www.classicToulouse.com
Annonces
 
Les Arts Renaissants
Ensemble Tictactus
26/02/2020
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
28/02/2020
Musicales franco-russes
Orchestre du Capitole
2ème édition
04/12/2019
Le projet DÉMOS
Présentation
07/10/2019
Toulouse Guitare
Saison 2019-2020
Présentation
13/09/2019
 
Critiques
 
Les Clefs de Saint-Pierre
Ombres portées
24/02/2020
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Fumiaki Miura, violon
21/02/2020
Orchestre du Capitole
Pascal Rophé, direction
Renaud Capuçon, violon
15/02/2020
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orfeón Donostiarra,
Jeanine de Bique, soprano
Christa Mayer, mezzo

08/02/2020
Grands Interprètes
Martha Argerich, piano
Mischa Maisky, violoncelle
06/02/2020
Toulouse Guitare
SoloDuo
31/01/2020
Les Arts Renaissants
Patricia Petibon, soprano
Susan Manoff, piano
30/01/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Couleurs d'exil
20/01/2020
Grands Interprètes
Thibaut Garcia, guitare
Christian-Pierre La Marca,
violoncelle
14/01/2020
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Javier Perianes, piano
10/01/2020
La Saison Bleue
Alexandre Pascal, violon
Théo Fouchenneret, piano
07/01/2020
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
16/12/2019
Toulouse Guitare
Les Frères Méduses et
Jennifer Choi
13/12/2019
Les Arts Renaissants
Il Giardino Armonico
Giovanni Antonini, dir.
10/12/2019
Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
07/12/2019
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, direction
02/12/2019
Musique au Palais
Visages du Romantisme
Allemand
23 et 24/11/2019
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
Sol Gabetta, violoncelle
22/11/2019
Grands Interprètes
Grigory Sokolov, piano
19/11/2019
Les Sacqueboutiers
Ensemble C. Janequin
Théâtre du Capitole
"Plaisir de gorge et joyeux
instruments"
17/11/2019
Les Arts Renaissants
Richard Galliano,
Prague String Quintet
14/11/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Victor Julien-Laferrière,
violoncelle
08 et 09/11/2019
Le forum ByPass
La Nuit Acousmatique
04/11/2019
Orchestre du Capitole
Lihua Tan, direction
Jian Li, piano
China Night 26/10/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Ye-Eun Choi, violon
18/10/2019
Grands Interprètes
Magdalena Kožená
Sir Simon Rattle
16/10/2019
Les Clefs de Saint-Pierre
Correspondances et
lettres intimes
14/10/2019
Toulouse Guitare
Rolf Lislevand
Alicia Stubbe
04/10/2019
Rendez-vous musical
Vincent A. Jockin
01/10/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Behzod Abduraimov, piano
14/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Préludes poétiques
01/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Terre, nature et liberté
25/08/2019
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Magnificat, Dies Irae...
13/08/2019
Musique au Brésil
Orchestre Symphonique
Municipal de Campinas
Victor Hugo Toro, dir.
Simone Leitão, piano
20/07/2019
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
Moondog
29/06/2019
 
 

 

Concerts/ Les Clefs de Saint-Pierre / Couleurs d'exil - 20 janvier 2020
     

CRITIQUE

Des couleurs et des notes

La vingtième saison des Clefs de Saint-Pierre poursuit sa spécificité qui consiste à s’ouvrir, lors de chaque concert, à d’autres arts que la seule musique. Après la littérature et la danse, lors des deux premières soirées, la peinture vient « illustrer » un programme original, rare et exigeant composé autour de la notion d’exil. Lors de ce concert du 20 janvier, la peinture se joint à la musique dans une évocation des tragédies du XXème siècle vécues par les compositeurs abordés ici.

Le choix des œuvres présentées ce soir-là s’avère particulièrement judicieux et novateur. Du Tchèque Bohuslav Martinů à l’Autrichien Erich Wolfgang Korngold en passant par le Français Darius Milhaud et l’Allemand Paul Hindemith, tous ces compositeurs ont payé un cruel tribut à la folie de l’humanité. Ces quatre créateurs possèdent en effet le point commun d’avoir connu l’exil pour fuir le nazisme. Ils ont voyagé jusqu’aux États-Unis pour porter la conscience, préserver la mémoire et construire l’espoir.
En outre, le chiffre 4 devient le symbole de cette soirée ! Quatre musiciens des pupitres de cordes de l’Orchestre national du Capitole interprètent un quatuor de chacun de ces quatre compositeurs, contemporains des tragédies évoquées. L’ensemble est ainsi constitué de David Benetah et Marianne Puzin, violons, Vincent Cazanave-Pin, alto, et Fanny Spangaro, violoncelle.



