www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
Arts Renaissants
Stile Antico
13/12/2017
Orchestre du Capitole
Giacomo Sagripanti, dir.
15/12/2017
Ensemble Baroque
de Toulouse
Michel Brun, direction
16 et 17/12/2017
Conservatoire de Toulouse
Soirée du cor
Musique et littérature
19/12/2017
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
François-René Duchâble,
piano
21/12/2017
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vladimir Spivakov, violon
08/12/2017
Philharmonie de Paris
Orchestre Métropolitain
de Montréal
Yannick Nézet-Séguin, dir.
03/12/2017
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe
Nicholas Collon, direction
Renaud Capuçon, violon
02/12/2017
Orchestre du Capitole
Andris Poga, direction
Bertrand Chamayou, piano
01/12/2017
Grands Interprètes
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
30/11/2017
Musique au Palais
Palais Niel
25 et 26/11/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
25/11/2017
Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
22/11/2017
Clefs de Saint-Pierre
Entrez dans la danse
20/11/2017
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, violon et
direction, Anne Gaurier,
viole de gambe
16/11/2017
Chœur les éléments
Bach & pochette surprise
Odyssud
13/11/2017
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Saint-Pétersbourg
Yuri Temirkanov, dir.
10/11/2017
Toulouse Wind Orchestra
Dylan Corlay, direction
Félix Dervaux, cor
27/10/2017
Grands Interprètes
Il Giardino Armonico
Giovanni Antonini, dir.
Isabelle Faust, violon
20/10/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Siglo de Oro
19/10/2017
Les Sacqueboutiers
Danza Alta
Cintegabelle
14/10/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Wayne Marshall, orgue
13/10/2017
Grands Interprètes
Orchestre national de
France
Emmanuel Krivine, dir.
Martha Argerich, piano
07/10/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Richard Goode, piano
05/10/2017
Clefs de Saint-Pierre
Confins du romantisme
02/10/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano
20/09/2017
Dialogues aux Carmélites
Rien n'est bon que d'aimer
03/09/2017
Dialogues aux Carmélites
La note bleue
27/08/2017
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
 
 

 

Concerts/ Les Clefs de Saint-Pierre / Entrez dans la Danse
Les Becs du Midi - 20 novembre 2017
     

CRITIQUE

La clarinette tous azimuts…

Le deuxième concert de la 18ème série des Clefs de Saint-Pierre invitait, ce lundi 20 novembre, le quatuor de clarinettes, joliment baptisé « Les Becs du Midi », de l’Orchestre national du Capitole. Il s’agit en l’occurrence du seul quatuor de clarinettes français dont tous les membres sont issus du même orchestre symphonique. Un gage d’unité, de disponibilité, de cohésion.

Et en effet, dès les premières notes, dès les premiers accords, ce qui frappe, autant que les saveurs harmoniques de ce quatuor, c’est la parfaite précision du jeu d’ensemble, le sens du collectif, comme le dirait un commentateur sportif. Composé de Sébastien Batut (qui remplaçait Floriane Tardy, indisponible), David Minetti, Laurence Perry et Emilie Pinel, cet ensemble homogène, et néanmoins aux couleurs complémentaires et variées, fonctionne comme une fratrie généreuse. Le jeu commun semble s’établir d’instinct, alors qu’il n’est probablement que le résultat d’un travail minutieux et obstiné. Mais ici, l’art cache l’art.


O Les membres des Becs du Midi. De gauche à droite : Sébastien Batut, Laurence Perry, Emilie Pinel, David Minetti - Photo Classictoulouse -

