www.classicToulouse.com
Annonces
 
Clefs de Saint-Pierre
Les années trente
22/01/2018
Grands Interprètes
Olivier Bellamy, récitant
Jean-Bernard Pommier,
piano
29/02/2018
Arts Renaissants
Alexandre Tharaud, piano
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
31/02/2018
Projets d'Espoir
Concert exceptionnel
01/02/2018
Quatuor Alizé
Concert San Subra
04/02/2018
 
Critiques
 
Grands Interprètes
Daniel Barenboim, piano
15/01/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Daniel Lozakovich, violon
12/01/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano
06/01/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Concert du Nouvel An
30/12/2017
Arts Renaissants
Stile Antico
13/12/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vladimir Spivakov, violon
08/12/2017
Philharmonie de Paris
Orchestre Métropolitain
de Montréal
Yannick Nézet-Séguin, dir.
03/12/2017
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe
Nicholas Collon, direction
Renaud Capuçon, violon
02/12/2017
Orchestre du Capitole
Andris Poga, direction
Bertrand Chamayou, piano
01/12/2017
Grands Interprètes
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
30/11/2017
Musique au Palais
Palais Niel
25 et 26/11/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
25/11/2017
Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
22/11/2017
Clefs de Saint-Pierre
Entrez dans la danse
20/11/2017
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, violon et
direction, Anne Gaurier,
viole de gambe
16/11/2017
Chœur les éléments
Bach & pochette surprise
Odyssud
13/11/2017
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Saint-Pétersbourg
Yuri Temirkanov, dir.
10/11/2017
Toulouse Wind Orchestra
Dylan Corlay, direction
Félix Dervaux, cor
27/10/2017
Grands Interprètes
Il Giardino Armonico
Giovanni Antonini, dir.
Isabelle Faust, violon
20/10/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Siglo de Oro
19/10/2017
Les Sacqueboutiers
Danza Alta
Cintegabelle
14/10/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Wayne Marshall, orgue
13/10/2017
Grands Interprètes
Orchestre national de
France
Emmanuel Krivine, dir.
Martha Argerich, piano
07/10/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Richard Goode, piano
05/10/2017
Clefs de Saint-Pierre
Confins du romantisme
02/10/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano
20/09/2017
Dialogues aux Carmélites
Rien n'est bon que d'aimer
03/09/2017
Dialogues aux Carmélites
La note bleue
27/08/2017
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole - Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano - 6 janvier 2018
     
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

La reine Elisabeth et le prince Tugan !

Le 6 janvier dernier, pour son premier concert de l’année 2018, l’Orchestre national du Capitole, sous la direction de Tugan Sokhiev, accueillait de nouveau la grande pianiste russe Elisabeth Leonskaja. L’orchestre et son chef poursuivaient ainsi l’enregistrement public de l’intégrale des concertos pour piano de Beethoven avec la prestigieuse pianiste. Au cours de cette belle soirée musicale, devant une Halle aux Grains pleine à craquer, le 4ème de ces concertos précédait l’ultime symphonie, la 9ème, intitulée « La Grande », de Franz Schubert. Un franc succès de plus pour cette association qui fonctionne si parfaitement.

Les fréquentes apparitions toulousaines d'Elisabeth Leonskaja font le bonheur des musiciens comme des mélomanes de la Ville rose. Schumann, Brahms ont été les compositeurs fétiches de ses précédentes collaborations avec Tugan Sokhiev et l’Orchestre national du Capitole. Depuis le début de cette saison symphonique, elle a décidé d’aborder, avec ces musiciens qu’elle aime, l’intégrale des concertos de Beethoven et d’en réaliser l’enregistrement « live » à publier en un coffret CD. Ainsi, les fidèles des concerts retrouvent régulièrement la grande pianiste en compagnie de l’ONCT et de Tugan Sokhiev. La prestigieuse pianiste évoquait récemment, au cours d’une interview accordée à Classictoulouse, « … le magnifique accompagnement apporté par l’Orchestre (l’expérience de l’opéra !), et par-dessus tout ma rencontre avec Tugan Sokhiev, l’un de mes chefs d’orchestre favoris. »



Elisabeth Leonskaja, Tugan Sokhiev et l'Orchestre national du Capitole en répétition
- Photo France3/culturebox -

