www.classicToulouse.com
Annonces
 
Toulouse Guitare
Saison 2020-2021
Présentation 18/09/2020
Odyssud-Blagnac
Saison 2020-2021
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Saison 2020
29/08 au 27/09/2020
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Bach Jean-Sébastien
Suites et danse
27/09/2020
Les Arts Renaissants
Yasuko Uyama-Bouvard
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
29/09/2020
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi, dir.
05/10/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Quatuor en héritage
05/10/2020
Orchestre Symphonique
des Médecins de France
Flavien Boy, direction
18/10/2020
Concert reporté en 2021
Orchestre nat. du Capitole
Jiří Rožeň, direction
Concert France-Arménie
24/10/2020
Le forum ByPass
Vocalismes
13 au 20/11/2020
Association Aïda
Saison 2020-2021
30/06/2020
 
Critiques
 
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Looking for Beethoven
Pascal Amoyel
13/09/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
"Dessine-moi un concert"
11/09/2020
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Seong-Jin Cho, piano
10/09/2020
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Concerts d'ouverture
29 et 30/08/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concert exceptionnel
David Fray, dir. et piano
Audrey Vigoureux,
Emmanuel Christien,
Jacques Rouvier, pianos
02/07/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concert exceptionnel
Tugan Sokhiev, direction
Bertrand Chamayou, piano
26/06/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concert exceptionnel
Renaud Capuçon, violon
19/06/2020
Le Consort Apollon
Clément Lanfranchi, dir.
09/03/2020
Orchestre du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Josef Špaček, violon
05/03/2020
Grands Interprètes
Julien Martineau,
mandoline
Vanessa Benelli Mosell,
piano
02/03/2020
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
28/02/2020
Les Arts Renaissants
Ensemble Tictactus
26/02/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Ombres portées
24/02/2020
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Fumiaki Miura, violon
21/02/2020
Orchestre du Capitole
Pascal Rophé, direction
Renaud Capuçon, violon
15/02/2020
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orfeón Donostiarra,
Jeanine de Bique, soprano
Christa Mayer, mezzo

08/02/2020
Grands Interprètes
Martha Argerich, piano
Mischa Maisky, violoncelle
06/02/2020
Toulouse Guitare
SoloDuo
31/01/2020
Les Arts Renaissants
Patricia Petibon, soprano
Susan Manoff, piano
30/01/2020
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole, Cornelius Meister, direction
Josef Špaček, violon - 5 mars 2020
     

CRITIQUE

Musique et santé

Tout en célébrant le 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven, le concert donné le 5 mars dernier par l’Orchestre national du Capitole était organisé au profit de la Fondation Toulouse Cancer Santé, fer de lance de la recherche dans ce domaine, avec le soutien des Clubs Rotary. Cette soirée hautement stimulante mettait ainsi en évidence un bel élan de solidarité et de générosité ardemment soutenu par la musique et les musiciens.

La soirée s’ouvre sur la présentation par Bernard Cau, coordinateur du comité d’organisation de cet événement, des principales personnalités et des institutions impliquées dans la réalisation, pour la troisième année consécutive, de ce concert solidaire. Toulouse Métropole, la Région Occitanie, le département de la Haute-Garonne, la Fondation Toulouse Cancer Santé et bien sûr l’Oncopole, organisme fédérateur de la lutte contre le cancer, sont tous partie prenante. Ainsi viennent s’exprimer : Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole, puis le Professeur Emérite François Amalric, Directeur Général de la Fondation Toulouse Cancer Santé, remplaçant Philippe Douste-Blazy, Président de la Fondation, retenu par les circonstances sanitaires que l’on devine aisément.



La remise du chèque des dons recueillis pour la Fondation Toulouse Cancer Santé
- Photo Classictoulouse -

