www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
Moondog
29/06/2019
Odyssud
Saison 2019-2020
Grands Interprètes
Saison 2019-2020
Orchestre du Capitole
Saison 2019-2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Saison 2019-2020
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Saison 2019
La Saison Bleue
Edition 2018-2019
 
Critiques
 
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Duende y misterio
16/06/2019
A bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Mistero Buffo
14 et 15/06/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Chœur du Capitole
Garry Magee, baryton
10/06/2019
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
05/06/2019
Orchestre du Capitole
Klaus Mäkelä, direction
István Várdai, violoncelle
25/05/2019
Grands Interprètes
Les Siècles
François-Xavier Roth, dir.
Marie Lenormand, mezzo
23/05/2019
Grands Interprètes
Budapest Festival Orch.
Iván Fischer, direction
Emanuel Ax, piano
20/05/2019
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
Louis Schwizgebel, piano
18/05/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Quatuor pour la fin du
Temps"
13/05/2019
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Anne Schwanewilms, sop.
11/05/2019
La Saison Bleue
Cuarteto Quiroga
30/04/2019
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
29/04/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Janina Baechle, mezzo
Christian Elsner, ténor
27/04/2019
Rotary-Tlse-Lauragais
Constant Despres, piano
Chœur Octambule
25/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
17/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Raquel Camarinha, sop.
Renaud Capuçon, violon
12/04/2019
Les Arts Renaissants
Thibaut Garcia, guitare
Boris Grelier, flûte
10/04/2019
Les Sacqueboutiers
La Maîtrise de Toulouse
"Missa pro defunctis"
09/04/2019
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Lilya Zilberstein, pianos
06/04/2019
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev,
piano et direction
05/04/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Temps de guerre"
18/03/2019
Grands Interprètes
Le Bolchoï de Russie
Tugan Sokhiev, direction
13, 14 et 15/03/2019
Grands Interprètes
Bertrand Chamayou, piano
Sol Gabetta, violoncelle
11/03/2019
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Sandrine Piau,
Karine Deshayes,
Chœur du Capitole
08/03/2019
Orchestre du Capitole
La Damnation de Faust
H. Berlioz
Tugan Sokhiev, direction
Chœur et Maîtrise du
Capitole
22/02/2019
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
20/02/2019
Grands Interprètes
Thomas Enhco, piano
Vassilena Serafimova,
marimba
18/02/2019
Les Sacqueboutiers
La Musique au féminin
Paulhac (Haute Garonne)
16/02/2019
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole - Maxim Emelyanychev, piano et direction - 5 avril 2019
     

CRITIQUE

Audace, imagination et énergie

Décidemment, Maxim Emelyanychev n’a pas fini de surprendre. Chacune de ses apparitions toulousaines révèle un aspect nouveau de sa bouillonnante personnalité musicale. Le 5 avril dernier, le jeune chef russe ajoutait à ses talents multiples celui de pianiste soliste, associant Mozart à Mendelssohn dans un programme apparemment classique et pourtant nourri de surprises diverses.

Maxim Emelyanychev a tissé des liens étroits avec Toulouse et en particulier avec l’Orchestre national du Capitole. Bardé de prix internationaux dans des domaines variés, comme la direction d’orchestre et le clavecin (sans oublier qu’il pratique également le cornet à bouquin !) le jeune chef russe, de retour à Toulouse, a choisi d’associer opportunément, dans son programme musical, Mozart et Mendelssohn. Ces deux génies foudroyés trop tôt, tous deux enfants prodiges, possèdent bien des affinités.
Mendelssohn tient une place à part dans l’univers romantique du XIXème siècle. L’ouverture « La Belle Mélusine », qui débute le concert, a été écrite en 1834 comme cadeau d’anniversaire à sa sœur Fanny. Le compositeur illustre ici la fameuse légende de la sirène Mélusine, épouse d’un chevalier trop curieux qui rompt le charme qui a fait d’elle une vraie femme. Dès les premières mesures de cette ouverture en forme de poème symphonique, la fluidité de l’écriture, qui évoque irrésistiblement le milieu aquatique, s’avère joliment soulignée par la direction du chef et la beauté des sonorités des pupitres de bois. La tragédie que porte cette légende s’exprime également à travers la lecture dramatique et forte de l’épisode central. Comme à l’accoutumée, Maxim Emelyanychev modifie la disposition habituelle des musiciens de l’orchestre, surtout celle des pupitres de cordes. Les seconds violons occupent tout le côté droit de l’estrade, en symétrie avec les premiers violons que jouxtent les altos. Mais surtout, les contrebasses occupent le fond, au centre du plateau. Cette disposition semble bien jouer un rôle dans l’impression de relief que donne ainsi la sonorité globale de l’orchestre.



