues de leurs générations en musique de chambre, un domaine qui les passionne visiblement. Chacun d’eux possède des spécificités propres qui sont placées au service d’un dialogue fécond, original et toujours d’une réjouissante vitalité.



Edgar Moreau, violoncelle, David Kadouch, piano - Photo Classictoulouse -

La sonate pour violon et piano de César Franck, transcrite par Jules Delsart pour violoncelle et piano, ouvre ce concert attachant. Immédiatement le chant lyrique du violoncelle caractérise le jeu d’Edgar Moreau. A cette voix chaleureuse répond le piano d’une grande clarté, nerveux et parfois percussif de David Kadouch. Dans cette partition, les jeux des deux compères se complètent sans s’imiter. La lente et rêveuse méditation de l’Allegro ben moderato initial fait bientôt place à l’inquiétude, puis à l’apaisement momentané. Cet emblème du romantisme à la française se conclut dans le lyrisme presque désespéré de l’Allegretto poco mosso final.
Avec la Sonate pour violoncelle et piano, originale celle-là, de Francis Poulenc, c’est un autre monde qui s’ouvre. Composée entre 1940 et 1948 et dédiée au grand violoncelliste Pierre Fournier, cette partition peu fréquentée sonne comme du Poulenc pur jus. Le caractère « Dr. Jekyll et Mr. Hyde » du musicien, souvent qualifié de « moine et voyou », s’y manifeste immédiatement. Le premier Allegro manie l’ironie avec une légèreté que les interprètes s’approprient immédiatement. Le voyou pointe ici son oreille. Le cœur de l’œuvre, la sensible Cavatine, dévoile l’autre aspect du personnage. Grave, nostalgique, ce mouvement révèle un Poulenc secret, doucement lyrique, subtilement soutenu par les deux musiciens en parfaite cohérence. Les glissandi insistants du violoncelle bénéficient, avec Edgar Moreau, du traducteur idéal. Dans le troisième volet, Ballabile, on retrouve, avec le sourire, le côté mondain de l’auteur du ballet Les Biches. Le Finale, pimpant, épicé de pirouettes caractéristiques, adopte l’ironie comme moyen d’expression. Les deux complices en dissèquent habilement l’esprit et la lettre.


Les deux interprètes au salut final - Photo Classictoulouse -

La seconde partie de la soirée révèle un talent oublié, celui de la compositrice française Rita Strohl (1865-1941) dont le talent mérite mieux que le silence dans lequel elle est tombée. Auteure de plusieurs pièces lyriques, symphoniques et de musique de chambre, Rita Strohl reçut alors le soutien de Camille Saint-Saëns, Vincent d’Indy, ou encore Gabriel Fauré. Pablo Casals joua sa musique. Le temps ne favorisa pas sa reconnaissance. Mais n’est-ce pas le cas d’autres compositrices de valeur comme Clara Schumann, Fanny Mendelssohn, ou Lili Boulanger ? Cette Sonate dramatique pour violoncelle & piano « Titus et Bérénice », que nous proposent Edgar Moreau et David Kadouch, est inspirée par la tragédie de Jean Racine, Bérénice. Voici l’exemple absolu d’une partition qui n’hésite pas à se proclamer « musique à programme ». Et avec quelle précision ! Chacun des quatre mouvements s’accompagne d’un commentaire qui reprend les vers de Racine. Ainsi, le premier volet évoque la passion et les incertitudes de Titus. L’héroïsme de l’écriture traduit parfaitement les conflits qui agitent les personnages.
Le deuxième mouvement s’ouvre comme un divertissement royal que le doute n’épargne pourtant pas. Le troisième retentit comme le cœur de la tragédie. La souffrance de Bérénice s’expose sans retenue, comme elle le ferait dans un opéra. Le violoncelle et le piano semblent traduire les propos d’un duo passionné. Enfin, comme le note Rita Strohl elle-même en exergue du quatrième volet, « Le terrible moment s’approche, la séparation s’accomplira… ». L’angoisse, le désespoir s’expriment à leur paroxysme. L’investissement des deux interprètes fait plaisir à voir et à entendre et rend justice à une compositrice dont on espère qu’elle sortira enfin de l’ombre.
Longuement acclamés, les deux musiciens accordent un bis tout aussi nouveau pour nos oreilles. Ils jouent l’Andante Espressivo pour violoncelle et piano du compositeur et organiste Fernand de La Tombelle (1854-1928). Décidemment voici deux interprètes qui ne se contentent pas d’exploiter le répertoire traditionnel de leurs instruments. Signalons que le programme de ce concert a été gravé par eux sur un CD Warner-Erato qui mérite largement le détour…

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 20 mars 2018

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
Programme du concert donné le 19 mars 2018
à 20 h à l'auditorium
Saint-Pierre des Cuisines de Toulouse :

* C. Franck
- Sonate pour violoncelle et piano, en la majeur

* F. Poulenc
- Sonate pour violoncelle et piano

* R. Strohl
- Grande sonate dramatique Titus et Bérénice pour violoncelle et piano

 

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index