www.classicToulouse.com
Annonces
 
 
Critiques
 
Arts Renaissants
Ensemble Pulcinella
26/04/2017
Grands Interprètes
Martha Argerich
Stephen Kovacevich
pianos
24/04/2017
La Dame d'Aragon
Orchestre Symphonique
du Royaume d'Aragon
Ricardo Casero, dir.
21/04/2017
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Fantaisie et variations
autour de The Fairy Queen
20/04/2017
Grands Interprètes
Filarmonica Teatro Regio
Torino
Gianandrea Noseda, dir.
Betrand Chamayou, piano
18/04/2017
Orchestre du Capitole
Rafael Payare, direction
Benjamin Beilman, violon
14/04/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Adam Laloum, piano
07/04/2017
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, direction
Bach, Passion St Jean
31/03/2017
Orchestre du Capitole
Christian Zacharias, piano
et direction
25/03/2017
Les Arts Renaissants
Ensemble Les Surprises
22/03/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Jean-Pierre Canihac, dir.
19 et 20/03/2017
Grands Interprètes
Orchestre et Choeur de
l'Opéra du Bolchoï-Moscou
Tugan Sokhiev, direction
La Pucelle d'Orléans
P. I. Tchaïkovski
15/03/2017
Clefs de Saint-Pierre
Folk Songs
13/03/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Don Quichotte,
Jules Massenet
24/02/2017
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
20/02/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Lucas Debargue, piano
17/02/2017
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Raphaël Sévère, clarinette
10/02/2017
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe
Yannick Nézet-Séguin, dir.
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
09/02/2017
Grands Interprètes
Scottish Chamber
Orchestra
Robin Ticciati, direction
Maria João Pires, piano
04/02/2017
Arts Renaissants
Claire Désert, piano
Pascal Moraguès,
clarinette
Gary Hoffman, violoncelle
01/02/2017
Orchestre du Capitole
Lorenzo Viotti, direction
Daniel Lozakovitj, violon
27/01/2017
Orchestre du Capitole
Rinaldo Alessandini, dir.
20/01/2017
Clefs de Saint-Pierre
D'âmes et d'anche
16/01/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Alison Balsom, trompette
13/01/2017
Arts Renaissants
Quatuor Modigliani
11/01/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orfeón Donostiarra
Claudia Barainsky, soprano
Garry Magee, baryton
15/12/2016
Orchestre de l'Université
de Toulouse
Jean-Guy Olive, direction
Jérôme Pernoo, violoncelle
13/12/2016
Les Amis des Orgues
de Castanet-Tolosan
Concert de Noël
11/12/2016
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Myung-Whun Chung, dir.
Nicholas Angelich, piano
10/12/2016
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Jean-Yves Thibaudet,
piano
09/12/2016
Arts Renaissants
Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
07/12/2016
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Orchestre Philharmonique de Radio France, Myung-Whun Chung, direction, Nicholas Angelich, piano -
10 décembre 2016
     


CRITIQUE

Brahms à la puissance 2

Le 4ème concert de la saison Grands Interprètes, le 10 décembre, retrouvait l’Orchestre Philharmonique de Radio France, sous la direction de Myung-Whun Chung, ainsi que le grand pianiste Nicholas Angelich, pour un voyage exclusif dans le monde de Brahms. La symphonie n° 2 et le concerto pour piano et orchestre n° 2 composaient un programme conséquent en forme d’hommage au compositeur que la France a mis du temps à apprécier.

N’oublions pas en effet la remarque assassine de Claude Debussy s’exclamant à propos de la musique de Brahms : « Fuyons, il va développer ! » Comme plus tard avec Mahler, il a donc fallu du temps pour que le compositeur allemand trouve grâce aux yeux des milieux musicaux français. Le programme de ce concert de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, qui lui est entièrement dédié, prouve que la greffe a bien pris. Sous la direction de Myung-Whun Chung, devenu en 2015 son directeur musical honoraire, la belle formation française aborde avec talent tous les répertoires musicaux, y compris la création contemporaine.



