www.classicToulouse.com
Annonces
 
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Odyssud
Saison 2017-2018
13/06/2017
Grands Interprètes
Saison 2017-2018
07/06/2017
Clefs de Saint-Pierre
Saison 2017-2018
17/05/2017
Dialogue aux Carmélites
Saison 2017-2018
04/05/2017
Orchestre du Capitole
Saison 2017-2018
17/05/2017
 
Critiques
 
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Karine Deshayes, alto
Chœur du Capitole
Chœur Les Eclats
27/05/2017
Grands Interprètes
Renaud Capuçon, violon
Nicholas Angelich, piano
23/05/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Marianne Crebassa, mezzo
19/05/2017
Clefs de Saint-Pierre
Portrait de groupe
15/05/2017
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
15/05/2017
Arts Renaissants
Ensemble Pulcinella
26/04/2017
Grands Interprètes
Martha Argerich
Stephen Kovacevich
pianos
24/04/2017
La Dame d'Aragon
Orchestre Symphonique
du Royaume d'Aragon
Ricardo Casero, dir.
21/04/2017
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Fantaisie et variations
autour de The Fairy Queen
20/04/2017
Grands Interprètes
Filarmonica Teatro Regio
Torino
Gianandrea Noseda, dir.
Betrand Chamayou, piano
18/04/2017
Orchestre du Capitole
Rafael Payare, direction
Benjamin Beilman, violon
14/04/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Adam Laloum, piano
07/04/2017
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, direction
Bach, Passion St Jean
31/03/2017
Orchestre du Capitole
Christian Zacharias, piano
et direction
25/03/2017
Les Arts Renaissants
Ensemble Les Surprises
22/03/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Jean-Pierre Canihac, dir.
19 et 20/03/2017
Grands Interprètes
Orchestre et Choeur de
l'Opéra du Bolchoï-Moscou
Tugan Sokhiev, direction
La Pucelle d'Orléans
P. I. Tchaïkovski
15/03/2017
Clefs de Saint-Pierre
Folk Songs
13/03/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Don Quichotte,
Jules Massenet
24/02/2017
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
20/02/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Lucas Debargue, piano
17/02/2017
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Raphaël Sévère, clarinette
10/02/2017
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Les Musiciens du Louvre, direction Marc Minkowski - Passion selon Saint-Jean, Johann Sebastian Bach
     


CRITIQUE

Etrange Passion

A l’approche des fêtes de Pâques, les présentations des Passions de Johann Sebastian Bach (Saint-Jean et Saint-Matthieu) accroissent encore leur légitimité. Après celle de la Johannes Passion, grandiose, de l’ensemble… Les Passions (!) et ses presque 400 choristes dans cette même Halle aux Grains, Grands Interprètes recevait, ce 31 mars dernier dans ce même lieu, la version nettement plus intimiste du même oratorio, portée par Marc Minkowski à la tête de ses Musiciens du Louvre. Une version dans laquelle l’effectif vocal se compose de seulement huit solistes ; deux visions très différentes qui coexistent parfaitement dans la fidélité à l’original.

Cette Passio secundum Johannem ou Passion selon Saint-Jean BWV 245 de Bach hérite d'une très ancienne tradition remontant au Moyen-Âge et consistant à chanter la Passion du Christ pendant la Semaine Sainte. Cet oratorio pour chœur, solistes et orchestre, joué pour la première fois dans l'Église Saint-Thomas de Leipzig le Vendredi Saint 1724, relate et commente la Passion du Christ d'après l'Évangile de Jean. Son livret est essentiellement composé d'extraits de cet Évangile, traduit en allemand par Martin Luther. Le rôle essentiel de l’Evangéliste révélant les derniers moments de la vie de Jésus constitue l’épine dorsale de ce cheminement vers l’éternité. Le chœur y incarne successivement les fidèles, dans les chorals, mais aussi la foule dans ses interventions fréquentes et diverses, la foule moteur du drame par son appel à la crucifixion.



