www.classicToulouse.com
Annonces
 
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Odyssud
Saison 2017-2018
13/06/2017
Grands Interprètes
Saison 2017-2018
07/06/2017
Clefs de Saint-Pierre
Saison 2017-2018
17/05/2017
Dialogue aux Carmélites
Saison 2017-2018
04/05/2017
Orchestre du Capitole
Saison 2017-2018
17/05/2017
 
Critiques
 
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Karine Deshayes, alto
Chœur du Capitole
Chœur Les Eclats
27/05/2017
Grands Interprètes
Renaud Capuçon, violon
Nicholas Angelich, piano
23/05/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Marianne Crebassa, mezzo
19/05/2017
Clefs de Saint-Pierre
Portrait de groupe
15/05/2017
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
15/05/2017
Arts Renaissants
Ensemble Pulcinella
26/04/2017
Grands Interprètes
Martha Argerich
Stephen Kovacevich
pianos
24/04/2017
La Dame d'Aragon
Orchestre Symphonique
du Royaume d'Aragon
Ricardo Casero, dir.
21/04/2017
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Fantaisie et variations
autour de The Fairy Queen
20/04/2017
Grands Interprètes
Filarmonica Teatro Regio
Torino
Gianandrea Noseda, dir.
Betrand Chamayou, piano
18/04/2017
Orchestre du Capitole
Rafael Payare, direction
Benjamin Beilman, violon
14/04/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Adam Laloum, piano
07/04/2017
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, direction
Bach, Passion St Jean
31/03/2017
Orchestre du Capitole
Christian Zacharias, piano
et direction
25/03/2017
Les Arts Renaissants
Ensemble Les Surprises
22/03/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Jean-Pierre Canihac, dir.
19 et 20/03/2017
Grands Interprètes
Orchestre et Choeur de
l'Opéra du Bolchoï-Moscou
Tugan Sokhiev, direction
La Pucelle d'Orléans
P. I. Tchaïkovski
15/03/2017
Clefs de Saint-Pierre
Folk Songs
13/03/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Don Quichotte,
Jules Massenet
24/02/2017
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
20/02/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Lucas Debargue, piano
17/02/2017
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Raphaël Sévère, clarinette
10/02/2017
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Orchestre et Chœur de l’Opéra du Bolchoï
Moscou, Tugan Sokhiev, direction - La Pucelle d'Orléans,
P. I. Tchaïkovski - 15 mars 2017
     
 
COUP DE CŒUR
 

CRITIQUE

Le triomphe de Jeanne la Pucelle

L’ovation que recueillent les forces rassemblées du Théâtre Bolchoï à l’issue du concert du 15 mars dernier salue aussi bien la redécouverte d’un opéra mal aimé de Tchaïkovski, La Pucelle d’Orléans, que son exécution fulgurante par l’orchestre, le chœur et les solistes de la prestigieuse institution lyrique moscovite. Grands Interprètes a réuni là une troupe exceptionnelle sous la direction d’un Toulousain d’adoption, le directeur musical de l’Orchestre national du Capitole avant de devenir celui du Bolchoï, Tugan Sokhiev. Soyons fier d’apprendre que ce même programme ne sera donné en France qu’à la Philharmonie de Paris, deux jours après Toulouse !

Le vaste podium de la Halle aux Grains accueille donc ce soir-là la centaine de musiciens, les quatre-vingts choristes et la douzaine de solistes qui s’engagent dans la célébration de l’épopée dramatique et quelque peu romancée de la petite bergère devenue l’emblème de la résistance à l’envahisseur anglais. Cet héroïque et touchant portrait de Jeanne la Pucelle, s’il déroge quelque peu aux faits historiques, donna à Tchaïkovski l’occasion de développer une orchestration d’une surprenante richesse et de mettre en évidence comme en témoigne le musicologue André Lischke « …l’étendue des moyens expressifs [du compositeur], aussi magistral dans l’effet spectaculaire que dans le portrait psychologique. »



L’Orchestre, le Chœur et les solistes de l’Opéra du Bolchoï de Moscou, sous la direction de
Tugan Sokhiev - Photo Classictoulouse -