Nicholas Angelich, soliste du 2ème Concerto pour piano de Brahms. Myung-Whun Chung
est à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Radio France ©

La soirée s’ouvre donc sur le vaste concerto n° 2 pour piano et orchestre en si bémol majeur, composé vingt ans après le premier. Brahms a écrit à son ami Herzogenberg, à propos de sa nouvelle partition : « Je dois vous dire que j’ai écrit un petit concerto pour piano, avec un joli petit Scherzo. » Il s’agissait là d’une sorte d’oxymore ! Le « petit Scherzo » en question, comme tout le reste du concerto d’ailleurs, possède des proportions monumentales. Cette vaste symphonie avec piano, qui plus est en quatre mouvements, exige de la part du soliste une virtuosité sans faille et une ampleur exceptionnelle qui doivent rivaliser avec celles d’un orchestre particulièrement fourni et actif.
Le grand pianiste Nicholas Angelich, non seulement possède la « carrure » d’un tel rôle, mais il sait déployer toute la palette des affects, des rythmes et des couleurs de cette œuvre épique et poétique à la fois. Il en explore les détails avec minutie tout en conservant le sens de la grande ligne. Sa maîtrise, son éloquence font merveille. C’est d’ailleurs lui qui, dès les premières mesures de l’Allegro non troppo initial mène la danse et entraîne l’orchestre qui reste étrangement en retrait. L’Allegro appassionato, le fameux « petit Scherzo » en question, reprend ici ses proportions héroïques. Piano et orchestre se combattent, se retrouvent, mais encore à l’avantage du soliste. Les orages brahmsiens y alternent avec de paisibles mais fugaces réminiscences de musique de chambre. L’apaisement de l’Andante doit beaucoup au beau solo de violoncelle, parfaitement exécuté, en duo avec les touchantes interventions du piano-poète. Le final Allegro grazioso porte bien son nom. L’orchestre et le soliste dialoguent enfin d’égal à égal. D’émouvants moments de tendresse alternent avec une joie sans nuage jusqu’à la coda comme éclaboussée de lumière.
Très judicieusement, Nicholas Angelich offre un bis signé de celui qui révéla l’immense talent de compositeur de Brahms, Robert Schumann. Sa Traümerei (Rêverie) extraite des Kinderszenen (Scènes d’enfants) illustre un modèle de poésie vraie et simple.



Myung-Whun Chung à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Radio France
©

La Symphonie n° 2, en ré majeur, constitue une sorte d’antithèse de la première symphonie que Brahms avait eu tant de mal à oser écrire. L’ombre de Beethoven, véritable statue du commandeur, avait inhibé le jeune compositeur qui redoutait de ne pas être à la hauteur de son idole. Au drame, à la tragédie que portait son premier essai succède ainsi la lumière chaleureuse, apaisée de cette deuxième symphonie, même si l’exaltation n’en est pas absente. L’Orchestre Philharmonique de Radio France y déploie une perfection, une virtuosité instrumentale, un équilibre sonore admirables. Néanmoins, les premières mesures de l’Allegro non troppo initial surprennent par leur lenteur. La musique semble faire du surplace, préparer un événement qui ne vient pas. La perfection de la ligne, sa cohérence ne sont pas en cause, mais le manque de tension, d’adrénaline en quelque sorte, se fait sentir. Au fil de l’exécution on s’aperçoit que le chef construit l’œuvre comme un vaste crescendo. Si l’Adagio non troppo se nimbe d’une atmosphère de rêverie, l’Allegretto grazioso trouve le chemin d’une sorte de perfection expressive, dans un tempo idéal. Quant à l’Allegro final, il éblouit par son enthousiasme, par la progression irrésistible qui s’y opère, jusqu’à l’explosion de joie de la coda. Une explosion qui suscite l’enthousiasme du public. Au point d’obtenir, non pas un, mais deux bis contrastés, tous deux signés de Brahms, évidemment. C’est tout d’abord la profonde nostalgie de l’emblématique 3ème mouvement de la 3ème Symphonie (souvenez-vous : « Aimez-vous Brahms ? »…). La soirée s’achève dans l’agitation joyeuse de la 1ère Danse Hongroise, tout imprégnée de frénésie tsigane.
De l’aveu public du chef lui-même, c’est un cassoulet qui l’attend… Bon appétit maestro !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 11 décembre 2016

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
Programme du concert donné le 10 décembre 2016 à 20 h à laHalle aux Grains de Toulouse

* J. Brahms

- Concerto pour piano et orchestre n°2, en si bémol majeur, opus 83

- Symphonie n°2, en ré majeur, opus 73

 

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index