www.classicToulouse.com
Annonces
 
Clefs de Saint-Pierre
Entrez dans la danse
20/11/2017
Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
22/11/2017
 
Critiques
 
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, violon et
direction, Anne Gaurier,
viole de gambe
16/11/2017
Chœur les éléments
Bach & pochette surprise
Odyssud
13/11/2017
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Saint-Pétersbourg
Yuri Temirkanov, dir.
10/11/2017
Toulouse Wind Orchestra
Dylan Corlay, direction
Félix Dervaux, cor
27/10/2017
Grands Interprètes
Il Giardino Armonico
Giovanni Antonini, dir.
Isabelle Faust, violon
20/10/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Siglo de Oro
19/10/2017
Les Sacqueboutiers
Danza Alta
Cintegabelle
14/10/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Wayne Marshall, orgue
13/10/2017
Grands Interprètes
Orchestre national de
France
Emmanuel Krivine, dir.
Martha Argerich, piano
07/10/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Richard Goode, piano
05/10/2017
Clefs de Saint-Pierre
Confins du romantisme
02/10/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano
20/09/2017
Dialogues aux Carmélites
Rien n'est bon que d'aimer
03/09/2017
Dialogues aux Carmélites
La note bleue
27/08/2017
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Karine Deshayes, alto
Chœur du Capitole
Chœur Les Eclats
27/05/2017
Grands Interprètes
Renaud Capuçon, violon
Nicholas Angelich, piano
23/05/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Marianne Crebassa, mezzo
19/05/2017
Clefs de Saint-Pierre
Portrait de groupe
15/05/2017
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
15/05/2017
Arts Renaissants
Ensemble Pulcinella
26/04/2017
Grands Interprètes
Martha Argerich
Stephen Kovacevich
pianos
24/04/2017
La Dame d'Aragon
Orchestre Symphonique
du Royaume d'Aragon
Ricardo Casero, dir.
21/04/2017
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Fantaisie et variations
autour de The Fairy Queen
20/04/2017
Grands Interprètes
Filarmonica Teatro Regio
Torino
Gianandrea Noseda, dir.
Betrand Chamayou, piano
18/04/2017
 
 

 

Concerts/ Chœur de Chambre les éléments - Bach & pochette surprise
Odyssud - 13 novembre 2017
     

CRITIQUE

« les éléments » : vingt années d’innovation

Le chœur de chambre, fondé en 1997 par Joël Suhubiette, vient de célébrer le vingtième anniversaire de sa création au cours d’un long week-end de folie qui a mêlé musique et gastronomie dans les lieux les plus emblématiques de la Ville rose. Le point d’orgue de cette manifestation a réuni les membres de cette institution et l’ensemble instrumental « Les Ombres » au cours d’un grand concert à Odyssud-Blagnac où l’ensemble est accueilli en résidence depuis 2001.

Du « Dîner Romantique », autour du piano du restaurant L’Amphitryon, au « Thé chantant » à la Librairie Ombres Blanches, en passant par le « Café Nougaro » à la Chapelle des Carmélites et au « Medley au marché » du Marché des Carmes, l’ensemble vocal n’a cessé de se démultiplier, pour le plus grand plaisir des Toulousains et assimilés.
Finalement, le chœur de chambre « les éléments » à Odyssud, quoi de plus normal ? Les activités de l’ensemble vocal couvrent en effet l’ensemble des répertoires pour lesquels la grande salle blagnacaise est conventionnée : de la musique ancienne à la création contemporaine. Et c’est dans les deux volets extrêmes de ce répertoire que Joël Suhubiette a souhaité, à juste titre, puiser le programme de ce final haut en couleurs. Le titre de cette ultime manifestation d’anniversaire, « Bach & pochette surprise », résume bien le propos de cette soirée devant une grande salle d’Odyssud pleine à craquer. Signalons que ce concert, enregistré par France Musique, sera diffusé le 2 janvier 2018.



Le chœur de chambre les éléments, l'ensemble instrumental "Les Ombres", dirigés par
Joël Suhubiette (à gauche). Au premier plan de gauche à droite : Alain Buet (basse), Sébastien Obrecht (ténor), Jean-Michel Fumas (contre-ténor) - Photo Classictoulouse -

