www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Musique en Dialogue
aux Carmélites
18/06 au 28/08/2022
Orchestre nat. du Capitole
L'été 2022
04 au 25/07/2022
Odyssud-Blagnac
Saison 2022-2023
Les Arts Renaissants
Saison 2022-2023
Grands Interprètes
Saison 2022-2023
02/06/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Saison 2022-2023
31/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Saison 2022-2023
Présentation
23/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
La démission de
Tugan Sokhiev
06/03/2022
Association AIDA
Projet Démos
05/10/2021
 
Critiques
 
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Mūza Rubackyté, piano
Olivier Bellamy, récitant
19/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Katia et Marielle Labèque,
pianos
17/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Sunwook Kim, piano
10/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Jukka-Pekka Saraste, dir.
Verdi Requiem
31/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Ryan Bancroft, direction
Benjamin Beilman, violon
26/05/2022
Toulouse Guitare
Gaëlle Solal, Rafaël Léger
20/05/2022
Les Sacqueboutiers
Ensemble vocal Tempus 21
Les Trois "S"
19 et 20/05/2022
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, direction
12/05/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Du côté de chez Ludwig
09/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Joseph Swensen, direction
06/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Xian-Zhang, direction
Kristi Gjezi, violon
30/04/2022
Orchestre nat. du Capitole
Frank Beermann, direction
David Fray, piano
23/04/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Ellipsos
19/04/2022
Grands Interprètes
Camerata Salzburg
Fazil Say, piano
19/04/2022
Toulouse Guitare
Trio Cavalcade
15/04/2022
Musique pour la paix
Eglise du Gesu
09/04/2022
Les Arts Renaissants
Venice Baroque Orchestra
Andrea Marcon, direction
Chouchane Siranossian,
violon
29/03/2022
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio-France
Myung-Whun Chung, piano
et direction
26/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Direction Fuad Ibrahimov
Orféon Donostiarra, José
Antonio Sainz Alfaro, dir.
25/03/2022
Orchestre l'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Vincent Martinet, piano
17/03/2022
Toulouse Guitare
Antoine Morinière, guitare
Joachim Maudet, danse
11/03/2022
Association Gabriel Fauré
Le Duo des lames
10/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Wilson Ng, direction
Julien Martineau,mandoline
05/03/2022
Grands Interprètes
Wiener Symphoniker
Andrés Orozco-Estrada,
direction
Vilde Frang, violon
03/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
Bertrand Chamayou, piano
26/02/2022
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Sergei Babayan, pianos
25/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Christian Arming, direction
Haochen Zhang, piano
17/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Josef Špaček, violon
11/02/2022
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, dir.
Thomas Dolié, baryton
07/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Speranza Scappucci, dir.
Le Villi, G. Puccini
05/02/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
Jörg Widmann, clarinette
01/02/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Viennoiseries
31/01/2022
Grands Interprètes
Hélène Grimaud
21/01/2022
Les Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
18/01/2022
Grands Interprètes
Evgeny Kissin
18/01/2022
Théâtre du Capitole
Capella Reial de Catalunya
Concert des Nations
Jordi Savall, direction
10/01/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
07/01/2022
Mélodies hébraïques
Sarah Iancu, violoncelle
David Bismuth, piano
04/01/2022
Les Arts Renaissants
Café Zimmermann
Clément Janequin
Les Sacqueboutiers
14/12/2021
 
 

 

Concerts / Orchestre national du Capitole - Thomas Guggeis, direction
Bertrand Chamayou, piano - 26 février 2022
     

CRITIQUE

Création... « Avec un peu d’Espagne autour » !

Le 26 février 2022, la Halle aux Grains retrouve pour la quatrième fois, à la tête de l’Orchestre national du Capitole, le jeune chef d’orchestre allemand Thomas Guggeis. Un grand pianiste, authentique Toulousain célèbre dans le monde de la musique, Bertrand Chamayou, participe ce soir-là à la création mondiale d’un concerto d’un autre grand Toulousain, le jeune compositeur et violoniste Benjamin Attahir. Sous le thème « Andalousie, Andalousie », le programme fait en outre la part belle à l’Espagne authentique de Manuel de Falla comme à l’Espagne rêvée de Claude Debussy.

Le célébrissime Prélude à l’après-midi d’un faune de Claude de France ouvre la soirée sur la poésie pure d’une partition inspirée de Stéphane Mallarmé. Il suffit des quelques notes de la flûte a capella pour susciter dans chaque esprit, dans chaque cœur, le rêve le plus évanescent. L’art du phrasé et la suave sonorité de la soliste, excellente Sandrine Tilly, déclenche ce départ vers un monde de sensualité et de beauté. Toutes les couleurs de notre orchestre semblent conçues pour une telle œuvre qui figure à l’évidence dans son répertoire le plus authentique. Le chef suscite avec subtilité les crescendos multiples qui animent cette succession d’images d’ivresse et de repos. Saluons également toutes les interventions solistes, notamment celles du hautbois (Louis Seguin), du cor (Jacques Deleplancque) et du violon (Kristi Gjezi). Une profonde respiration amène doucement vers un silence conclusif clairement habité.


