www.classicToulouse.com
Annonces
 
La Saison Bleue
Edition 2018-2019
Les Arts Renaissants
Il delirio fantastico
Vincent Bernhardt, dir.
Laureen Stoulig, soprano
14/11/2018
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
15 et 17/11/2018
Les Sacqueboutiers
Théâtre du Capitole
Voyage musical
en Nouvelle Espagne
23/11/2018
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio-France
Mikko Franck, direction
Khatia et Gvantsa
Buniatishvili, pianos

24/11/2018
Musique au Palais
Edition 2018
24 et 25/11/2018
La Dame d'Aragon
Hambre
25 et 26/11/2018
Rencontres musicales
de Nailloux
28/09 au 15/12/2018
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Dénes Várjon, piano
09/11/2018
Grands Interprètes
Il Pomo d'Oro
Maxim Emelyanychev, dir.
Serse, G. F. Haendel
07/11/2018
Quatuor Alizé
04/11/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Edgar Moreau, violoncelle
03/11/2018
Orchestre du Capitole
Michael Sanderling, dir.
Nicola Benedetti, violon
27/10/2018
Toulouse Wind Orchestra
Mathieu Romano, direction
Alexandre Gattet, hautbois
26/10/2018
Orchestre du Capitole
Rinaldo Alessandrini, dir.
Julien Martineau,
mandoline
20/10/2018
La Dame d'Aragon
Mozart, Pélerin de l'Infini
15/10/2018
Orchestre du Capitole
Wayne Marshall, direction
Soirée Bernstein
12/10/2018
Clefs de Saint-Pierre
Soirée Brahms
08/10/2018
Toulouse Guitare
Marcin Dylla - Boris Paul
05/10/2018
Rendez-vous musical
Vincent Jockin
02/10/2018
Dialogue aux Carmélites
Le voyage à Lübeck
23/09/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Denis Kozhukhin, piano
21 et 22/09/2018
Dialogue aux Carmélites
Mūza Rubackytė, piano
Régis Goudot, récitant
26/08/2018
Les Sacqueboutiers
Le Roman de Jaufre
Festival Elizik, Narbonne
11/07/2018
Orchestre du Capitole
Lahav Shani, direction
Toulouse d'Eté
09/07/2018
Dialogue aux Carmélites
Amanda Favier, violon
François Castang, récitant
08/07/2018
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Chiu-Jan Ying, violon
02/07/2018
Orchestre du Capitole
Enrique Mazzola, direction
Edgar Moreau, violoncelle
22/06/2018
Orchestre du Capitole
Long Yu, direction
Chad Hoopes, violon
16/06/2018
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe,
Yannick Nézet-Séguin, dir.
Lisa Batiashvili, violon
15/06/2018
Les Sacqueboutiers
Gwendolyn Toth, orgue
13/06/2018
Les Sacqueboutiers
Jean Tubéry, cornetto
Gwendolyn Toth, orgue
12/06/2018
Dialogue aux Carmélites
Clara Cernat, violon
Thierry Huillet, piano
Luc Ferry, philosophe
10/06/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orféon Donostiarra
08/06/2018
Grands Interprètes
Grigory Sokolov, piano
04/06/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Nicholas Angelich, piano
02/06/2018
Orchestre du Capitole
Marcelo Lehninger, dir.
Guillaume Vincent, piano
26/05/2018
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
18/05/2018
Orchestre du Capitole
Clemens Schuldt, direction
Baiba Skride, violon
12/05/2018
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole - Rinaldo Alessandrini, direction
Julien Martineau, mandoline - 20 octobre 2018
     

CRITIQUE

La mandoline en vedette avec Julien Martineau
et Rinaldo Alessandrini

Pour son deuxième concert de la série « Happy Hour » l’Orchestre national du Capitole fait appel au dynamique chef d’orchestre italien Rinaldo Alessandrini, un habitué de la Halle aux Grains et de la formation symphonique toulousaine. Le soliste de cette heure musicale pratique un instrument peu courant auquel il confère inlassablement ses lettres de noblesse, la mandoline. Julien Martineau enseigne d’ailleurs son art au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse.

Ces concerts « Happy Hour » attirent un public nouveau qui a là l’occasion de découvrir une musique à laquelle il n’est pas forcément habitué et dont il ne faudrait surtout pas qu’il se sente exclu. Ainsi, les applaudissements entre les mouvements des œuvres témoignent d’une spontanéité touchante hors conventions. On peut également se réjouir de constater que de nombreux enfants accompagnent leurs parents. Le public de demain !