La version de concert donnée à Toulouse rend pleine justice au déroulement du drame. La succession des scènes contrastées, détaillée dans le programme de salle, permet de suivre l’intrigue en dépit de l’absence de sur-titrage. Elle guide également l’auditeur dans la reconnaissance des multiples personnages. La vaste introduction orchestrale impose immédiatement un niveau musical d’une haute tenue. La phalange russe sonne avec une transparence, une acuité, une précision, mais aussi une variété de couleurs étonnantes. Certes, la direction de Tugan Sokhiev favorise cette analyse spectrale du son, mais les musiciens eux-mêmes possèdent leurs propres caractéristiques. On admire ainsi, dès cette introduction, les qualités de la flûte solo, des bois en général, mais aussi de tout le pupitre de cors et des autres cuivres. Le soyeux des cordes et leur équilibre rendent justice au touchant lyrisme de l’écriture dont Tchaïkovski ne peut se départir.
Le Chœur du Bolchoï se hisse sur les mêmes cimes. La discipline impeccable, le parfait équilibre entre les voix, la dynamique stupéfiante, la projection des voix confèrent à l’ensemble un authentique impact dramatique. Les grandes scènes de masse, orchestrées avec éclat, revêtent ici une ampleur stupéfiante. Le timbre si caractéristique des voix de basse du chœur se manifeste en particulier dans l’hymne religieux du premier acte. La ferveur du final du 1er acte, qui associe la voix de Jeanne au grand chœur, donne le frisson. Quant à la grande scène du couronnement de Charles VII dans la cathédrale de Reims, au 2ème  tableau du 3ème acte, elle atteint une ampleur et un relief saisissants. Tugan Sokhiev en souligne avec vigueur l’aspect martial et guerrier.



De gauche à droite : Andrii Goniukov (Dunois), Igor Golovatenko (Lionel)
et Anna Smirnova (Jeanne d'Arc) - Photo Classictoulouse -

Parmi les grands déploiements orchestraux, la précision diabolique qui préside au déroulement de la bataille, au début du 3ème acte, se révèle éblouissante. Dans la scène du marché de Reims, le triomphe atteint son sommet avec l’action conjuguée des fanfares de coulisses dont les interventions se synchronisent parfaitement avec le tutti orchestral.
Les solistes, pourtant intégrés au sein de l’orchestre, ne sont jamais noyés dans l’important déploiement sonore. Chaque personnage se trouve précisément caractérisé autant par le timbre vocal de chacun, profondément russe, que par la conduite du chant. Le rôle de Jeanne est admirablement assumé par la mezzo-soprano Anna Smirnova, dont le timbre d’airain, l’ampleur de la projection, ne se perdent jamais dans ses confrontations fréquentes avec le chœur. Elle brosse de son personnage un portrait essentiellement guerrier et volontaire. Elle parvient néanmoins à susciter la plus profonde émotion, notamment dans l’air le plus célèbre de l’ouvrage « Dieu le veut… Adieu mes forêts » dans lequel elle s’épanche avec ferveur.



Oleg Dolgov (Charles VII), Anna Nechaeva (Agnès Sorel) - Photo Classictoulouse -

L’anti-héros, le Roi Charles VII, est incarné par le ténor Oleg Dolgov, voix ronde et ferme, qui confère avec subtilité à son personnage sa faiblesse et ses ambigüités. Alors que la basse Andrii Goniukov fait du compagnon d’armes de Jeanne, le chevalier Jean Dunois, un être de bonté, le baryton Igor Golovatenko chante avec ardeur le rôle complexe de Lionel, l’adversaire amoureux de Jeanne, personnage totalement imaginaire auquel il sait rendre son humaine crédibilité grâce à un timbre riche et une musicalité exemplaire. La basse Petr Migunov et le ténor Bogdan Volkov, respectivement père indigne et fiancé putatif de Jeanne s’acquittent avec conviction de leur rôle respectif. A côté de la soprano à la voix haut perchée Anna Nechaeva dans le rôle d’Agnès Sorel, Stanislav Trofimov impressionne par le creux abyssal de son timbre si caractéristique des grandes basses russes, parfaitement adapté au personnage noir de l’Archevêque de Reims. Il faut également féliciter tous les artistes chargés des rôles plus épisodiques : Nikolay Kazanskiy (le paysan Betrand), Andrii Kymach (le soldat) et Marta Danusevich (l’Ange).
Les moments de plus intense émotion se concentrent dans le 4ème acte. Le très touchant duo entre Jeanne et Lionel conjugue tendresse et passion, alors que le final, illustrant le supplice du bûcher, se traduit par un éblouissant et irrésistible crescendo vers une lumière aveuglante. L’artisan principal de cette réussite, Tugan Sokhiev, met toute sa passion pour ce répertoire qui coule dans ses veines au service d’une exécution aussi intense musicalement et humainement que parfaitement maîtrisée. Certainement l’un des grands événements de la saison !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 16 mars 2017

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
 

 

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index