www.classicToulouse.com
Annonces
 
Grands Interprètes
Budapest Festival
Orchestra
Iván Fischer, direction
Alexandre Kantorow, piano
23/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Jiří Rožeň, direction
Concert France-Arménie
24/10/2020
Le forum ByPass
Vocalismes
13 au 20/11/2020
Association Aïda
Saison 2020-2021
30/06/2020
Toulouse Guitare
Saison 2020-2021
Présentation 18/09/2020
Odyssud-Blagnac
Saison 2020-2021
 
Critiques
 
Orchestre nat. du Capitole
Lio Kuokman, dir. et piano
Kristi Gjezi, violon
Marc Coppey, violoncelle
16/10/2020
Grands Interprètes
Cecilia Bartoli
Les Musiciens du Prince-
Monaco
Gianluca Capuano, dir.
13/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Nil Venditti, direction
Hugo Blacher, trompette
10/10/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Quatuor en héritage
05/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Ishay Shaer, piano
03/10/2020
Les Arts Renaissants
Yasuko Uyama-Bouvard
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
29/09/2020
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Bach Jean-Sébastien
Suites et danse
27/09/2020
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Looking for Beethoven
Pascal Amoyel
13/09/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
"Dessine-moi un concert"
11/09/2020
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Seong-Jin Cho, piano
10/09/2020
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Concerts d'ouverture
29 et 30/08/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concert exceptionnel
David Fray, dir. et piano
Audrey Vigoureux,
Emmanuel Christien,
Jacques Rouvier, pianos
02/07/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concert exceptionnel
Tugan Sokhiev, direction
Bertrand Chamayou, piano
26/06/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concert exceptionnel
Renaud Capuçon, violon
19/06/2020
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi, dir.
09/03/2020
Orchestre du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Josef Špaček, violon
05/03/2020
Grands Interprètes
Julien Martineau,
mandoline
Vanessa Benelli Mosell,
piano
02/03/2020
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
28/02/2020
Les Arts Renaissants
Ensemble Tictactus
26/02/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Ombres portées
24/02/2020
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Fumiaki Miura, violon
21/02/2020
Orchestre du Capitole
Pascal Rophé, direction
Renaud Capuçon, violon
15/02/2020
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orfeón Donostiarra,
Jeanine de Bique, soprano
Christa Mayer, mezzo

08/02/2020
Grands Interprètes
Martha Argerich, piano
Mischa Maisky, violoncelle
06/02/2020
Toulouse Guitare
SoloDuo
31/01/2020
Les Arts Renaissants
Patricia Petibon, soprano
Susan Manoff, piano
30/01/2020
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole - Lio Kuokman, direction -
Kristi Gjezi, violon, Marc Coppey, violoncelle - 16 octobre 2020
     

CRITIQUE

Bonheur musical

Ce vendredi 16 octobre, le dernier concert nocturne avant le « couvre-feu » a témoigné du besoin impératif d’un lien soutenu entre le public et les musiciens. A l’instar des soins médicaux, la musique représente le meilleurs des vaccins contre la morosité ambiante. Ce soir-là, un certain frémissement de bonheur a parcouru la salle, même à moitié remplie du fait des contraintes sanitaires. Beethoven, Korngold et R. Strauss étaient inscrits au programme.

Le chef invité, Lio Kuokman, originaire de Macao, a reçu de nombreux diplômes, de la Hong Kong Academy of Performing Arts, un Master en piano de la Juilliard School, du Curtis Institute en direction d’orchestre et en clavecin, ou encore du New England Conservatory of Music. Il ne se contente donc pas de diriger l’orchestre. Afin de poursuivre la célébration du 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven (on ne peut plus l’ignorer !), il participe comme soliste à l’exécution du Triple concerto pour violon, violoncelle, piano et orchestre. Dirigeant l’orchestre depuis le clavier, Lio Kuokman est entouré des deux autres solistes, le violoniste Kristi Gjezi, premier violon supersoliste de l’Orchestre national du Capitole, et de Marc Coppey, grande figure du violoncelle français.