Ce lundi-là, le grand Johann Sebastian Bach est à l’honneur en première partie de soirée. Source inépuisable de musique, celui dont le nom signifie après tout « ruisseau », n’est-il pas à l’origine de presque toute production ultérieure en Occident ? Joël Suhubiette a ainsi choisi d’explorer des territoires parfois peu fréquentés du grand compositeur, celui des Motets, des Cantates (largement visité celui-ci !) et des Messes (rarement présenté, en dehors de la célébrissime Hohe Messe en Si mineur).
Dans cette première partie, le chœur de chambre chante aux côtés de l’ensemble baroque « Les Ombres », codirigé par Sylvain Sartre et Margaux Blanchard. Les musiciens qui le composent s’inscrivent dans la démarche « historiquement informée » d’exécution de la musique dite « ancienne ». Ils soutiennent avec science et musicalité aussi bien les chanteurs soliste que ceux du chœur mixte. Dans le Motet « Komm, Jesu, komm » (Viens, Jésus, viens) BWV 229, le partage du chœur en deux groupe opposés, qui s’appellent et se répondent en écho, développe une véritable polyphonie spatiale. Les interprètes confèrent à ce motet funèbre son caractère intime et tendre, soulignant également la polychoralité de son écriture.
Deux solistes viennent rejoindre le chœur et l’orchestre pour l’exécution de la Cantate « Nun danket alle Gott » (Maintenant, rendons tous grâces à Dieu) BWV 192. Encadré par deux chœurs joyeux, le duo soprano-basse offre à la soprano Cécile Dibon-Lafarge et à la basse Alain Buet l’occasion d’explorer une écriture vocale en forme d’aria da capo, structure chère à Haendel. !
Dans la Messe brève en sol mineur BWV 235, qui complète cette première partie, trois solistes vocaux interviennent à leur tour. Outre la basse Alain Buet, le ténor Sébastien Obrecht et le contre-ténor Jean-Michel Fumas apportent leur contribution musicale, virtuose et spécifique au déroulement de cette messe en latin, une pratique luthérienne que Bach adopta sans réserve. La direction légère et raffinée de Joël Suhubiette confère toute sa grâce à cette partition rare qui donne aux hautbois une saveur toute particulière.



Joël Suhubiette présentant la seconde partie, contemporaine, du concert.
Au piano, Corine Durous - Photo Classictoulouse -

Il faut bien la durée d’un entracte pour assimiler le contraste vivifiant qui s’opère entre la première et la seconde partie consacrée, quant à elle pour l’essentiel, aux créations contemporaines objets de commandes du chœur de chambre. Cette « pochette surprise » s’ouvre sur une pièce de Thierry Pécou (né en 1965) intitulée « Sonderbare Bezauberung » (Etrange enchantement), composée en 2016 sur un texte philosophique de Hugo von Hofmannsthal extrait des Lettre de Lord Chandos. Cet écrivain autrichien, cofondateur du Festival de Salzbourg, fut également l’un des librettistes favoris de Richard Strauss. Ainsi que l’évoque Thierry Pécou lui-même « Le chant et ses lignes, les sons du piano et ses résonances voudraient être le reflet des sensations indescriptibles du poète devant la magie du réel, et de sa fascination envers l’impossibilité du langage à nommer l’essence des choses » La pièce joue sur une exaltation du rythme, une intense dramatisation du texte. Musique et langage restent intimement liés, avec l’apport indispensable et stratégique du piano coloré de Corine Durous.
Quatre chants hongrois du grand compositeur György Ligeti plongent dans les racines du terroir qui lui est cher : Lakodalmas (Chant de noces) richement expressif, Kallaï Kettos (Danse en couple), vivifiant et animé, Ejszaka (Nuit), onirique et élégiaque, Reggel (Matin), tonique et lumineux, brossent un tableau populaire d’une variété réjouissante, d’une étonnante vitalité.
Cette « pochette surprise » s’achève sur une œuvre saisissante du compositeur grec Alexandros Markeas avec lequel « les éléments » ont tissé des liens forts et profonds. Medea Cinderella est écrite pour quatre chœurs a capella à six voix chacun (donc 24 voix indépendantes !) sur un mythe immortel, celui de la magicienne meurtrière de ses propres enfants. Associé à celui de Cendrillon, le mythe de Médée subit ici un bien étrange voisinage. L’écriture de cette pièce profondément dramatique obéit à la violence du texte en grec ancien. Débutant sur les imprécations des hommes vis à vis de la meurtrière, le chant se déploie jusqu’aux interventions hallucinées de Médée elle-même, incarnée ici par Julia Wischniewski, impressionnante d’éclat et d’intensité.
Après un retour vers Ligeti pour satisfaire un public enthousiaste, « les éléments » entonnent le plus traditionnel des chants d’anniversaire. Harmonisé évidemment !
Souhaitons vingt années supplémentaires d’accomplissement musical à ce bel ensemble !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 14 novembre 2017

 

infos
 
 
Informations sur le Choeur de chambre
les éléments
:

http://www.les-elements.fr/
 

Programme du concert donné le 13 novembre 2017 à 20 h 30 à Odyssud-Blagnac

* J. S. Bach

- Motet "Komm, Jesu, komm" BWV 229
- Cantate "Nun danket alle Gott" BWV 192
- Messe en sol mineur BWV 235

* Th. Pécou

- Sonderbare Bezauberung

* G. Ligeti
- Chants hongrois

* A. Markeas

- Medea Cinderella

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index