www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Les Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
18/01/2022
Grands Interprètes
Evgeny Kissin
18/01/2022
Hélène Grimaud
21/01/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Viennoiseries
31/01/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
Jörg Widmann
01/02/2022
Association AIDA
Projet Démos
05/10/2021
 
Critiques
 
Théâtre du Capitole
Capella Reial de Catalunya
Concert des Nations
Jordi Savall, direction
10/01/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
07/01/2022
Mélodies hébraïques
Sarah Iancu, violoncelle
David Bismuth, piano
04/01/2022
Les Arts Renaissants
Café Zimmermann
Clément Janequin
Les Sacqueboutiers
14/12/2021
Orchestre nat. du Capitole
Ben Glassberg, direction
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
10/12/2021
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi,
direction
06/12/2021
Grands Interprètes
Philippe Jaroussky
Thibaut Garcia
05/12/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
La Révolution Berlioz
04/12/2021
Toulouse Guitare
Zoran Dukić -Alicia Stubbe
03/12/2021
Quatuor Dutilleux
CRR de Toulouse
02/12/2021
Les Sacqueboutiers
La Pause Musicale
02/12/2021
Musique au Palais
Edition 2021
28/11/2021
Orchestre nat. du Capitole
Robert Trevino, direction
27/11/2021
Le forum ByPass
Transmission(s)
23/11/2021
Grands Interprètes
Orchestre de l'Opéra
national de Paris
Gustavo Dudamel, dir.
19/11/2021
Les Arts Renaissants
Orchestre de Chambre
Occitania
Bernard Soustrot
Constant Despres
16/11/2021
Théâtre du Capitole
Les Sacqueboutiers
Monica Bacelli, mezzo-sop.
15/11/2021
Le Consort Apollon
Sophie Castaing, violon
Sophie Castellat,
violoncelle
Clément Lanfranchi,
clavecin
08/11/2021
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
Tanja Ariane Baumgartner,
mezzo-soprano
Attilio Glaser, ténor
06/11/2021
Toulouse Wind Orchestra
Rémi Durupt, direction
Compagnie Humanum
27/10/2021
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion,
Raphaël Pichon, direction
Sabine Devieilhe, soprano
25/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Benjamin Grosvenor, piano
23/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Lio Kuokman, direction
Michael Barenboim, violon
15/10/2021
Grands Interprètes
The King's Singers
14/10/2021
Toulouse Guitare
Roberto Aussel
10/10/2021
Grands Interprètes
Krystian Zimerman, piano
09/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Fabien Gabel, direction
Henri-Franck Beaupérin,
orgue
08/10/2021
Les Arts Renaissants
Ensemble Correspondances
05/10/2021
Les Clefs de Saint-Pierre
Fantaisies Baroques
04/10/2021
Orchestre nat. du Capitole
Kerem Hasan, direction
Aurélien Gignoux,
percussionniste
02/10/2021
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi, dir.
27/09/2021
Les Arts Renaissants
Ensemble Jupiter
21/09/2021
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Virginie Constant,
Marie-Christine Barrault
12/09/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Behzod Abduraimov, piano
10/09/2021
Les Arts Renaissants
Ensemble Voces8
07/09/2021
 
 

 

Concerts / Orchestre national du Capitole - Thomas Guggeis, direction -
Tanja Ariane Baumgartner, mezzo-soprano, Attilio Glaser, ténor
- 6 novembre 2021 -
     
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

De Ravel à Mahler, poésie et émotion

Le 6 novembre dernier, l’Orchestre national du Capitole retrouvait à sa tête le jeune chef allemand Thomas Guggeis ainsi que deux grandes voix solistes dans un programme musical intitulé « Paradis imaginaires ». Deux chefs-d’œuvre issus du monde de la poésie composaient ce programme original : la musique du ballet Ma Mère l’Oye, de Maurice Ravel, et Das Lied von der Erde (Le Chant de la Terre), de Gustav Mahler.

