www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Musique en Dialogue
aux Carmélites
18/06 au 28/08/2022
Orchestre nat. du Capitole
L'été 2022
04 au 25/07/2022
Odyssud-Blagnac
Saison 2022-2023
Les Arts Renaissants
Saison 2022-2023
Grands Interprètes
Saison 2022-2023
02/06/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Saison 2022-2023
31/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Saison 2022-2023
Présentation
23/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
La démission de
Tugan Sokhiev
06/03/2022
Association AIDA
Projet Démos
05/10/2021
 
Critiques
 
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Mūza Rubackyté, piano
Olivier Bellamy, récitant
19/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Katia et Marielle Labèque,
pianos
17/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Sunwook Kim, piano
10/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Jukka-Pekka Saraste, dir.
Verdi Requiem
31/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Ryan Bancroft, direction
Benjamin Beilman, violon
26/05/2022
Toulouse Guitare
Gaëlle Solal, Rafaël Léger
20/05/2022
Les Sacqueboutiers
Ensemble vocal Tempus 21
Les Trois "S"
19 et 20/05/2022
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, direction
12/05/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Du côté de chez Ludwig
09/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Joseph Swensen, direction
06/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Xian-Zhang, direction
Kristi Gjezi, violon
30/04/2022
Orchestre nat. du Capitole
Frank Beermann, direction
David Fray, piano
23/04/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Ellipsos
19/04/2022
Grands Interprètes
Camerata Salzburg
Fazil Say, piano
19/04/2022
Toulouse Guitare
Trio Cavalcade
15/04/2022
Musique pour la paix
Eglise du Gesu
09/04/2022
Les Arts Renaissants
Venice Baroque Orchestra
Andrea Marcon, direction
Chouchane Siranossian,
violon
29/03/2022
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio-France
Myung-Whun Chung, piano
et direction
26/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Direction Fuad Ibrahimov
Orféon Donostiarra, José
Antonio Sainz Alfaro, dir.
25/03/2022
Orchestre l'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Vincent Martinet, piano
17/03/2022
Toulouse Guitare
Antoine Morinière, guitare
Joachim Maudet, danse
11/03/2022
Association Gabriel Fauré
Le Duo des lames
10/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Wilson Ng, direction
Julien Martineau,mandoline
05/03/2022
Grands Interprètes
Wiener Symphoniker
Andrés Orozco-Estrada,
direction
Vilde Frang, violon
03/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
Bertrand Chamayou, piano
26/02/2022
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Sergei Babayan, pianos
25/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Christian Arming, direction
Haochen Zhang, piano
17/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Josef Špaček, violon
11/02/2022
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, dir.
Thomas Dolié, baryton
07/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Speranza Scappucci, dir.
Le Villi, G. Puccini
05/02/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
Jörg Widmann, clarinette
01/02/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Viennoiseries
31/01/2022
Grands Interprètes
Hélène Grimaud
21/01/2022
Les Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
18/01/2022
Grands Interprètes
Evgeny Kissin
18/01/2022
Théâtre du Capitole
Capella Reial de Catalunya
Concert des Nations
Jordi Savall, direction
10/01/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
07/01/2022
Mélodies hébraïques
Sarah Iancu, violoncelle
David Bismuth, piano
04/01/2022
Les Arts Renaissants
Café Zimmermann
Clément Janequin
Les Sacqueboutiers
14/12/2021
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole - Frank Beermann, direction
- David Fray, piano - 23 avril 2022
     
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

De la confidence à l’extase

Deux œuvres bien différentes étaient inscrites au programme du concert du 23 avril dernier : le Concerto pour piano et orchestre n° 21 de Mozart et la Symphonie n° 7 de Bruckner. Deux artistes invités étaient ainsi chargés d’établir un grand dialogue entre ces deux manières complémentaires de faire de la musique.

Le chef d’orchestre allemand Frank Beermann est devenu l’un des grands habitués de la fosse du Théâtre du Capitole. On n’oublie pas le sens musical et dramatique de sa direction lors des productions de Parsifal, d’Elektra et de La Flûte enchantée. Le voici enfin en contact exclusif avec l’Orchestre national du Capitole qu’il transcende de son talent. Le soliste de la soirée, le très attachant pianiste tarbais David Fray n’est certes plus à découvrir à Toulouse. Ses prestations en récital, notamment dans le cadre du festival Piano aux Jacobins, mais également en concert avec ce même orchestre, brossent le portrait d’un authentique musicien.
C’est par l’association lumineuse des deux talents (on plutôt des trois talents, celui des musiciens reste primordial) que débute cette soirée du 23 avril. Le Concerto pour piano et orchestre n° 21 en ut majeur, de Mozart, anime un dialogue d’une rare émulation entre le soliste et le tutti.