Maxim Emelyanychev pianiste et chef d'orchestre - Photo Classictoulouse -

Nouveau changement de géographie instrumentale avec le Concerto pour piano et orchestre n° 20 en ré mineur, K. 466, de Mozart. Les contrebasses migrent ici vers le côté gauche du plateau. Le piano est disposé face à l’orchestre, puisque le soliste n’est autre que le chef lui-même. Ce rare concerto pour piano (parmi les 27 du compositeur) écrit dans un mode mineur, lui confère un caractère particulier et dramatique. Première surprise, Maxim Emelyanychev introduit l’Allegro initial par une cadence qu’il improvise avant l’entrée de l’orchestre qui, d’habitude, ouvre seul cette œuvre. Cette introduction surprend même les musiciens de l’orchestre qui n’étaient pas au courant de cette initiative ! Sacrilège ? Mais non ! Le jeune musicien ne fait que reprendre les traditions en usage à l’époque de Mozart. On sait que le compositeur, soliste de ses propres œuvres, n’écrivait souvent pas la partition de piano qu’il jouait de mémoire, tout en pratiquant ici ou là quelques ornementations improvisées. Emelianychev reprend donc à son compte cette pratique en apportant, tout au long du concerto, son propre sens de l’improvisation. Et cela déménage ! Toutes les cadences retrouvent une fraîcheur spontanée. L’interprète principal s’empare ainsi de l’œuvre à laquelle il confère un ton nouveau. Le drame, porté par la tonalité mineure des mouvements extrêmes, y côtoie la tendresse de la Romance centrale.
Cette interprétation hors norme reçoit un accueil enthousiaste de la part du public qui obtient ainsi un bis pianistique inattendu : le fameux Clair de lune de Claude Debussy. Serait-ce un hommage à la musique française ?



Maxim Emelyanychev à la tête de l'ONCT dans sa configuration modifiée
- Photo Classictoulouse -

Toute la seconde partie de la soirée retrouve Mendelssohn avec la plus célèbre de ses symphonies, la Quatrième, dite « Italienne ». Classique me direz-vous. Eh bien non. Ce serait sans compter avec l’imagination du chef. Il propose ici la version révisée de l’œuvre telle que le compositeur l’a réalisée tardivement. Une partition rarissime, pratiquement jamais jouée en concert, même si John Eliot Gardiner en a effectué un enregistrement discographique. Si le premier mouvement n’est pas différent de la version initiale, dès le deuxième volet des modifications notables apparaissent. Certains développements des deux derniers mouvements sonnent parfois comme une nouvelle partition. La découverte est ici à l’ordre du jour. Inutile de préciser qu’une énergie inépuisable irrigue la vision que le chef possède de cette œuvre joyeuse et irrésistible. Une joie que module un sens aigu des nuances, dont certaines sonnent de manière inattendue. Après un Allegro vivace initial pétillant comme un bon Chianti, les deux mouvements centraux retrouvent respectivement une certaine spiritualité apaisée puis un lyrisme chaleureux. La Saltarello final retrouve l’exubérance initiale avec un déploiement irrésistible de couleurs et de rythmes. Tous les pupitres de l’orchestre se prêtent au jeu avec virtuosité et finesse.
Grâce à l’imagination du chef, l’audience nombreuse de la Halle aux Grains a pu ainsi renouveler sa vision de deux chefs-d’œuvre d’un répertoire décidemment toujours vivant et en mutation.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 7 avril 2019

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programme du concert donné le 5 avril 2019
à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* F. Mendelssohn

- Ouverture "La belle Mélusine"

* W. A. Mozart

- Concerto pour piano et orchestre n° 20 K 466

* F. Mendelssohn
- Symphonie n° 4 "Italienne"

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index