www.classicToulouse.com
Annonces
 
Les Arts Renaissants
Ensemble Tictactus
26/02/2020
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
28/02/2020
Grands Interprètes
Julien Martineau,
mandoline
Vanessa Benelli Mosell,
piano
02/03/2020
Orchestre du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Josef Špaček, violon
05 et 06/03/2020
Musicales franco-russes
Orchestre du Capitole
2ème édition
04/12/2019
Le projet DÉMOS
Présentation
07/10/2019
Toulouse Guitare
Saison 2019-2020
Présentation
13/09/2019
 
Critiques
 
Les Clefs de Saint-Pierre
Ombres portées
24/02/2020
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Fumiaki Miura, violon
21/02/2020
Orchestre du Capitole
Pascal Rophé, direction
Renaud Capuçon, violon
15/02/2020
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orfeón Donostiarra,
Jeanine de Bique, soprano
Christa Mayer, mezzo

08/02/2020
Grands Interprètes
Martha Argerich, piano
Mischa Maisky, violoncelle
06/02/2020
Toulouse Guitare
SoloDuo
31/01/2020
Les Arts Renaissants
Patricia Petibon, soprano
Susan Manoff, piano
30/01/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Couleurs d'exil
20/01/2020
Grands Interprètes
Thibaut Garcia, guitare
Christian-Pierre La Marca,
violoncelle
14/01/2020
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Javier Perianes, piano
10/01/2020
La Saison Bleue
Alexandre Pascal, violon
Théo Fouchenneret, piano
07/01/2020
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
16/12/2019
Toulouse Guitare
Les Frères Méduses et
Jennifer Choi
13/12/2019
Les Arts Renaissants
Il Giardino Armonico
Giovanni Antonini, dir.
10/12/2019
Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
07/12/2019
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, direction
02/12/2019
Musique au Palais
Visages du Romantisme
Allemand
23 et 24/11/2019
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
Sol Gabetta, violoncelle
22/11/2019
Grands Interprètes
Grigory Sokolov, piano
19/11/2019
Les Sacqueboutiers
Ensemble C. Janequin
Théâtre du Capitole
"Plaisir de gorge et joyeux
instruments"
17/11/2019
Les Arts Renaissants
Richard Galliano,
Prague String Quintet
14/11/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Victor Julien-Laferrière,
violoncelle
08 et 09/11/2019
Le forum ByPass
La Nuit Acousmatique
04/11/2019
Orchestre du Capitole
Lihua Tan, direction
Jian Li, piano
China Night 26/10/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Ye-Eun Choi, violon
18/10/2019
Grands Interprètes
Magdalena Kožená
Sir Simon Rattle
16/10/2019
Les Clefs de Saint-Pierre
Correspondances et
lettres intimes
14/10/2019
Toulouse Guitare
Rolf Lislevand
Alicia Stubbe
04/10/2019
Rendez-vous musical
Vincent A. Jockin
01/10/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Behzod Abduraimov, piano
14/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Préludes poétiques
01/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Terre, nature et liberté
25/08/2019
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Magnificat, Dies Irae...
13/08/2019
Musique au Brésil
Orchestre Symphonique
Municipal de Campinas
Victor Hugo Toro, dir.
Simone Leitão, piano
20/07/2019
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
Moondog
29/06/2019
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole - Josep Pons, direction
Javier Perianes, piano - 10 janvier 2020
     

CRITIQUE

"Avec un peu d'Espagne autour…"

La fascination que l’Espagne a toujours exercée sur Maurice Ravel ne se limite pas à sa pétillante comédie musicale L’heure espagnole qui se conclut sur cet aphorisme réjouissant. « Ravel et l’Espagne » constituait précisément le thème fructueux du concert du 10 janvier dernier que l’Orchestre national du Capitole offrait à son public venu nombreux pour retrouver ses musiciens. Deux invités de marque venaient apporter leur caution ibérique : le chef catalan Josep Pons, un habitué de la Halle aux Grains, et le pianiste espagnol Javier Perianes.

Nommé directeur musical du fameux théâtre Liceu de Barcelone en octobre 2010, Josep Pons occupe cette fonction importante depuis la saison 2012/2013. Il a auparavant été successivement directeur musical et artistique de l’Orquesta Ciudad Granada (1994 à 2004) et de l’Orquesta de Cambra Teatre Lliure (1985 à 1997). Il a également été chef principal et directeur artistique de l’Orquesta y Coro Nacionales de España (de 2003 à 2011/2012). Ce chef au vaste répertoire a tissé des liens solides avec notre orchestre qu’il vient souvent diriger. Le programme musical de cette soirée établit un pont culturel entre la vision ravélienne de l’Espagne et son expression générique au travers de l’œuvre de Manuel de Falla, en l’occurrence son célèbre ballet Le Tricorne, représenté ce soir-là par les deux suites qui en résument l’argument.