David Fray, soliste du Concerto n° 21 de Mozart - Photo Classictoulouse -

David Fray place la fluidité lumineuse de son toucher au service d’un jeu naturel, d’une fraîcheur, d’une sorte de vérité sans apprêts. L’effectif orchestral paraît a priori d’une abondance étonnante. Et néanmoins, la direction de Franck Beermann lui confère une finesse, une transparence qui permettent un équilibre parfait entre le piano et l’accompagnement. Notons que les timbales en peau et la flûte en bois sont judicieusement choisies pour cette exécution. Les échanges de l’Allegro maestoso évoquent une discussion pleine de tendresse et d’esprit. De l’Andante qui suit, rappelons qu’Olivier Messiaen dit qu'il est « une des plus belles [mélodies] de la musique de Mozart et de toute la Musique... » A la suite d’une introduction orchestrale d’une incroyable et subtile beauté, la mélancolie retenue du jeu de David Fray se mêle à une certaine inquiétude, comme toujours chez Mozart, empreinte d’un sourire mystérieux. Le final, Allegro vivace assai, en forme de Rondo alterne couplets et refrains d’un charme mélodique absolu entretenu par les jeux croisés du piano et des différents pupitres. La vivacité de la coda bénéficie de l’énergie couplée du soliste et de l’orchestre.
Enfin, notons que l’imagination du pianiste se manifeste également dans le choix des cadences. Pour le premier mouvements, celle du grand Wilhelm Kempff s’impose alors que pour le final David Fray combine les contributions de Kempff, de Paul Badura-Skoda et de Dinu Lipatti. La fusion au sein de l’œuvre originale se réalise sans couture !


Le chef d'orchestre allemand Frank Beermann - Photo Classictoulouse -

L’accueil chaleureux du public ramène David Fray sur le devant de la scène pour un bis particulier. Le pianiste dédie l’Aria introductive des Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach à ses deux confrères récemment disparus, le Roumain Radu Lupu et le Franco-américain Nicholas Angelich. Musique d’éternité largement applaudie par une assistance visiblement reconnaissante.
Avec la Symphonie n° 7 en mi majeur d’Anton Bruckner, l’orchestre prend un sérieux embonpoint ! Souvent intitulée « Symphonie des trémolos » (les premières mesures justifient déjà cette appellation) est probablement la plus admirée des symphonies du compositeur. L’ampleur solennelle du langage, la rutilance de l’orchestration, en imposent immédiatement. La direction très attentive et maîtrisée de Fanck Beermann en sculpte le son d’une manière impressionnante, tout en ménageant avec stratégie d’impressionnants crescendos. La délicatesse et l’éclat alternent dans le soin particulier d’une structuration dans le temps au fil des mouvements. Le thème principal du premier mouvement, comme « chanté » par les violoncelles s’élève à la suite de ce doux trémolo des cordes, dit "Urnebel" (Brouillard des origines).

Les quatre musiciens qui jouent les Wagnertuben
- Photo Classictoulouse -
O

Cette idée mélodique géniale aussi bien exploitée donne le frisson…
L’Adagio : sehr feierlich und sehr langsam (très solennel et très lent), dont la fin a été modifiée par Bruckner à l’annonce de la mort de son idole Richard Wagner, résonne vraiment comme une ode funèbre. Interviennent ici les fameux Wagnertuben (tubas wagnériens) somptueusement joués par quatre cornistes de l’orchestre. Ces instruments hybrides, sortes de cors redessinés sous forme de tubas par Wagner pour sa Tétralogie, apportent une couleur particulière à cette touchante prière faite d’émotion, d’humilité, d’espoir. L’apogée du mouvement culmine ici sur le fameux coup de cymbale dont on ne sait s’il fut réellement souhaité par le compositeur.
Le Scherzo s’ouvre sur le chant de ce coq qui éveillait Bruckner tous les matins à l’abbaye de Saint-Florian, proclamé ici avec esprit et légèreté par la trompette.

Comme un répit accordé à l’élan mystique de toute l’œuvre, ce mouvement apporte une bouffée d’air frais, détend un peu l’atmosphère.
Dans le Finale : bewegt, doch nicht schnell (animé mais pas rapide), le thème initial de toute la symphonie réapparaît enfin, comme l’évocation d’un souvenir. Les développements successifs sont périodiquement ponctués par l’impressionnant choral des « tuben » auxquels les musiciens confèrent une noblesse sonore particulière. Sous la direction acérée de Franck Beermann le chemin tourmenté qui mène au crescendo de la coda se construit pas à pas dans une somptuosité sonore de chaque instant. Cette montée vers la lumière atteint un paroxysme irrésistible que l’orchestre assume avec éclat.
Un grand moment symphonique qui traduit la belle entente entre le chef invité et les musiciens toulousains. Ceux-ci marquent d’ailleurs clairement leur satisfaction en applaudissant Franck Beermann que l’on espère revoir bientôt à Toulouse.

 

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 24 avril 2022

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 
Programme du concert donné le 23 avril 2022 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* W. A. Mozart
- Concerto pour piano et orchestre n° 21

* A. Bruckner
- Symphonie n° 7
 
Les saisons musicales
lyriques et
chorégraphiques
toulousaines

 
2021-2022
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index