www.classicToulouse.com
Annonces
 
Arts Renaissants
Stile Antico
13/12/2017
Orchestre du Capitole
Giacomo Sagripanti, dir.
15/12/2017
Ensemble Baroque
de Toulouse
Michel Brun, direction
16 et 17/12/2017
Conservatoire de Toulouse
Soirée du cor
Musique et littérature
19/12/2017
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
François-René Duchâble,
piano
21/12/2017
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vladimir Spivakov, violon
08/12/2017
Philharmonie de Paris
Orchestre Métropolitain
de Montréal
Yannick Nézet-Séguin, dir.
03/12/2017
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe
Nicholas Collon, direction
Renaud Capuçon, violon
02/12/2017
Orchestre du Capitole
Andris Poga, direction
Bertrand Chamayou, piano
01/12/2017
Grands Interprètes
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
30/11/2017
Musique au Palais
Palais Niel
25 et 26/11/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
25/11/2017
Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
22/11/2017
Clefs de Saint-Pierre
Entrez dans la danse
20/11/2017
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, violon et
direction, Anne Gaurier,
viole de gambe
16/11/2017
Chœur les éléments
Bach & pochette surprise
Odyssud
13/11/2017
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Saint-Pétersbourg
Yuri Temirkanov, dir.
10/11/2017
Toulouse Wind Orchestra
Dylan Corlay, direction
Félix Dervaux, cor
27/10/2017
Grands Interprètes
Il Giardino Armonico
Giovanni Antonini, dir.
Isabelle Faust, violon
20/10/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Siglo de Oro
19/10/2017
Les Sacqueboutiers
Danza Alta
Cintegabelle
14/10/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Wayne Marshall, orgue
13/10/2017
Grands Interprètes
Orchestre national de
France
Emmanuel Krivine, dir.
Martha Argerich, piano
07/10/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Richard Goode, piano
05/10/2017
Clefs de Saint-Pierre
Confins du romantisme
02/10/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano
20/09/2017
Dialogues aux Carmélites
Rien n'est bon que d'aimer
03/09/2017
Dialogues aux Carmélites
La note bleue
27/08/2017
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Philippe Jaroussky, Ensemble Artaserse
30 novembre 2017
     
 
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Philippe Jaroussky et Haendel : un feu d’artifice

Philippe Jaroussky occupe une place à part dans le monde du chant baroque. Sa générosité, la spontanéité, le naturel de son art n’ont d’équivalent que le raffinement dont ses interprétations sont un constant témoignage. A l’occasion du 4ème concert de la saison des Grands Interprètes, le contre-ténor le plus demandé du moment explorait, avec son bel ensemble instrumental Artaserse, le répertoire particulièrement exigeant des opéras de Haendel dont il vient de réaliser un enregistrement mémorable.

Le principe même de l’aria da capo haendélien exige de son interprète musicalité, implication dramatique et imagination, afin de ne pas sombrer dans la répétition sans relief. A l’écoute de Philippe Jaroussky, l’auditeur se retrouve fasciné par l’expression de ces affects si fortement liés à une musique flamboyante mais précisément codée. L’équilibre entre pure virtuosité et expression organique des sentiments atteint rarement un tel idéal.



Philippe Jaroussky - Photo Classictoulouse -

Certes, le timbre si souvent qualifié d’« angélique » du contre-ténor possède en lui-même une pureté lumineuse. Certes, l’aisance de sa vocalisation, de sa projection, la perfection technique de son chant sont admirables en elles-mêmes. La musicalité de son chant reste en permanence du plus haut niveau. Il n’est que d’observer le soin avec lequel il choisit les bons phrasés. Mais le supplément d’âme qu’il apporte à ses interprétations en font tout le prix. Si les aventures héroïques ou sentimentales des personnages qu’il incarne avec autant de conviction nous touchent, c’est à la finesse et à la sensibilité du musicien qu’on la doit.
En outre tout le concert, composé d’une multitude d’arias et de courts fragments instrumentaux, s’avère admirablement ordonnancé. Ces nombreux extraits, fort intelligemment liés en tenant compte de la succession de tonalités compatibles, résonnent comme le ferait une vaste symphonie pour voix et orchestre. La continuité, à la fois musicale et expressive, soutient l’attention et maintient un intérêt constant. Des mouvements de Concerti grossi ou de Sinfonie s’intercalent avec opportunité entre les arias.
Après une ouverture de l’opéra Radamisto que l’ensemble Artaserse rythme avec énergie, la première intervention du chanteur dans l’aria extraite de Ezio « Pensa a serbarmi, o cara » développe un charme irrésistible. Charme qui se prolonge dans l’extrême tendresse de l’air de Guido « Son pur felice » extrait de l’ouvrage Flavio. Le drame émerge du récitatif et de l’air extraits de Siroe, re di Persia « Son stanco, ingiusti Numi… ». Une occasion d’admirer le soin avec lequel le chanteur caractérise chaque personnage, tout en animant différemment et avec talent le récitatif et l’aria. La suprême sensibilité de l’interprète se manifeste en particulier dans son art du pianissimo, comme suspendu dans l’espace et le temps, et celui de la gestion dramatique des silences. Le public en retient même sa respiration ! A la nostalgie d’un air extrait d’Imeneo « Se potessero i sospir miei », succède un impressionnant épisode de colère et de violence généré par « Vieni, d’empietà mostro crudele » de Radamisto.



