www.classicToulouse.com
Annonces
 
Dialogue aux Carmélites
Saison 2017-2018
04/05/2017
Orchestre du Capitole
Saison 2017-2018
17/05/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Karine Deshayes, alto
Chœur du Capitole
Chœur Les Eclats
27/05/2017
 
Critiques
 
Grands Interprètes
Renaud Capuçon, violon
Nicholas Angelich, piano
23/05/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Marianne Crebassa, mezzo
19/05/2017
Clefs de Saint-Pierre
Portrait de groupe
15/05/2017
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
15/05/2017
Arts Renaissants
Ensemble Pulcinella
26/04/2017
Grands Interprètes
Martha Argerich
Stephen Kovacevich
pianos
24/04/2017
La Dame d'Aragon
Orchestre Symphonique
du Royaume d'Aragon
Ricardo Casero, dir.
21/04/2017
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Fantaisie et variations
autour de The Fairy Queen
20/04/2017
Grands Interprètes
Filarmonica Teatro Regio
Torino
Gianandrea Noseda, dir.
Betrand Chamayou, piano
18/04/2017
Orchestre du Capitole
Rafael Payare, direction
Benjamin Beilman, violon
14/04/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Adam Laloum, piano
07/04/2017
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, direction
Bach, Passion St Jean
31/03/2017
Orchestre du Capitole
Christian Zacharias, piano
et direction
25/03/2017
Les Arts Renaissants
Ensemble Les Surprises
22/03/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Jean-Pierre Canihac, dir.
19 et 20/03/2017
Grands Interprètes
Orchestre et Choeur de
l'Opéra du Bolchoï-Moscou
Tugan Sokhiev, direction
La Pucelle d'Orléans
P. I. Tchaïkovski
15/03/2017
Clefs de Saint-Pierre
Folk Songs
13/03/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Don Quichotte,
Jules Massenet
24/02/2017
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
20/02/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Lucas Debargue, piano
17/02/2017
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Raphaël Sévère, clarinette
10/02/2017
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe
Yannick Nézet-Séguin, dir.
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
09/02/2017
Grands Interprètes
Scottish Chamber
Orchestra
Robin Ticciati, direction
Maria João Pires, piano
04/02/2017
Arts Renaissants
Claire Désert, piano
Pascal Moraguès,
clarinette
Gary Hoffman, violoncelle
01/02/2017
Orchestre du Capitole
Lorenzo Viotti, direction
Daniel Lozakovitj, violon
27/01/2017
Orchestre du Capitole
Rinaldo Alessandini, dir.
20/01/2017
Clefs de Saint-Pierre
D'âmes et d'anche
16/01/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Alison Balsom, trompette
13/01/2017
Arts Renaissants
Quatuor Modigliani
11/01/2017
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Filarmonica Teatro Regio Torino,
Gianandrea Noseda, direction, Bertrand Chamayou, piano - 18 avril 2017
     

CRITIQUE

Piano virtuose et musical

Déjà, au cours de la dernière saison de Grands Interprètes, Bertrand Chamayou s’était associé au chef italien Gianandrea Noseda. C’était lors de la venue à Toulouse de l’Orquestra de Cadaqués. Ce 18 avril, les deux musiciens sont à nouveau réunis à l’occasion des débuts, à la Halle aux Grains, de la Filarmonica Teatro Regio Torino, ce jeune orchestre italien fondé en 2003 à l’initiative des professeurs musiciens du célèbre théâtre lyrique. La complicité qui s’est tissée entre le grand pianiste toulousain et le bouillant chef italien fonctionne à plein.

En effet, dans le Concerto n° 2 en la majeur de Franz Liszt, programmé au cœur de cette soirée, le dialogue fécond qui s’établit entre le soliste et l’orchestre génère une ardente ferveur. Artiste désormais incontournable de la scène pianistique internationale, Bertrand Chamayou déploie aujourd’hui une assurance et une imagination saisissantes. A la tête d’un vaste répertoire, impliqué dans la création contemporaine autant que dans le grand piano romantique, il parcourt toutes les musiques avec une aisance déconcertante. Après avoir découvert sa profonde adéquation avec le monde de Franz Liszt, comme l’a démontré son interprétation saisissante des Années de Pèlerinage, rien d’étonnant à ce que sa vision du Concerto n°2 du même Liszt aboutisse à une telle réussite. L’interprète puise l’énergie de son exécution dans la diversité d’écriture des six étapes enchaînées qui composent cette partition éclatée.