C’est après l’entracte, devant l’ensemble des personnalités impliquées dans cette opération, qu’est enfin dévoilé le montant des fonds récoltés à l’issue de cette campagne. La somme correspondante excède largement celle atteinte précédemment. Elle dépasse le seuil symbolique des 100 000 euros. L’intervention de Frédéric Lagarrigue, jeune chercheur impliqué dans ce travail de lutte contre le cancer, donne quelques éléments significatifs sur le contenu technique de ces recherches dans lesquelles tous les espoirs sont mis. Les remerciements sont enfin adressés à tous les groupes et toutes les personnalités ayant permis cette réussite indéniable et notamment les musiciens qui composent ce bel Orchestre national du Capitole qui attire ce soir-là un public nombreux et chaleureux.
Il faut en outre saluer le haut niveau musical de cette soirée. Deux invités de grands talents participent à ce concert en hommage au compositeur Ludwig van Beethoven : le chef d’orchestre allemand Cornelius Meister, présent pour la première fois à Toulouse, et le jeune violoniste tchèque Josef Špaček, dont on avait pu apprécier la virtuosité et la musicalité lors d’un précédent concert à la Halle aux Grains, le 15 février 2018.
La première partie du concert réunit deux compositeurs, deux œuvres, qui représentent en quelque sorte l’héritage beethovénien. Le chef allemand dirige tout d’abord l’ouverture de l’opéra Tannhäuser, de Richard Wagner. Cette solennelle pièce symphonique résume la dualité qui s’exerce dans l’ouvrage de jeunesse du compositeur et que Baudelaire a parfaitement caractérisée : « L’ouverture résume donc la pensée du drame par deux chants, le chant religieux et le chant voluptueux, qui, pour me servir de l’expression de Liszt, “sont ici posés comme deux termes, et qui, dans le finale, trouvent leur équation”. » Le « chant religieux » s’élève ici avec lenteur et conclut l’œuvre dans la ferveur. Entre ces deux moments, le chef souligne avec vigueur le contraste qu’apporte l’évocation effervescente du Venusberg, lieu de cette volupté évoquée par Baudelaire.



Josef Špaček soliste du 1er Concero de Max Bruch, sous la direction de Cornelius Meister
- Photo Classictoulouse -

C’est au tour de Josef Špaček de démontrer à quel point son talent de violoniste n’a cessé de s’affirmer depuis la réalisation de son impressionnant palmarès international. Lauréat du Concours Reine Elisabeth de Belgique, il a remporté le Concours Michael Hill (Nouvelle-Zélande), le Concours Carl Nielsen (Danemark) et les « Young Concert Artists International Auditions » de New York. Il vient là se confronter à l’une des partitions pour violon les plus exigeantes du répertoire romantique, celle qui fait la gloire de Max Bruch, son Concerto n° 1 en sol mineur. Les premières notes qui émergent su silence initial, on admire la plénitude d’une sonorité impressionnante d’ampleur et de couleur. Les complexités techniques n’intimident visiblement pas Josef Špaček qui se lance dans ce dialogue musical avec une énergie, une volonté, une virtuosité sans faille, lesquelles mobilisent tout son corps. Le violoniste danse autant qu’il joue cette pièce, avec une élégance naturelle. La densité de l’écriture orchestrale ne masque jamais ses interventions solistes. A l’ardeur du premier volet de l’œuvre succède la poésie et la finesse de l’Adagio. Dans le lyrisme enflammé du final, le violoniste justifie pleinement la mention Allegro energico indiquée par le compositeur.



Cornelius Meister remercie les musiciens de l'Orchestre national du Capitole
- Photo Classictoulouse -

L’énergie déployée par Josef Špaček dans le concerto se prolonge dans le bis que l’accueil triomphal du public lui réclame. La Sonate n° 5, Danse rustique, du Belge Eugène Ysaÿe lui fournit une matière musicale d’une difficulté technique à la mesure de son incroyable virtuosité.
La seconde partie de la soirée rend enfin un hommage vibrant à Beethoven lui-même à travers l’exécution de sa Symphonie n° 7 au la majeur impérial. Cornelius Meister confère à l’œuvre la caractéristique rythmique essentielle qui a incité Wagner à la qualifier d’« Apothéose de la danse » ! La lente introduction du premier volet aboutit à l’exaltation du Vivace initial. La miraculeuse marche lente de l’Allegretto, avec son rythme obsédant, se déploie sur le tempo qui convient. L’émotion est palpable. Les deux mouvements conclusifs franchissent un cap supplémentaire vers la fulgurance chorégraphique. Le final en particulier, noté Allegro con brio, est pris ici dans un tempo vertigineux. Cette extrême rapidité est parfaitement justifiée et magnifiquement assumée par les musiciens de tous les pupitres de l’orchestre. La géniale grandeur du compositeur éclate au grand jour, sous la direction d’un chef dont il faut préciser qu’il dirige sans partition tout ce concert. La performance est au rendez-vous ! Le public, visiblement comblé, manifeste son enthousiasme sans retenue…

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 7 mars 2020

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programme du concert donné les 5 et 6 mars 2020 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* R. Wagner

- Tannhäuser, ouverture

* M. Bruch

- Concerto pour violon et orchestre n° 1

* L. v. Beethoven
- Symphonie n° 7

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index