Le chef d'orchestre allemand Thomas Guggeis - Photo Classictoulouse -

La création mondiale de l’œuvre de Benjamin Attahir, qui suit cette exécution, provoque un contraste de première grandeur. On connait bien à Toulouse le talent original et imaginatif de ce jeune compositeur qui semble inventer pour chacune de ses pièces un nouveau mode d’expression. Le concerto pour piano en création ce soir-là est clairement conçu pour Bertrand Chamayou qui avait déjà joué le premier concerto du compositeur. Intitulée Khatoun Wahidoun, ce qui signifie « D’un seul trait, d’une seule ligne », cette nouvelle partition associe un grand orchestre auquel le piano semble montrer la voie (ou la voix ?). En outre l’écriture pianistique possède une particularité stupéfiante. Le compositeur s’est imposé de transformer le piano, au caractère éminemment polyphonique, en instrument monodique ! Comme l’indique le compositeur lui-même dans le programme de salle : « Jamais deux marteaux ne mettent des cordes en vibration simultanément ». Ainsi le soliste ne joue jamais deux notes à la fois. Et pourtant l’impression de foisonnement sonore domine. Benjamin Attahir compte simplement sur l’époustouflante virtuosité de son interprète pour jouer sur la vitesse d’exécution.


Bertrand Chamayou lors de la création du concerto de Benjamin Attahir
- Photo Classictoulouse -

Cette exceptionnelle vélocité crée une sorte de polyphonie « simulée ». L’extrême densité de l’écriture résulte en une proclamation musicale pleine d’angoisse, de violence même, qui tient l’auditeur en haleine et ne le lâche pas. La tension reste à son maximum du début à la fin, dans la débauche d’un rythme implacable. L’orchestre, lui aussi particulièrement virtuose et mobile, prend toute sa part à la réussite de cette création. Ce n’est qu’au dernier accord que l’on respire enfin ! Benjamin Attahir, évidemment présent dans la salle pour cette création, rejoint les interprètes sur l’estrade, les remercie chaleureusement et reçoit une belle acclamation.
Très bien accueillie, Khatoun Wahidoun démontre que la nouveauté ou l’audace ne sont pas des obstacles à la popularité d’une œuvre. Les acclamations adressées aux artisans de cette création, le compositeur, le chef, le soliste et l’orchestre, le prouvent. Bertrand Chamayou, très applaudi, offre un bis qui annonce le caractère espagnol de la suite du concert. Il confère toute sa palette de couleurs à la fameuse pièce Alborada del gracioso, de Maurice Ravel.


Les interprètes, Bertrand Chamayou et Thomas Guggeis, applaudis par le compositeur
Benjamin Attahir (à gauche) - Photo Classictoulouse -

Toute la seconde partie de la soirée baigne donc dans l’évocation de la péninsule ibérique. Extrait des Images pour orchestre, de Claude Debussy, le triptyque Ibéria donne de l’Espagne un portrait rêvé par le compositeur qui n’y a jamais mis les pieds ! Thomas Guggeis confère au premier volet « Par les rues et par les chemins » une étonnante énergie survitaminée. Signalons que les échos d'un feu d'artifice inopportun tiré tout près de la Halle pour la 13e édition du gala de l'école d’ingénieurs ENSEEIHT ont quelques peu perturbé l’exécution et l’écoute de ce premier mouvement ! Toujours est-il que « Les Parfums de la nuit » qui suivent se révèlent plus dynamiques que poétiques, alors que « Le matin d’un jour de fête » explose (!) enfin d’une joie sans limite.
L’Espagne authentique de Manuel de Falla conclut le concert sur la Suite n° 2 tirée de son ballet Le Tricorne. Dès la Danse des voisins, le brio évident de l’orchestration ne masque pas la finesse du rythme. Après une Danse du meunier dirigée avec un relief particulier, la Danse finale charrie une jubilation communicative à laquelle participe, une fois encore, la qualité des nombreux solos instrumentaux.
Aux applaudissement nourris qui saluent cette prestation joyeuse, Thomas Guggeis répond en félicitant un à un les musiciens solistes ainsi que l’ensemble de l’orchestre. Une collaboration qui marche.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 28 février 2022

 

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programme du concert donné le 26 février 2022 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* C. Debussy
- Prélude à l'après-midi d'un faune

* B. Attahir
- Khatoun Wahidoun, Concerto pour piano et orchestre - Création mondiale

* C. Debussy
- Images pour orchestre, Ibéria

* De Falla

- Le Tricorne, suite pour orchestre n°2

 
Les saisons musicales
lyriques et
chorégraphiques
toulousaines

 
2021-2022
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index