www.classicToulouse.com
Annonces
 
Arts Renaissants
Ensemble Les Surprises
22/03/2017
Orchestre du Capitole
Christian Zacharias, piano
et direction
25/03/2017
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, direction
Bach, Passion St Jean
31/03/2017
Association Gabriel Fauré
Paradis latin
Julien Martineau
31/03/2017
 
Critiques
 
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Jean-Pierre Canihac, dir.
19 et 20/03/2017
Grands Interprètes
Orchestre et Choeur de
l'Opéra du Bolchoï-Moscou
Tugan Sokhiev, direction
La Pucelle d'Orléans
P. I. Tchaïkovski
15/03/2017
Clefs de Saint-Pierre
Folk Songs
13/03/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Don Quichotte,
Jules Massenet
24/02/2017
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
20/02/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Lucas Debargue, piano
17/02/2017
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Raphaël Sévère, clarinette
10/02/2017
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe
Yannick Nézet-Séguin, dir.
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
09/02/2017
Grands Interprètes
Scottish Chamber
Orchestra
Robin Ticciati, direction
Maria João Pires, piano
04/02/2017
Arts Renaissants
Claire Désert, piano
Pascal Moraguès,
clarinette
Gary Hoffman, violoncelle
01/02/2017
Orchestre du Capitole
Lorenzo Viotti, direction
Daniel Lozakovitj, violon
27/01/2017
Orchestre du Capitole
Rinaldo Alessandini, dir.
20/01/2017
Clefs de Saint-Pierre
D'âmes et d'anche
16/01/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Alison Balsom, trompette
13/01/2017
Arts Renaissants
Quatuor Modigliani
11/01/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orfeón Donostiarra
Claudia Barainsky, soprano
Garry Magee, baryton
15/12/2016
Orchestre de l'Université
de Toulouse
Jean-Guy Olive, direction
Jérôme Pernoo, violoncelle
13/12/2016
Les Amis des Orgues
de Castanet-Tolosan
Concert de Noël
11/12/2016
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Myung-Whun Chung, dir.
Nicholas Angelich, piano
10/12/2016
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Jean-Yves Thibaudet,
piano
09/12/2016
Arts Renaissants
Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
07/12/2016
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
Elias, Mendelssohn
03/12/2016
Orchestre du Capitole
Christophe Mangou, dir.
Jeff Mills, DJ
01 et 02/12/2016
Musique au Palais
Bach, Mozart, Beethoven
Un Voyage en Russie
26 et 27/11/2016
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
24/11/2016
Clefs de Saint-Pierre
Le trombone à travers
les âges
21/11/2016
Orangerie de Rochemontès Orianne Moretti,soprano
Ilya Rashkovskiy, piano
Concert de Gala
20/11/2016
Grands Interprètes
Julia Lezhneva, soprano
La Voce Strumentale
Dmitry Sinkovski, dir.
19/11/2016
Les Sacqueboutiers
Festival Déodat de
Séverac
Le Roman de Jaufre
17/11/2016
Arts Renaissants
Jordi Savall
Le Concert des Nations
16/11/2016
Orchestre du Capitole
Lahav Shani, direction
et piano
04/11/2016
Orchestre du Capitole
Thomas Søndergård, dir.
Vilde Frang, violon
29/10/2016
Les Sacqueboutiers
Rencontre Internationale
des Cuivres Anciens
20 au 23/10/2016
 
 

 

Concerts/ Les Clefs de Saint-Pierre / D'âmes et d'anche - 16 janvier 2017
     

CRITIQUE

La clarinette en majesté

Le 16 janvier dernier, le troisième concert de la saison des Clefs de Saint-Pierre associait à la sonorité des cordes celle, si prenante, de la clarinette. Dans un programme astucieusement intitulé « D’âmes et d’anche », cinq musiciennes issues des rangs de l’Orchestre national du Capitole présentaient deux œuvres importantes et significatives de ce répertoire, certes limité en quantité, mais ô combien riche en qualité.

Dans sa présentation vivante, didactique et particulièrement conviviale, la soliste de la soirée, la clarinettiste Floriane Tardy, caractérise avec finesse les deux partitions choisies pour cette soirée. Elle met ainsi en évidence les spécificités propres à l’instrument plein de charme qu’elle pratique avec un rare talent, mais aussi celles de cette association cordes et clarinette, si riche et si subtile.
Il est vrai que depuis Mozart et son miraculeux Quintette en la majeur, la réunion de « l’anche et des âmes » a inspiré quelques compositeurs, attirés par la beauté de la combinaison, parmi lesquels les deux créateurs inscrits au programme de cette soirée : Carl Maria von Weber et Johannes Brahms. Deux tempéraments bien différents qui vont utiliser et exprimer deux facettes complémentaires de la clarinette. Pour cela, aux côtés de Floriane Tardy sont réunies Chiu-Jan Ying et Estelle Bartolucci, violons, Laura Ensminger, alto et Léa Birnbaum, violoncelle.