L'ensemble Artaserse autour de Philippe Jaroussky - Photo Classictoulouse -

La sureté virtuose, la parfaite vocalisation de Philippe Jaroussky éclatent au grand jour avec l’aria de Giustino « Chi mi chiama alla gloria ? » L’alternance des pièces vocales et instrumentales révèle également les talents individuels des musiciens de l’ensemble. Ainsi, dans le Largo du Concerto grosso en si bémol majeur, l’intervention du hautbois solo témoigne d’une admirable musicalité associée à la rondeur de la sonorité.
L’un des grands moments d’émotion coïncide avec la profonde douleur qui s’exhale de « Stille amare » (larmes amères) de l’opéra Tolomeo, alors que le célèbre « Ombra cara », de Radamisto (l’ouvrage le plus visité de ce programme) témoigne d’une sérénité retrouvée. Une sérénité qui se retrouve dans l’Adagio du Concerto grosso en sol mineur qui suit. Le concert ne pouvait s’achever que sur un air de bravoure. L’Aria « Rompo i lacci », de Flavio, re di Longobardi, est le prétexte à une incroyable salve de vocalises de colère sur tout l’ambitus de la voix que le chanteur réalise avec panache.
Une ovation unanime salue la performance accomplie par Philippe Jaroussky, mais aussi celle des musiciens placés sous l’autorité du soliste et également celle du dynamique premier violon solo. Réclamant bruyamment le retour sur scène du contre-ténor, le public obtient pas moins de trois bis, trois nouveaux airs d’opéras de Haendel, évidemment. Successivement « Pena tiranna », extrait de Amadigi, « Sí, la voglio e la otteró! », de Serse, pour terminer sur le tube immortel « Ombra mai fù » extrait du même Serse, pièce souvent connue sous le nom de « Largo de Haendel », bien qu'en fait la partition la désigne comme un Larghetto...
Dès la fin du concert, l’engouement du public est tel qu’une longue file d’attente s’étire pour obtenir une dédicace du grand et sympathique chanteur… La rançon de la gloire !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 2 décembre 2017

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 

Programme du concert donné le 30 novembre 2017 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse :

* G. F. Haendel


- Radamisto
, opera seria : Ouverture

- Ezio, opera seria : "Pensa e serbarmi, o cara"

- Flavio, re de’ Longobardi, opera seria :
"Son pur felice al fine" / "Bel contento"

- Concerto grosso opus 6 n°1 : Allegro
Concerto grosso HWV 313 : Adagio

- Siroe, re di Persia, opera seria :
"Son stanco, ingiusti  Numi" / "Deggio morire"

- Solomon, oratorio : Sinfonia
Concerto grosso opus 6 n°8 : Grave

- Imeneo, operetta : "Se potessero i sospir miei"

- Concerto grosso opus 6 n°4 : Largo - Allegro

- Radamisto : "Vieni, d'empietà mosto crudele !" / "Vile ! Se mi dai vita"

- Concerto grosso opus 6 n°2 HWV 320 : Largo

- Giustino, opera seria : "Chi mi chiama alla gloria ?" / "Se parla nel mio cor"

- Concerto grosso opus 6 n°6 : Allegro, ma non troppo
Concerto grosso opus 3 n°2 : Largo

- Tolomeo, re d’Egitto, opera seria : "Che più si tarda omai… Inumano fratel"  / "Stille amare"

- Concerto grosso opus 6 n°4 : Larghetto affetuoso - Allegro

- Radamisto : "Ombra cara"

- Concerto grosso opus 3 n°3 : Adagio

- Flavio, re de’Longobardi : "Privarmi ancora dell’amata beltà ?" / "Rompo i lacci"

 

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index