www.classicToulouse.com
Annonces
 
Clefs de Saint-Pierre
Elégance Française
30/04/2018
Dialogue aux Carmélites
Saison 2018
Présentation 20/03/2018 09/06 au 23/09/2018
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Stanislav Kochanovsky,
direction
Sergey Khachatryan,
violon
20/04/2018
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
14/04/2018
Toulouse Wind Orchestra
Alexandre Jung, direction
Sophie Dartigalongue,
basson
13/04/2018
Arts Renaissants
Quintette à cordes de
Berlin
11/04/2018
Les Sacqueboutiers
Choeur de l'Université
Jean-Jaurès
Palladia Tolosa
08 et 10/04/2018
Orchestre d'Harmonie
de Quint-Fonsegrives
David Minetti, direction
09/04/2018
Orchestre du Capitole
Jeff Mills, Lost in Space
Christophe Mangou, dir.
05, 06, 07/04/2018
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Hartmut Haenchen, dir.
30/03/2018
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
29/03/2018
Grands Interprètes
Edgar Moreau, violoncelle
David Kadouch, piano
19/03/2018
Maîtrise de Toulouse
Mark Opstad, direction
Lux : Soleil et étoiles
17/03/2018
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
14/03/2018
Odyssud
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Magali Léger, soprano
Paulin Bündgen,
contre-ténor
13/03/2018
Grands Interprètes
B'Rock Orchestra
René Jacobs, direction
Robin Johannsen, soprano
08/03/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Repin, violon
05/03/2018
Musika Orchestra
Academy
Pierre Bleuse, direction
Béatrice Uria-Monzon,
mezzo-soprano
04/03/2018
Saison Bleue de Toulouse
David Grimal, violon
Anne Gastinel, violoncelle
Philippe Cassard , piano
27/02/2018
Clefs de Saint-Pierre
Impressionnismes
26/02/2018
Orchestre du Capitole
Andris Poga , dir.
Andreï Korobeinikov, piano
23/02/2018
Orchestre du Capitole
Thomas Søndergård, dir.
Josef Špaček, violon
15/02/2018
Arts Renaissants
Jean Rondeau, clavecin
Dynastie
14/02/2018
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, violon et
direction,
Thierry Huillet, piano
09/02/2018
Théâtre du Capitole
Les éléments
Ars Nova
08/02/2018
Orchestre du Capitole
Klaus Mäkelä, direction
03/02/2018
Arts Renaissants
Alexandre Tharaud, piano
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
31/01/2018
Clefs de Saint-Pierre
Les années trente
22/01/2018
Grands Interprètes
Daniel Barenboim, piano
15/01/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Daniel Lozakovich, violon
12/01/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano
06/01/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Concert du Nouvel An
30/12/2017
Arts Renaissants
Stile Antico
13/12/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vladimir Spivakov, violon
08/12/2017
Philharmonie de Paris
Orchestre Métropolitain
de Montréal
Yannick Nézet-Séguin, dir.
03/12/2017
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe
Nicholas Collon, direction
Renaud Capuçon, violon
02/12/2017
Orchestre du Capitole
Andris Poga, direction
Bertrand Chamayou, piano
01/12/2017
 
 

 

Concerts/ Chœur de Chambre Les éléments, Ars Nova - Luciano Berio
Théâtre du Capitole - 8 février 2018
     

CRITIQUE

Luciano Berio à la puissance trois !

Le Chœur de chambre Les éléments et l’ensemble instrumental Ars Nova étaient les invités du Théâtre du Capitole, en coproduction avec Odyssud-Blagnac, ce 8 février dernier. Ces deux institutions musicales rendaient ainsi hommage à l’un des compositeurs les plus prolifiques, les plus imaginatifs, du XXème siècle, l’Italien Luciano Berio. Trois œuvres importantes et significatives composaient le programme de cette soirée.

D'une étonnante diversité, l'œuvre du compositeur réalise à elle seule une sorte de synthèse de la recherche musicale dans la seconde moitié du XXème siècle. Berio a en effet mis à profit toutes les techniques caractéristiques de cette période féconde, du sérialisme à l'électroacoustique, tout en manifestant sa vie durant une prédilection pour la voix, aidé ou inspiré en cela par son épouse, la cantatrice américaine Cathy Berberian.
La première pièce inscrite à ce programme, la plus tardive des trois, The Cries of London, fut conçue en 1973-1974 à l’intention du célèbre ensemble vocal britannique The King’s Singers. Les sept morceaux qui la composent se réfèrent à une tradition médiévale qui a donné naissance notamment aux fameux Cris de Paris de Clément Janequin ou encore aux Cryes of London de l’anglais Orlando Gibbons. Luciano Berio confère à ces chants de rue un caractère particulier. D’après le Centro Studi Luciano Berio, il s’agit là d’un «  exercice de caractérisation et de dramatisation musicale. Le texte a été librement choisi parmi les célèbres cris des vendeurs des rues du vieux Londres. »