Ancien assistant de Daniel Barenboim, Thomas Guggeis apparaît à Toulouse pour la troisième fois. Il confirme son grand talent de chef d’orchestre et l’intérêt artistique qu’il manifeste pour la formation symphonique toulousaine. Cette fois, musique française et culture germanique font bon ménage.
Avec Ma mère l’Oye, de Maurice Ravel, le concert s’ouvre sur une œuvre qui appartient à l’ADN de l’orchestre depuis la période Michel Plasson. Mais cette fois, il s’agit d’une version rare de ce chef-d’œuvre. En effet, Ma Mère l’Oye a d’abord pris la forme d’une suite de cinq pièces pour piano à 4 mains composée en 1908 pour Jean et Marie, les enfants des amis du compositeur, les Godebski. Ravel orchestra ensuite ces pièces pour en faire la fameuse Suite pour orchestre qui s’est imposée dès 1911. Il élargit ensuite cette orchestration pour en faire un ballet. C’est cette ultime version que la plupart des auditeurs découvrent ce soir-là. Par rapport à la Suite traditionnelle, elle comporte un tableau de plus (Danse du rouet) un prélude et des interludes qui relient subtilement les épisodes. L’ordre des tableaux en est également modifié.
Thomas Guggeis aborde le Prélude avec la tendresse enfantine que suggère le texte musical. Toute cette introduction bruisse de chants d’oiseaux, de battements d’ailes d’une finesse touchante. Les tableaux s’enchaînent dans une certaine liberté expressive qui n’exclut en rien la précision de chaque intervention. On est immédiatement séduit par le premier tableau, rajouté par Ravel à la partition initiale de la Suite, Danse du rouet et Scène, musique frémissante à l’image de l’instrument qu’il évoque. Le matériau musical des interludes joue avec celui des tableaux eux-mêmes, souvent en anticipant leur contenu mélodique. Chaque atmosphère est subtilement suggérée par le beau dialogue que le chef obtient entre les cordes et les vents. Il faut souligner une fois de plus la qualité des sonorités de tous les pupitres, les bois en particulier aux couleurs si caractéristiques et si riches. L’ordre de tableaux, modifié par le compositeur lui-même, amène la fantaisie ironique de Laideronnette impératrice des Pagodes à précéder la magie sublime du final, Le Jardin féérique. Thomas Guggeis parvient à graduer ce crescendo dans une progression irrésistible qui donne le frisson ! Le tutti conclusif rayonne comme un soleil éclatant.



Thomas Guggeis à la tête de l'Orchestre national du Capitole, entouré de la mezzo-soprano Tanja Ariane Baumgartner et du ténor Attilio Glaser - Photo Classictoulouse -

La seconde partie du concert investit un tout autre domaine musical qui néanmoins plonge lui aussi ses racines dans le monde de la poésie. Une poésie extrême-orientale, celle du cycle La Flûte chinoise, dont les textes ont été adaptés en allemand par le poète Hans Bethge, et également retouchés par le compositeur Gustav Mahler lui-même pour illustrer Das Lied von der Erde, ce Chant de la Terre devenu mythique. Saluons la qualité des deux chanteurs solistes requis pour cette « Symphonie pour ténor, alto (ou baryton) et grand orchestre » tel que Mahler lui-même qualifiait l’œuvre. La mezzo-soprano allemande Tanja Ariane Baumgartner, déjà présente sur la scène du Théâtre du Capitole en 2015 dans Le Château de Barbe-Bleue de Béla Bartók et Le Prisonnier de Luigi Dallapiccola, chante ce soir-là les lieder pairs, alors que le grand ténor, également allemand, Attilio Glaser est chargé des lieder impairs.
C’est le ténor qui se lance avec un héroïsme désespéré dans le premier lied, Chanson à boire de la douleur de la Terre. L’éclat vocal, le lyrisme éperdu, la noirceur du propos s’avèrent aussi convaincants que la grâce légère dont il pare le troisième lied, De la jeunesse, ou encore l’évocation sinistre de la mort qui imprègne le cinquième, L’Homme ivre au printemps.
Tanja Ariane Baumgartner confère au deuxième lied, Le Solitaire en automne, cette profonde nostalgie que la beauté de son timbre nimbe d’une lumière ambrée. Aussi à l’aise dans tous les registres, son chant épouse à merveille la douloureuse poésie du texte. Avec De la beauté, le sourire passe aisément dans sa voix. On admire aussi l’animation qui s’empare de la déclamation soliste comme celle de l’orchestre dans l’évocation de la course effrénée d’un cheval. Mais l’émotion la plus bouleversante s’exhale du lied final L’Adieu, aussi développé que les cinq lieder précédents réunis. La cantatrice et l’orchestre conjuguent leur pouvoir expressif dans cette sorte d’hymne paradoxal à la vie, à la nature, aux portes de la mort. Dans la partie vocale, comme déjà détachée de ce monde, la cantatrice évoque le passé heureux et la souffrance de la séparation avec une pudeur, une retenue qui ne donne que plus d’intensité à l’émotion de son propos et de son chant. Quant à l’interlude orchestral qui occupe le cœur de ce lied final, il transcende l’ampleur de l’écriture symphonique. Il s’agit là d’une sorte de musique de chambre pour grand orchestre au sein de laquelle les instruments solistes dialoguent, échangent leurs évocations, leurs sentiments. Il faut ici remercier et féliciter encore tous les musiciens solistes (en particulier le hautbois solo, au rôle majeur) pour la beauté de toutes leur interventions.
Lorsque la cantatrice murmure enfin le mot magique Ewig, Ewig, Ewig (éternellement), la musique se fond dans un silence ému que le public prolonge indéfiniment… C’est presque à regret que les applaudissements éclatent enfin et pour une longue ovation, largement méritée.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 7 novembre 2021

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 
Programme du concert donné le 6 novembre 2021
à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* M. Ravel
-Ma Mère l'Oye, ballet

* G. Mahler
- Das Lied von der Erde (Le Chant de la Terre)


 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index