Les trois solistes du Triple concerto de Beethoven : Kristi Gjezi, violon, Lio Kuokman, pianiste et chef d'orchestre, Marc Coppey, violoncelle - Photo Classictoulouse.com -

Composé en 1803, en même temps que sa Symphonie Héroïque, ce concerto confronte, peut-être pour la première fois, un violon, un piano, un violoncelle à un orchestre symphonique. La partition se situe à mi-chemin entre le concerto, la musique de chambre et la symphonie concertante, héritée de la période baroque. Néanmoins, son exemple a été suivi par de nombreux compositeurs, comme Malipiero, Martinu ou Tcherepnine…
Dirigeant l’orchestre depuis le clavier, Lio Kuokman s’empare de l’œuvre avec une énergie et une conviction impressionnantes. Il faut souligner que le chef-soliste dirige et joue sans partition ! Admirons la performance. L’introduction solennelle de l’Allegro est suivie de l’entrée successive des trois solistes, à commencer par le violoncelle auquel Beethoven confie l'ouvertures de chacun des trois mouvements. Tout ce volet s’écoute comme une série d’échanges animés, une discussion à trois commentée par un tutti impérieux. Le chef maintient néanmoins un bel équilibre entre les contributions de chacun, mêlant virtuosité, musicalité et expression. Au sein du Largo, le passage a capella, comme une émouvante communion, réunit les trois solistes sans intervention de l’orchestre. La musique de chambre émerge ainsi au cœur de l’œuvre symphonique. C’est avec douceur que le pupitre des cors ramène le jeu au sein de l’orchestre. L’enchaînement sans interruption avec le final Rondo alla polacca sonne comme une interrogation. La réponse de l’orchestre déclenche alors un élan de ferveur, de vigueur même qui ne cesse de croître, jusqu’à l’emballement de la coda que le chef et les musiciens portent à incandescence. L’ovation enthousiaste du public est telle que cette coda doit être rejouée avec la même ferveur.



Le chef d'orchestre Lio Kuokman à l'issue du concert - Photo Classictoulouse -

Deux Suites pour orchestre composent la seconde partie de la soirée. Erich Wolfgang Korngold, dont les Toulousains ont pu découvrir et apprécier l’opéra La Ville morte, donné en novembre et décembre 2018 au Théâtre du Capitole, a composé la première. Il s’agit de la Suite tirée de la musique de scène pour la comédie de Shakespeare Beaucoup de bruit pour rien. Korngold a sélectionné cinq extraits significatifs de sa partition initiale. Son habileté comme compositeur de musique de film transparaît ici à l’évidence. Les atmosphères opposées alternent d’un épisode à l’autre. Ainsi, après un Ouverture pétillante à souhait, la séquence de la Jeune fille dans sa chambre nuptiale pleine de poésie et l'ironie de la Marche des gardes, l'Intermezzo recèle deux solos instrumentaux admirablement joués par Sarah Iancu au violoncelle et Bruno Dubarry à l’alto. Une joie débridée, habilement dirigée, envahit et conclut la Mascarade.
Avec Richard Strauss et sa Grande Suite du Chevalier à la rose, on retrouve le brio, la richesse d’une orchestration rutilante mais aussi la profondeur d’une expression intense. Pour cette exécution, l’orchestre fait vraiment le plein ! Le chef confère un relief lumineux à la formation symphonique qui déploie ici toutes ses qualités de couleurs et d’éclat. La partition compile les principaux thèmes de l’opéra et pas seulement les épisodes typiques de valse. Lio Kuokman s’investit de tout son corps dans cette succession de portraits des personnages de l’opéra. A la tête d’un orchestre survolté, il déploie une énergie, une allégresse qui savent par instant s’effacer devant la sensualité d’un discours évocateur, la nostalgie qui affleure ici ou là. Le pupitre des cors brille particulièrement tout au long de l’œuvre et il en est de même de l’ensemble des cuivres et des vents autour desquels les cordes tissent un réseau chaleureux et transparent à la fois. Du déchaînement de l’ouverture au paroxysme du final, l’auditeur est maintenu en haleine.
Afin de répondre à l’ovation du public, Lio Kuokman annonce, en français, un cadeau sous la forme d’un bis souriant et chaleureux, la valse Voix du printemps d’un autre Strauss, viennois celui-là, Johann Strauss fils. Une conclusion lumineuse pour éclaircir les aléas du temps présent, y insuffler une dose supplémentaire de bonheur…

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 17 octobre 2020

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 
Programme du concert donné le 16 octobre 2020 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* L. van Beethoven
- Triple concerto pour violon, violoncelle et piano.

* E. W. Korngold
- Suite d’après Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare

* R. Strauss
- Grande Suite d'après Le Chevalier à la rose

 

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index