www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre du Capitole
Christian Zacharias, piano
et direction
25/03/2017
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, direction
Bach, Passion St Jean
31/03/2017
Association Gabriel Fauré
Paradis latin
Julien Martineau
31/03/2017
 
Critiques
 
Les Arts Renaissants
Ensemble Les Surprises
22/03/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Jean-Pierre Canihac, dir.
19 et 20/03/2017
Grands Interprètes
Orchestre et Choeur de
l'Opéra du Bolchoï-Moscou
Tugan Sokhiev, direction
La Pucelle d'Orléans
P. I. Tchaïkovski
15/03/2017
Clefs de Saint-Pierre
Folk Songs
13/03/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Don Quichotte,
Jules Massenet
24/02/2017
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
20/02/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Lucas Debargue, piano
17/02/2017
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Raphaël Sévère, clarinette
10/02/2017
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe
Yannick Nézet-Séguin, dir.
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
09/02/2017
Grands Interprètes
Scottish Chamber
Orchestra
Robin Ticciati, direction
Maria João Pires, piano
04/02/2017
Arts Renaissants
Claire Désert, piano
Pascal Moraguès,
clarinette
Gary Hoffman, violoncelle
01/02/2017
Orchestre du Capitole
Lorenzo Viotti, direction
Daniel Lozakovitj, violon
27/01/2017
Orchestre du Capitole
Rinaldo Alessandini, dir.
20/01/2017
Clefs de Saint-Pierre
D'âmes et d'anche
16/01/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Alison Balsom, trompette
13/01/2017
Arts Renaissants
Quatuor Modigliani
11/01/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orfeón Donostiarra
Claudia Barainsky, soprano
Garry Magee, baryton
15/12/2016
Orchestre de l'Université
de Toulouse
Jean-Guy Olive, direction
Jérôme Pernoo, violoncelle
13/12/2016
Les Amis des Orgues
de Castanet-Tolosan
Concert de Noël
11/12/2016
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Myung-Whun Chung, dir.
Nicholas Angelich, piano
10/12/2016
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Jean-Yves Thibaudet,
piano
09/12/2016
Arts Renaissants
Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
07/12/2016
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
Elias, Mendelssohn
03/12/2016
Orchestre du Capitole
Christophe Mangou, dir.
Jeff Mills, DJ
01 et 02/12/2016
Musique au Palais
Bach, Mozart, Beethoven
Un Voyage en Russie
26 et 27/11/2016
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
24/11/2016
Clefs de Saint-Pierre
Le trombone à travers
les âges
21/11/2016
Orangerie de Rochemontès Orianne Moretti,soprano
Ilya Rashkovskiy, piano
Concert de Gala
20/11/2016
Grands Interprètes
Julia Lezhneva, soprano
La Voce Strumentale
Dmitry Sinkovski, dir.
19/11/2016
Les Sacqueboutiers
Festival Déodat de
Séverac
Le Roman de Jaufre
17/11/2016
Arts Renaissants
Jordi Savall
Le Concert des Nations
16/11/2016
Orchestre du Capitole
Lahav Shani, direction
et piano
04/11/2016
Orchestre du Capitole
Thomas Søndergård, dir.
Vilde Frang, violon
29/10/2016
Les Sacqueboutiers
Rencontre Internationale
des Cuivres Anciens
20 au 23/10/2016
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole - Lahav Shani, direction et piano
4 novembre 2016
     
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Triomphal dialogue est-ouest

Le jeune chef et pianiste israélien, Lahav Shani, déjà reçu et apprécié à Toulouse en octobre 2015, a provoqué l’enthousiasme d’un public conquis tout au long du concert du 4 novembre dernier. Consacré à une fructueuse confrontation musicale américano-soviétique, le programme de la soirée opposait le sourire, la joie d’un répertoire lumineux, insouciant, flirtant avec le jazz, à l’évocation dramatique de sombres moments vécus à l’est de l’Europe à la veille de la grande déflagration mondiale. L’Orchestre national du Capitole, chauffé à blanc, s’est encore une fois surpassé et a manifesté clairement son accord profond avec le jeune chef.

Né en 1989 à Tel Aviv, Lahav Shani apparaît comme un surdoué de la direction d’orchestre qu’il pratique avec un naturel, une énergie et une précision exemplaires. Dès les premiers accords de l’étincelante ouverture de Candide, de Leonard Bernstein, l’effervescence orchestrale est à son apogée. L’opérette comique Candide, inspirée du conte philosophique éponyme de Voltaire, porte la marque de la fantaisie, de la vitalité de son compositeur, connu et apprécié comme l’un des chefs d’orchestre majeurs de la deuxième moitié du XXème siècle. En moins de cinq minutes, les thèmes principaux de l’œuvre évoquent avec esprit et humour les traits essentiels de cette comédie irrésistible qui figure d’ailleurs au programme du Théâtre du Capitole lors des prochaines fêtes de fin d’année. Une belle occasion, pour la plupart des spectateurs, de découvrir un ouvrage rare sur les scènes européennes. Galvanisé par le chef invité, tout l’orchestre confère à cette ouverture une vigueur, un relief, un entrain irrésistibles.