C’est au service du concerto n° 4 en sol majeur op. 58 que se déroule cette nouvelle rencontre. Cette partition d’une richesse inventive exceptionnelle s’ouvre de manière inhabituelle par le piano seul, qui égrène ces accords empreints d’un recueillement touchant. La pianiste accompagne cette entrée sur la pointe des notes d’une grande tendresse. Tout au long de cet Allegro moderato, on retrouve avec admiration l’autorité d’une grande musicienne, son incroyable sens de la dynamique, la largeur de sa palette de couleurs, ces alternances de force herculéenne et de poésie qui nourrissent un dialogue permanent avec un orchestre attentif et générateur d’échanges permanents. La cadence choisie par Elisabeth Leonskaja, celle conçue et écrite par Beethoven lui-même, conclut ce premier volet à la manière des dernières sonates du compositeur : énergie et sublime imagination.
Le plus étonnant de tous les mouvements de ces concertos, l’Andante con moto, résonne comme une sorte de combat entre le piano solo suppliant mais digne et l’orchestre intransigeant. Rappelons que pour certains exégètes de l’œuvre de Beethoven, ce mouvement évoque l'histoire d'Orphée à la recherche d’Eurydice, tentant d’apprivoiser les forces infernales avec sa lyre. La soliste y déploie une éloquence, une finesse, une sensibilité extrêmes. Dans le Rondo vivace final, qui s’enchaîne subtilement avec le précédent, l’orchestre murmure le thème principal avant sa reprise fortissimo. L'alternance joyeuse d'un refrain et de ses couplets, variés et développés, confère à ce final une exubérance que soliste et orchestre s’attachent à soutenir avec grâce. Une musique du bonheur !
Acclamée par un public sous le charme, Elisabeth Leonskaja remercie et félicite chaleureusement Tugan Sokhiev et tous les musiciens. Geste généreux et amical, elle offre d’ailleurs au chef et au premier violon solo, Geneviève Laurenceau, un rose de son bouquet.
Rappelée avec insistance, elle offre un bis d’une belle intensité poétique, l’un des fameux Sonnets de Pétrarque extrait des Années de Pèlerinage de Franz Liszt.



Tugan Sokhiev et l'Orchestre national du Capitole à l'issue de l'exécution de
la 9ème symphonie de Schubert - Photo Classictoulouse -

La dernière symphonie achevée de Franz Schubert, celle que le touchant compositeur n’eut pas l’occasion d’entendre de son vivant, occupe toute la seconde partie de la soirée. Redécouverte plus de dix ans après la mort du musicien par son admirateur de toujours, Robert Schumann, qui en célébrait les « divines longueurs », elle fut alors créée le 21 mars 1839 sous la direction de Felix Mendelssohn. Ici, on s’embarque dans cette vaste fresque comme pour un voyage au long cours. Tugan Sokhiev s’appuie sur les couleurs différentiées de son orchestre, confère aux pupitres des bois un rôle essentiel, habilement couplé à celui des cordes. Les couleurs jouent un rôle important tout au long de l’œuvre. Le propos qui avance sans cesse trouve son énergie dans le mouvement. Après la solennité de l’ouverture Andante, l’Allegretto ma non troppo se déploie avec une liberté et un dynamisme admirablement maîtrisés. S’ouvrant sur cette belle mélodie de hautbois, phrasée avec musicalité par Louis Seguin, l’Andante con moto alterne grâce nostalgique et douleur intérieure. L’un des grands moments de toute cette exécution émane de l’effrayant et assourdissant silence qui surgit au cœur de ce mouvement. Chargé d’émotion, il semble arrêter le temps. Le chef confère au Scherzo son aspect champêtre et terrien si caractéristique de l’art de Schubert. Cet épisode coloré et vivifiant débouche sur un final Allegro vivace éblouissant. Haletant mais sans angoisse, brillant mais profond, ce dernier volet explose enfin d’une joie sans mélange. C’est sur cette bourrasque de bonheur que s’achève ce long et beau voyage, sorte de reflet antinomique du tragique Voyage d’hiver, mené avec l'élégance princière de Tugan Sokhiev.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 7 janvier 2018

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programme du concert donné le 6 janvier 2018 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* L. van Beethoven
- Concerto pour piano et orchestre n° 4 en sol majeur, op. 58

* F. Schubert

- Symphonie n° 9 en ut majeur

 

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index