Le chef d'orchestre catalan Josep Pons - Photo Classictoulouse -

Trois partitions emblématiques de Maurice Ravel ouvrent la soirée. La fameuse Rhapsodie espagnole et Alborada del Gracioso encadrent le rutilant Concerto pour piano et orchestre en sol majeur dont le grand pianiste Javier Perianes est le soliste.
Josep Pons aborde le Prélude à la nuit de la Rhapsodie espagnole dans un tempo très retenu qui installe une atmosphère mystérieuse, celle d’une douceur nocturne traversée de murmures étranges. Dans la Malagueña qui suit, s’installe un rythme caractéristique qui ne rompt pas vraiment avec le caractère sensuel et poétique de l’introduction. Après la Habanera, alternant les tonalités majeures et mineures, la Feria finale brille de tous ses feux grâce aux couleurs chatoyantes que l’orchestre déploie avec générosité. Les musiciens toulousains excellent dans cet exercice contrasté et joyeux.
La version originale pour piano d’Alborada del gracioso (Aubade du bouffon) constitue la quatrième des cinq pièces du cycle des Miroirs. La richesse de son orchestration confère sa domination à cette riche version. Là aussi, le chef réalise une montée progressive de l’éclosion orchestrale. Des pizzicati initiaux à l’apothéose finale, chaque pupitre sollicité s’insère dans un crescendo irrésistible, comme autant de touches de couleurs dans un tableau lumineux. Josep Pons s’attache ici aussi tout particulièrement aux détails de l’orchestration et à la liberté d’un rythme plein de souplesse.
Entre ces deux évocations explicites de l’Espagne, le Concerto pour piano et orchestre en sol majeur, composé par Ravel en même temps que son Concerto « Pour la main gauche », retrouve à Toulouse Javier Perianes, après une première apparition lors du festival Piano aux Jacobins 2007 et une autre venue à la Halle aux Grains en 2009. A la suite de ses études supérieures au Conservatoire de Séville, Javier Perianes, né en 1978 à Nerva, dans la province de Huelva, a reçu les précieux conseils de grands maîtres comme Richard Goode, Alicia de Larrocha et Daniel Barenboim.



Le pianiste espagnol Javier Perianes - Photo Classictoulouse -

Il donne de ce concerto, réputé pour la virtuosité de son écriture, une interprétation très personnelle et d’une étonnante ouverture poétique. Son toucher, à la fois lumineux et d’une rondeur de velours, témoigne d’une extrême sensibilité qui se love dans des phrasés originaux et poétique rarement entendus. Le soliste, parfaitement soutenu (et pas seulement « accompagné ») par un orchestre riche et coloré, rend pleine justice à la diversité dans la continuité de l’Allegramente initial. Le grand moment, chargé d’émotion, ouvre l’Adagio assai. Le soliste énonce la cadence initiale comme une confidence intime et sensible, enrichie de multiples et subtiles nuances. Quant au Presto final, il scintille de toutes ses influences venues du jazz ou même du ragtime. Le bis offert par Javier Perianes en réponse aux acclamations du public anticipe la suite du concert, puisqu’il s’agit de la fameuse Danse rituelle du feu, extraite de l’autre ballet de Manuel de Falla, L’Amour sorcier. Rendons hommage, comme le chef lui-même, aux différents musiciens de l’orchestre qui franchissent sans difficulté les redoutables solos dont la partition regorge : trompette (Hugo Blacher), cor (Jacques Deleplancque), cor anglais (Gabrielle Zaneboni), basson (Lionel Belhacène), hautbois (Chi Yuen Cheng), clarinette (David Minetti), flûte (François Laurent) et tous leurs collègues de pupitre.
Le concert s’achève donc sur les Suites n° 1 et n°2 du Tricorne, de Manuel de Falla. A partir de cette succession de scènes évoquant l’intrigue picaresque du ballet, Josep Pons construit un crescendo progressif parfaitement maîtrisé. L’ironie, la truculence du propos se manifestent dans le choix du chef d’apporter toute son attention aux multiples nuances, en particulier aux rubatos qui irriguent la partition. L’orchestre le suit avec attention dans cette démarche subtile. Ce trajet sinueux s’achève sur une Danse finale échevelée dans laquelle éclate la vivacité et la richesse des couleurs déployées. Un bonheur communicatif qui se transmet à toute la salle. E viva España !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 11 janvier 2020

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programme du concert donné le 10 janvier 2020 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* M. Ravel

- Rhapsodie espagnole
- Concerto pour piano et orchestre en sol majeur
- Alborada del gracioso

* M. de Falla

- Le Tricorne, Suites n° 1
et n° 2

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index