Les musiciens jouant le Quatuor n° 12 de Darius Milhaud. De gauche à droite :
David Benetah et Marianne Puzin, violons, Vincent Cazanave-Pin, alto, Fanny Spangaro
- Photo Classictoulouse -

L’exécution de chaque œuvre se déroule devant un ensemble de peintures spécifiques, réalisées pour ce concert par Rachel Vormèse qui possède la double fonction d’artiste peintre et de violoniste au sein de l’Orchestre national du Capitole. Ces quatre ensembles d’œuvres picturales abstraites, d’une grande beauté, accompagnent, de manière parfaitement adaptée, chacune des partitions interprétées. La procédure ainsi choisie permet aux œuvres picturales d’éclairer chaque pièce musicale sans en distraire, en aucune façon, l’écoute attentive. L’œil écoute, l’oreille observe ! Comme l’écrit Baudelaire dans son poème Correspondance : « Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. »
Les musiciens, concentrés et attentifs, ouvrent le concert sur le Quatuor n° 7 de Bohuslav Martinů. Composé aux Etats-Unis en 1947, ce dernier des sept quatuors du compositeur tchèque est-sous-titré, comme le quatrième, "concerto da camera". Le Poco allegro initial, fébrile et comme inquiet, se reflète bien dans les cinq tableaux exposés. Le lyrisme apaisé de l’Andante est suivi de la danse presque joyeuse de l’Allegro vivo. La richesse harmonique de ce langage est joliment mise en évidence par les interprètes.
Le Quatuor n° 12, de Darius Milhaud qui suit, composé en 1945 en Californie, est dédié à la mémoire de Gabriel Fauré. Il entre en résonance avec les trois toiles colorées qui lui font écho. La polytonalité qui caractérise son écriture accompagne l’évolution de son climat changeant : des questions-réponses du Modéré initial à la joie bien provençale du final, Avec entrain, en passant par la tendre méditation du mouvement central, Lent.



Le quatuor jouant Korngold devant les tableaux de Rachel Vormèse
- Photo Classictoulouse -

Le Quatuor à cordes en mi bémol majeur, le dernier des sept quatuors de Paul Hindemith a été créé en 1945 à Washington par le quatuor Budapest. Ses quatre mouvements, relativement courts reflètent curieusement une certaine joie naïve. Au contrepoint du premier volet, caractéristique du style du compositeur, succède le jeu léger du Scherzando. Le mouvement lent, qui développe une étrange complexité, conduit vers un final gai et léger auquel on ne s’attend pas vraiment dans de telles circonstances. Les six tableaux de l’arrière-plan traduisent bien la diversité des atmosphères de la partition.
La dernière œuvre de ce programme original a également été composée en 1944-45. Dédié au grand chef d'orchestre Bruno Walter « par admiration et amicalement », le Quatuor n° 3 d’Erich Wolfgang Korngold réunit toutes les qualités d’invention et de créativité de l’auteur de La Ville morte. L’accord visuel avec la belle fresque de huit toiles qui le paraphrase s’avère saisissant. Telle une évocation des célèbres Nymphéas de Claude Monet, la spatialisation des tableaux, dans lesquels le bleu domine, semble ponctuer la succession des quatre mouvements. Ainsi les tourbillons foisonnants de l’Allegro moderato initial trouvent leur équivalence picturale dans l’agitation que les premières toiles évoquent irrésistiblement. L’extrême vivacité du Scherzo, un temps apaisée par un court Trio, prolonge cette impression. Le chant nostalgique du Sostenuto (sous-titré judicieusement « Like a folk tune ») s’accorde à la douceur des tonalités de bleu. On ne peut qu’admirer l’intensité et la vigueur du final, Allegro. Serait-ce une ouverture vers un espoir consolateur ?
Tout au long de cette belle soirée musicale, les quatre membres de ce quatuor récemment formé (il y a eu quelques changements récents dans la distribution) témoignent d’une ardeur et d’une cohésion admirables. Gageons que l’habitude de la pratique orchestrale n’est pas étrangère à cette aptitude, comme naturelle, au jeu collectif.
Un nouveau quatuor à cordes animera le prochain concert des Clefs de Saint-Pierre, le 24 février, concert consacré à Beethoven, Chostakovitch et Janáček, soirée accompagnée par le « Théâtre des ombres ».

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 22 janvier 2020

 

infos
 


Renseignements détaillés et réservations au :


06 63 36 02 86.

Email : internotes.toulouse@
gmail.com

Internet :
http://lesclefsdesaintpierre
.org/

 

Programme du concert donné le 20 janvier 2020 à 20 h à l'auditorium Saint-Pierre des Cuisines de Toulouse

* B. Martinů
- Quatuor n°7 “Concerto da camera”

* D. Milhaud
- Quatuor n°12 op. 252

* P. Hindemith
- Quatuor n°7 en mi bémol majeur

* E. W. Korngold
- Quatuor n°3 en ré majeur op. 34


 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index