Les musiciennes pendant la présentation de Floriane Tardy - Photo Classictoulouse -

Avec son très brillant Quintette en si bémol majeur opus 34, achevé en 1815, Weber rendait hommage à son ami clarinettiste Heinrich Bärmann. Sa partition exalte essentiellement l’extrême virtuosité que permettent l’instrument et ses multiples possibilités expressives. Les quatre mouvements de l’œuvre résonnent en fait comme un véritable concerto pour clarinette. Comme pour en faciliter la diffusion, l’orchestre est ici « réduit » aux instruments à cordes d’un quatuor dont Estelle Bartolucci occupe le poste de premier violon. Mais sans l’ombre d’un doute, et même si l’écriture de l’accompagnement révèle un véritable talent et une inventivité certaine, c’est à la clarinette de conduire les débats. Floriane Tardy s'y emploie avec une aisance, une habileté, une musicalité admirables. Techniquement irréprochable et d’une chatoyante volubilité, son jeu franchit tous les obstacles avec panache. Dès l’Allegro initial, la dynamique qu’elle développe, les écarts invraisemblables de l’ambitus qu’elle délivre avec une absolue sûreté lui permettent de mettre en évidence le caractère délibérément théâtral de tout ce mouvement. Le spectateur assiste ici à une succession de scènes de comédie. Dans le subtil mouvement lent intitulé Fantasia, c’est à un lamento d’opéra que le compositeur se réfère. On admire tout particulièrement l’art de la soliste de maîtriser de longues gammes chromatiques fortissimo, répétées à la limite d’un impalpable pianissimo. Du grand art ! Le Menuetto (sous-titré Capriccio) s’écoute comme un jeu au sein duquel s’insère un Trio charmeur. Enfin le Rondo final ouvre toutes les possibilités virtuoses, à l’image d’une cabalette de bel canto. Là encore, la soliste assume avec brio les traits les plus virtuoses sans jamais sacrifier la musicalité ni l’expression.



De gauche à droite : Chiu-Jan Ying et Estelle Bartolucci, violons, Laura Ensminger, alto,
Léa Birnbaum, violoncelle et Floriane Tardy, clarinette - Photo Classictoulouse -

Comme le souligne Floriane Tardy, le caractère du Quintette en si mineur opus 115 de Brahms est tout autre. Inspirée au compositeur par la double amitié qui le lie au clarinettiste Richard Mühlfeld et au violoniste Joseph Joachim (celui-là même pour lequel il composa son concerto pour violon), cette œuvre tardive revêt un aspect tendrement automnal. Le rôle du quatuor à cordes n’est plus considéré ici comme celui d’un accompagnateur. Près de quatre-vingts ans après Weber, le dialogue brahmsien entre la clarinette et chaque instrument se pratique d’égal à égal. La confidence, l’échange, le chant reviennent au premier plan. C’est ici au tour de Chiu-Jan Ying de jouer le premier violon.
L’Allegro initial s’ouvre sur un motif crépusculaire qui constitue le ciment de toute l’œuvre. La clarinette fait son entrée sur la pointe des notes. L’émotion naît ici de l’extrême pudeur de l’expression. Les échanges entre l’instrument soliste et le quatuor se nouent avec une extrême délicatesse. L’Adagio ouvre tout un monde de rêve, de méditation. Chacune des interprètes s’intègre au discours commun, se livre avec une profonde sensibilité. L’épisode lyrique, presque pathétiques, qui occupe le cœur de ce mouvement évoque le caractère tzigane auquel Brahms est resté attaché toute sa vie. Une certaine lumière émane de l’Andantino qui suit, abordé par les interprètes comme on raconte une histoire, comme on évoque une légende. Leur beau phrasé se prolonge dans l’épisode animé, mais feutré et délicat. Le thème et ses cinq variations du Finale, Con moto lui confèrent la structure d'un rondo. Tout ce mouvement baigne dans une atmosphère automnale, d’une éloquente douceur. Chaque musicienne exprime à son tour sa sensibilité propre. L’émotion atteint son apogée au retour du thème initial de l’œuvre, sorte d’évocation d’un souvenir cher. La conclusion résonne enfin comme un adieu paisible.
Un grand merci aux interprètes pour ce choix du dialogue entre deux époques complémentaires du romantisme.
L’accueil très chaleureux du public rappelle les musiciennes qui entonnent alors la fameuse et joyeuse Tritsch-Tratsch-Polka de Johann Strauss II, dans sa version pour clarinette et quatuor à cordes. Magnifique façon de célébrer le Nouvel An !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 17 janvier 2017

 

infos
 



Renseignements détaillés et réservations au :


06 63 36 02 86.

Email : internotes.toulouse@
gmail.com

Internet :
http://lesclefsdesaintpierre
.org/

 
Programme du concert donné le 16 janvier 2017 à 20 h à l'auditorium
Saint-Pierre des Cuisines


* C. M. von Weber
- Quintette pour clarinette et cordes op.34 en si bémol majeur

* J. Brahms
- Quintette pour clarinette et cordes op. 115 en si mineur

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index