Les huit chanteurs du Choeur de chambre Les éléments, sous la direction de Joël Suhubiette, dans la pièce Cries of London © Classictoulouse

Les huit chanteurs du chœur Les éléments retrouvent là la pratique qui constitue la base de leur art, le chant a cappella. Au caractère populaire de l’œuvre s’ajoute l’alternance régulière des pièces simples et des morceaux musicalement plus complexes. Une certaine nostalgie émane par instants de l’interprétation raffinée de ce cycle qui accompagne cette veine volontiers ironique de ces apostrophes citadines. La direction de Joël Suhubiette précise et souple obtient le meilleur de toutes les voix.
La pièce suivante réunit également un ensemble de mélodies de caractère populaire, mais son style s’avère bien différent. Le cycle des Folk Songs, composé en 1964, constitue probablement la plus célèbre des pièces de Berio. Elle contient des arrangements de musique populaire de divers pays et associe aux voix un accompagnement instrumental original écrit pour flûte (et piccolo), clarinette, harpe, alto, violoncelle et percussion. Les couleurs vocales et instrumentales se marient à merveille. Initialement conçu pour une seule voix (en l’occurrence cette de Cathy Berberian), le cycle bénéficie ce soir-là d’un partage des interventions vocales entre quatre membres du chœur qui se succèdent ou chantent parfois ensemble et dont on connait les belles qualités individuelles. Cette idée originale, due à Joël Suhubiette qui dirige les voix et les instruments, élargit encore le champ (le chant ?) de la palette de couleurs et confère à chaque mélodie un charme particulier défendu avec spécificité par ces quatre chanteuses talentueuses. Parmi les onze mélodies qui se succèdent, on apprécie tout particulièrement la douce poésie avec laquelle Julia Wischniewski distille cet hymne arménien à la lune « Loosin yelav » ainsi que le charme de « Rossignolet du bois » que permettent de goûter le timbre et la parfaite diction de Cécile Dibon-Lafarge. La vigueur colorée de Corinne Bahuaut ainsi que l’engagement dramatique de Caroline Champy-Tursun contribuent également à la beauté de cette interprétation. La réunion des quatre voix dans l’« Azerbaïdjan Love Song » qui conclut le cycle souligne le caractère « sauvage » de ce chant particulier dont les paroles restent un mystère.



Le dispositif choral et instrumental réunissant, pour Laborintus II, Les éléments et
Ars Nova, sous la direction de Jean-Michaël Lavoie © Classictoulouse

La seconde partie de soirée est consacrée à l’une des œuvres les plus élaborées et les plus avant-gardiste du compositeur. Laborintus II, qui date pourtant de plus d’un demi-siècle (1965), conserve aujourd’hui un incroyable caractère novateur. Composée à l’occasion du 700ème anniversaire de la naissance de Dante, l’œuvre emprunte son titre au recueil poétique Laborintus de l’écrivain italien Edoardo Sanguinetti. Le texte de ce recueil, qui sert de support à la partition de Berio, développe certains thèmes liés à Dante (dont la Divine Comédie) mais comporte également des écrits de T. S. Eliot, d’Ezra Pound et autres extraits de la Bible. D’où l’utilisation de l’anglais ou du français au milieu du texte majoritairement italien.
Près d’une vingtaine de musiciens, membres de l’ensemble Ars Nova, assurent la riche partie instrumentale, alors que les chanteurs sont amenés à participer à la déclamation, très importante ici, et pour certains à s’intégrer à la mise en espace de l’œuvre. Le rôle du récitant, acteur autant qu’organisateur du déroulement, assure le lien entre musiciens et chanteurs. Fosco Perinti, aussi éloquent que chaleureux dans sa déclamation, rend le texte italien à la fois admirablement musical et raisonnablement compréhensible, même pour ceux qui ne pratiquent pas la langue de Dante. Peut-être qu’un sur-titrage de ce texte faciliterait encore l’approche de la pièce à un plus large public. La direction efficace, élégante et précise, du chef québécois Jean-Michaël Lavoie, organise la progression impressionnante de cette œuvre. Devenu récemment Directeur d’Ars Nova, Jean-Michaël Lavoie pratique l’approche des musiques d’aujourd’hui avec un engagement sans faille. Il faut toute son expérience en la matière pour maîtriser si parfaitement la direction de ces épisodes non mesurés, les transitions subites entre épisodes oniriques et explosions irrésistibles qui jalonnent Laborintus II.
Une belle découverte pour de nombreux auditeurs et un grand merci aux organisateurs de ce concert qui devrait rapprocher le public des langages musicaux actuels !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 9 février 2018

 

infos
 
 
Informations sur le Choeur de chambre
Les éléments
:

http://www.les-elements.fr/
 
Renseignements sur le Théâtre du Capitole  :

www.theatreducapitole.fr
 

Programme du concert donné le 8 février 2018 à 20 h au Théâtre du Capitole
de Toulouse :

* L. Berio

- Cries of London
- Folk Songs
- Laborintus II


 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index