Bertrand Chamayou soliste du Concerto n° 2 de Liszt - Photo Classictoulouse -

La première intervention du piano, toute de fluidité et de finesse ouvre les vannes d’un déferlement musical dans lequel la virtuosité, certes toujours présente et assurée, ne se départit jamais d’une grande noblesse expressive. La vigueur déployée dans les passages héroïques, la plénitude d’une sonorité d’airain, trouvent leur équilibre avec la tendresse et le lyrisme touchants des plages de rêverie. Bertrand Chamayou pratique ici ce fameux « piano symphonique » que le compositeur-virtuose appelait de ses vœux. Son jeu profondément polyphonique laisse s’exprimer toute la richesse de l’écriture lisztienne. La liberté qui fuse dans les multiples cadences de la partition, liberté habilement canalisée, évoque ici les plus fulgurantes de ces Années de Pèlerinage familières de l’interprète. Sous la direction passionnée mais parfaitement contrôlée de Gianandrea Noseda, l’orchestre soutient, accompagne et dialogue avec le soliste, manifestant ici une précision et une acuité remarquables.
Le succès de cette exécution incite Bertrand Chamayou à offrir deux bis parfaitement en situation. Il s’agit de deux transcriptions de lieder des deux compositeurs que Franz Liszt affectionnait tout particulièrement : Franz Schubert et Felix Mendelssohn : du premier Auf dem Wasser zu singen (À chanter sur l'eau), du second Auf Flügeln des Gesanges (Sur les ailes du chant). Deux envolées lyriques et poétiques, admirables d’éloquence et de ferveur.



L’Orchestre de la Filarmonica Teatro Regio Torino, dirigé par Gianandrea Noseda
-
Photo Classictoulouse -

Gianandrea Noseda, qui déploie tout au long de la soirée une énergie sans limites à la tête de son orchestre, choisit d’ouvrir son concert avec un œuvre rare d’un compositeur italien pas si fréquemment présent dans les programmes symphoniques. Il s’agit des Frammenti sinfonici dal balletto Marsia (Fragments symphoniques du ballet Marsia) composés entre 1942 et 1947 par Luigi Dallapiccola. Paradoxalement la production lyrique de Dallapiccola se retrouve plus souvent représentée que son œuvre instrumentale. Ainsi, en décembre 2015, le Théâtre du Capitole inscrivait à sa saison  son opéra Il Prigioniero (Le Prisonnier). Son ballet Marsia illustre le défi musical lancé à Apollon par le satyre Marsyas. Marsyas paie très cher sa hardiesse, puisque le dieu rancunier le fait écorcher vif. Pour Dallapiccola, Marsia représente celui qui s’oppose au tyran. Apollon, cruel et froid, représente pour le compositeur l’image du dictateur Mussolini qui a opprimé sa famille pendant la seconde guerre mondiale. La musique expressive de ce ballet constitue la dernière œuvre composée par Dallapiccola sur le système tonal. La Filarmonica Teatro Regio Torino et son chef en donnent une lecture à la fois virtuose et touchante. L’orchestre, coloré et brillant, alterne les épisodes de violence dramatique et les espaces de poésie au parfum latin. On pense parfois à Albert Roussel ou à Arthur Honegger. Le rythme, ballet oblige, joue ici un rôle prédominant.
La seconde partie de la soirée est consacrée à la version orchestrale signée Maurice Ravel du célèbre cycle des Tableaux d’une exposition, initialement composé pour le piano par Modeste Moussorgski. On retrouve là les couleurs vives et les contrastes qui se succèdent d’un tableau à l’autre et que l’orchestre traduit avec vivacité. La direction de Gianandrea Noseda adopte une étonnante liberté des tempi et un investissement de tous les instants. Il sollicite ardemment chaque pupitre et porte l’orchestre à bout de bras. En dépit de quelques petits problèmes de justesse qui affectent parfois certains passages, la cohésion de l’ensemble confère un relief pictural à la visite de cet éblouissant musée. Ponctuée par le motif récurrent de la promenade, la succession des tableaux joue sur les contrastes. De la nostalgie d’Il Vecchio Castello à l’agitation du Marché de Limoges, de l’ombre mystérieuse des Catacombae à l’amusant Ballet des poussins dans leurs coques ou à l’évocation fantastique de La Cabane sur des pattes de poules, la diversité des situations réjouit l‘auditeur. La Grande Porte de Kiev conclut la visite sur l’apothéose sonore si somptueusement enrichie par l’orchestration de Ravel.
Le bis offert au public semble libérer les musiciens. Avec l’Intermezzo de l’acte III de la Manon Lescaut de Puccini, l’orchestre témoigne de son épanouissement dans ce répertoire qui lui appartient. Un grand moment de lyrisme et de ferveur !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 19 avril 2017

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
 

Programme du concert donné le 18 avril 2017
à 20 h à laHalle aux Grains de Toulouse

* L. Dallapiccola

- Fragments symphoniques du ballet Marsia :
Danza Magica
Ostinato
Danza di Apollo
Ultima Danza di Marsia
La Morte di Marsia

*
F. Liszt
- Concerto pour piano et orchestre n° 2 en la majeur

* M. Moussorgski/M. Ravel
- Les Tableaux d'une exposition

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index