Le choix des œuvres de ce programme original, consacré à la danse, dénote un sens profond de l’ouverture musicale de la part des interprètes. De Rameau à Piazzolla, la gamme de styles et des expressions ne connaît aucune limite.
Et c’est donc avec une suite de danses extraites de deux opéras de Jean-Philippe Rameau que s’ouvre cette soirée. Dans un arrangement signé du 1er soliste à l’Opéra de Paris, Alexandre Chabod, trois danses se succèdent dans l’esprit baroque le plus pur. L’ouverture de Castor et Pollux met en évidence l’éloquence, la légèreté du jeu de chacun, l’impeccable volubilité dont l’instrument est capable. Avec l’épisode des « Tambourins », du même opéra, les sonorités de l’ensemble se font plus épicées, plus colorées. Enfin, extraite des Indes Galantes, la Danse du Grand Calumet de la Paix qui marque la paix retrouvée entre les Sauvages et les armées colonisatrices, déploie ses fastes. Laurence Perry, tout au long de cet épisode ramiste joue en quelque sorte les femmes-orchestres, activant tambourins et grelots tout en jouant son impressionnante clarinette basse.
Changement d’époque et de couleurs avec Sevilla, pièce brillante et célébrissime extraite de la Suite española, d’Isaac Albéniz, dans un arrangement de Franck Amet. Le rythme règne ici en maître, habillé qu’il est par le jeu à la fois libre et coloré (Espagne oblige), mais toujours aussi précis, des musiciens.
La première partie du concert s’achève sur une pièce originalement écrite pour cette formation, Prélude et Funk, de Guillaume Connesson, jeune compositeur français d’aujourd’hui, actuellement associé au Royal Scottish National Orchestra et joué par les plus grands orchestres américains et anglais du moment. Guillaume Connesson, qui fut l’élève de Marcel Landowski, revendique de multiples influences aussi diverses que celles de François Couperin, Maurice Ravel, Igor Stravinski, Olivier Messiaen, Henri Dutilleux, Steve Reich ou encore John Adams. Le premier volet de sa pièce, intitulé Prélude, naît du silence pour y retourner après un épisode rêveur, onirique, et par instants douloureux. Le second mouvement, Funk, développe un rythme quelque peu frénétique, d’une complexité raffinée que les interprètes n’ont aucun mal à soutenir. Les éléments répétitifs ne sont pas sans évoquer le John Adams de Short Ride in a Fast Machine.



Les mêmes musiciens. David Minetti joue ici un cor de basset - Photo Classictoulouse -

La seconde partie du concert s’ouvre sur le champagne du ballet La Gaité Parisienne, sur la musique de Jacques Offenbach, revisitée par Manuel Rosenthal, et arrangée ici pour quatuor de clarinette par Florent Héau. Après une Ouverture pleine d’esprit frondeur et d’impertinence, la Polka marque le rythme et le Quadrille se distingue par l’utilisation de la technique originale du flatterzunge. Un Cancan échevelé conclut cet épisode bien français pour lequel David Minetti laisse sa clarinette pour un magnifique cor de basset aux sonorités chaleureusement sombres.
Trois Danses hongroises de Brahms (n° 1, 4 et 5), également dans un arrangement de Florent Héau, alternent virtuosité déchaînée et profonde nostalgie, typique du style Mitteleuropa.
Astor Piazzolla et son Histoire du Tango, dans un arrangement de Bruce Edwards, complètent ce programme particulièrement éclectique. Quatre épisodes chronologiques balisent cette fresque à la gloire d’une danse qui est finalement plus qu’une danse. Le melting pot argentin donne ainsi naissance au tango dans le premier volet intitulé Bordel 1900, illustré avec impertinence, dans le savoureux bavardage des clarinettes. Le deuxième volet baptisé Café 1930, prend une dimension poétique non exempte de cette tristesse latine si caractéristique. La vivacité et le drame investissent Night-Club 1960, alors que cette suite originale se conclut sur Concert d’aujourd’hui, épisode dans lequel hommage est rendu aux grands compositeurs « classiques » qui ont apporté leur tribu à la noblesse du tango, comme Bartók ou Stravinski. Rythmes élaborés, harmonies subtiles font le délice des interprètes.
Rappelés ave chaleur, le quatuor d’amis entonne le célèbre Lady be good, de George Gershwin, puis un autre épisode de La Gaité Parisienne, celui, ô combien fameux, du Brésilien. La joie sans mélange !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 21 novembre 2017

 

infos
 



Renseignements détaillés et réservations au :


06 63 36 02 86.

Email : internotes.toulouse@
gmail.com

Internet :
http://lesclefsdesaintpierre
.org/

 

Programme du concert donné le 20 novembre 2017 à 20 h à l'auditorium Saint-Pierre des Cuisines de Toulouse

* Jean-Philippe Rameau

- Suite de danses

* Isaac Albeniz

- Sevilla

* Guillaume Connesson
- Prélude et Funk

* Jacques Offenbach
- Gaieté parisienne

* Johannes Brahms
- Danses Hongroises
Danses 1, 4 et 5

* Astor Piazzolla

- L’Histoire du Tango

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index