Les Musiciens du Louvre et les solistes, sous la direction de Marc Minkowski
- Photo Classictoulouse -

L’utilisation d’un chœur de solistes, en lieu et place d’une masse chorale plus conséquente, est devenue fréquente au cours des dernières années. Elle se justifie pleinement et confère à l’œuvre une proximité touchante. Les huit chanteurs réunis par Marc Minkowski s’acquittent donc des rôles multiples dévolus à la voix : chorals, chœurs, arias, ariosos et récitatifs. Deux sopranos, deux altos, deux ténors et deux basses se chargent ainsi de toutes ces tâches.
L’instrumentarium mis en œuvre s’approche au plus près de la composition originale. Aux cordes d’une quinzaine de musiciens se joignent deux flûtes, deux hautbois, deux bassons (dont un impressionnant contrebasson !), l’orgue, le clavecin et le théorbe se chargeant, avec la viole de gambe, du continuo. Notons que l’arioso de basse « Betrachte mein Seel » et l’aria de la flagellation du ténor « Erwäge… » sont accompagnés ici par deux violes d’amour au lieu des deux violons habituels, conférant ainsi une saveur particulière à ce touchant passage. L’émouvante seconde aria de soprano reçoit quant à elle l’adjonction du très beau hautbois d’amour associé à la flûte. L’emploi de ces instruments « historiques », non seulement se justifie pleinement, mais il s’intègre parfaitement à l’ensemble d’instruments d’époque que jouent les Musiciens du Louvre.
Dès le chœur d’entrée, Marc Minkowski imprime à l’œuvre un élan particulier qui rompt avec les habitudes ou les traditions (mais pourquoi pas ?) et déconcerte. L’introduction instrumentale à elle seule bouleverse le climat de ferveur évoqué par les paroles « Herr, unser Herrscher » (Seigneur, notre maître). La violence des accents, le tempo vif relègue au second plan l’émotion des plaintes exhalées par les hautbois et leurs dissonances. En outre, le tutti orchestral tend à couvrir le chœur qui a du mal à conserver sa cohésion. A l’exception de quelques imprécisions dans les attaques, les timbres vocaux s’accordent bien tout en conservant leurs spécificités.


Les solistes formant le choeur de cette exécution. De gauche à droite : Hanna Husáhr et Laure Barras, sopranos, Owen Willetts et Alessandra Vicentin, altos, Fabio Trümpy (Evangéliste) et Valerio Contaldo, ténors, Edward Grint et Yorck Felix Speer, basses
- Photo Classictoulouse -

Les premières interventions de l’Evangéliste apportent comme un souffle d’émotion. Le ténor suisse Fabio Trümpy réalise là une sorte d’idéal. La pure beauté de son timbre, la conviction de son chant, le sens du récit, la compassion qu’il manifeste sans excès constituent autant d’atouts que l’on rencontre rarement réunis en un même interprète. Bravo à lui !
Chacun des solistes incarne bien le rôle qui lui est dévolu. Les sopranos Laure Barras (qui remplace Ditte Andersen initialement prévue) et Hanna Husáhr, se partagent les deux arias, ainsi que les deux ténors, FabioTrümpy (encore lui !) et Valerio Contaldo, et également les deux basses Edward Grint et Yorck Felix Speer. En outre Edward Grint (qui se substitue à Stéphane Degout souffrant) interprète avec dignité le rôle délicat de Jésus, alors que Yorck Felix Speer incarne un Pilate haut en couleurs. Enfin le même partage des tâches concerne les deux voix d’alto. La voix chaleureuse du contreténor Owen Willets se charge de la première aria, alors qu’Alessandra Vicentin rend justice au cœur d’émotion de cette Passion, la bouleversante aria « Es ist vollbracht » (Tout est consommé).
De beaux moments où s’exprime la sensibilité des interprètes ponctuent le récit, avec parfois d’étranges choix de tempo comme dans cette montée (bien rapide) vers le Golgotha réunissant la basse et le chœur. La vivacité qui anime les échanges entre le peuple, le récitant et les divers personnages reste certes la bienvenue.
La sublime berceuse « Ruht wohl », prise cette fois dans un tempo très large, conduit avec une douceur angélique vers le sommeil de la mort.
Un accueil particulièrement chaleureux du public remercie tous les interprètes.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 1er avril 2017

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
 

 

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index