Le chef d'orchestre italien Rinaldo Alessandrini © Classictoulouse

Le programme de cet après-midi associe Franz Schubert et Raffaele Calace, deux compositeurs qui ne bénéficient certes pas de la même célébrité. Le premier, figure touchante du romantisme viennois naissant, a laissé une œuvre gigantesque eu égard à la brièveté de sa vie. Le second, né à Naples, ne s’est consacré qu’à un seul instrument, la mandoline, dont il a exercé la profession de facteur et de promoteur à travers près de 200 œuvres qu’il lui a dédiées. Un lien pourtant se tisse entre les œuvres des deux compositeurs jouées au cours de cette « Happy Hour » : une certaine italianité.
En effet, c’est par l’Ouverture dans le style italien, de Schubert, que débute cet après-midi que la musique ensoleille. La dernière des trois ouvertures écrites en 1817 par le jeune compositeur de 20 ans porte le numéro D 591. Elle suit immédiatement une autre Ouverture dans le style italien (D 590), démontrant l’intérêt de Schubert pour cette musique du sud. Rinaldo Alessandrini aborde cette œuvre courte et brillante avec sa science et son tempérament dynamique. Transparence orchestrale, vivacité des phrasés, cette musique souriante prend ici des allures de crescendo rossinien.



Julien Martineau et Rinaldo Alessandrini © Classictoulouse

La 3ème symphonie en ré majeur, qui conclut cette « heure heureuse », fut composée par l’adolescent surdoué de 18 ans que fut Schubert. Précédant de peu la 4ème, sous-titrée « Tragique », cette partition respire le bonheur et l’insouciance. A l’ouverture un peu solennelle, à la Haydn, succède la volubilité du thème principal, épicée de commentaires joyeux des pupitres de bois mis au premier plan tout au long de l’œuvre. Les musiciens toulousains y excellent. La marche légère de l’Allegretto, la vigueur sonore du Menuetto sont habilement portées par un équilibre sonore qui restitue aux pupitres des vents une présence savoureuse. La tradition postromantique de la prédominance d’une confortable « moquette » de cordes n’est à l’évidence pas du goût du chef. Le Presto Vivace final retrouve cette gaité légère du début et s’achève sur un grand sourire. La « Happy Hour » se prolonge avec une nouvelle incursion dans l’œuvre de Schubert. L’orchestre joue en bis l’ouverture de l’un de ses nombreux opéras (jamais, ou très rarement joués !), Les amis de Salamanque. Une découverte !


Le dernier album CD de Julien Martineau et Rinaldo Alessandrini
O

Entre ces deux œuvres principales de Schubert, le Concerto n° 2 pour mandoline et orchestre, de Raffaele Calace, est à l’évidence une autre découverte pour le public et même la majorité des musiciens. Originalement composé en 1925 pour mandoline et piano, ce concerto a été habilement orchestré, à la demande de son interprète Julien Martineau, par Yann Ollivo. Il correspond exactement à la vision que défend l'interprète lorsqu’il déclare : « La mandoline, instrument du soleil et de la sérénade par excellence, traverse également les siècles comme instrument de concert. »

Ainsi, le Maestoso initial s’ouvre sur une étonnante entrée en matière, haletante, inquiète qui revient périodiquement tout au long du mouvement, comme un leitmotiv. La longue cadence qui place le soliste au-devant de la scène est impressionnante de virtuosité et d’imagination. Elle est l’œuvre de Raffaele Calace lui-même. A l’émouvante méditation du Largo mesto, qui vient compléter la grâce légère attachée à l’instrument du trémolo, succède la dynamique virtuose du final Allegro non troppo. Julien Martineau en maîtrise parfaitement les pièges techniques tout en conférant un réel pouvoir expressif aux développements de cette œuvre. Acclamé par un public sous le charme, le soliste donne un bis original, la Piccola Gavotta, toujours du Paganini de la mandoline, Raffaele Calace.
Signalons en outre que le concerto joué ce soir-là figure sur le dernier album CD publié chez Naïve qui réunit également les deux Concertos et la Sonate en trio d’Antonio Vivaldi ainsi qu’un autre concerto pour mandoline signé Domenico Caudioso. Rinaldo Alessandrini y accompagne Julien Martineau à la tête de son ensemble Concerto Italiano. Un beau prétexte pour prolonger le plaisir hédoniste du trémolo !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 21 octobre 2018

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programe du concert donné le 20 octobre 2018 à 18 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* F. Schubert

- Ouverture dans le style italien D 591

* R. Calace
- Concerto pour mandoline n° 2 en la mineur

* F. Schubert

- Symphonie n° 3 en ré majeur D 200

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index