Le jeune chef et pianiste israélien Lahav Shani jouant et dirigeant la Rhapsody in Blue de Gershwin - Photo Classictoulouse -

L’exécution de la fameuse Rhapsody in Blue, de George Gershwin, imprégnée de l'esprit des comédies musicales de Brooklyn, offre à Lahav Shani le double rôle de chef et de soliste. Depuis son clavier, le jeune chef dirige une large formation orchestrale. Lors de sa création en 1924, l’orchestre n’était autre qu’un big band de jazz. Gershwin considérait alors qu’il ne possédait pas assez de connaissance en orchestration. C’est le compositeur Ferde Grofé qui réalisa, à sa demande, la transposition pour grand orchestre de la partition devenue ainsi l’emblème du jazz symphonique. Rappelons que Gershwin sollicita Maurice Ravel auquel il demanda de lui enseigner l’art de la composition et de l’orchestration. Ravel eut cette belle réponse : « Pourquoi seriez-vous un Ravel de seconde classe alors que vous pouvez devenir un Gershwin de première classe ? » C’est bien ce Gershwin de première classe que Lahav Shani et son orchestre célèbrent avec un évident bonheur. L’orchestre joue « à la big band », n’hésitant pas à faire naître de joyeuses sonorités, à commencer par la gouaille de la clarinette, puis grâce aux utilisations diverses de la sourdine « wah-wah » pour les cuivres. Le pianiste Lahav Shani se montre à la hauteur du chef ! Sa virtuosité, proche de l’improvisation, ressemble à un hommage au jeu du compositeur qui tenait cette partie lors de la création. Alors que la partition soliste n’était pas encore écrite, Gershwin a, semble-t-il, beaucoup improvisé lors de cette première. Un bonheur souriant imprègne toute cette exécution, saluée par une ovation unanime. Après de multiples retours sur scène, le soliste-chef d’orchestre se remet au piano pour un bis désopilant : la Marche Turque de la sonate en la majeur, de Mozart, revue et corrigée par Gershwin, le tout imaginé et comme improvisé par l’interprète lui-même.



Lahav Shani - Photo Classictoulouse -

La seconde partie de la soirée évoque une tout autre atmosphère. Créée le 21 novembre 1937 à Leningrad, en pleine période des purges staliniennes où l'angoisse collective était à son apogée, la 5ème Symphonie de Chostakovitch plonge dans les profondeurs de la souffrance et de l’ombre. Sous-titrée « Réponse d'un compositeur à de justes critiques », elle fut composée par Chostakovitch pour se repentir officiellement de l'échec de son opéra Lady Macbeth de Msensk, détesté et interdit par Staline ! Comme souvent chez ce compositeur soumis à de cruelles contraintes, une ambigüité permanente se manifeste à tout instant. Les apparents « triomphes » résonnent comme des cris de rage. L’ironie, le désespoir se cachent parfois derrière les notes. C’est bien ainsi que le chef conçoit son interprétation, construite sur une évocation implacable des angoisses, de la douleur, des souffrances cachées. Le premier thème du Moderato, intense et dramatique, énoncé par les cordes donne le ton de la tragédie que quelques apaisements viennent momentanément soulager. La danse grotesque de l’Allegretto prend ici des allures grimaçantes qui donnent froid dans le dos. Le solo ironique du premier violon vient souligner ce décalage que prolongent les impressionnantes fanfares de cuivres. Avec Le Largo, véritable cœur de l’œuvre, le fond de l’abîme est atteint. L’intensité désespérée souligne encore la douleur profonde qui s’exhale ici sans exhibitionnisme. Le silence de mort qui conclut ce mouvement correspond au texte de Chostakovitch lui-même à propos de ses œuvres symphoniques : « La plupart de mes symphonies sont des monuments funéraires. Trop de gens, chez nous, ont péri on ne sait où. Et nul ne sait où ils sont enterrés. Même leurs proches ne le savent pas. Où peut-on leur ériger un monument ? Seule la musique peut le faire. Je leur dédie donc toute ma musique. »
Le contraste apporté par le final n’en est que plus terrifiant. Le mouvement le plus ambigu s’ouvre sur un apparent chant de triomphe. En tout cas pris comme tel par les autorités de l’époque. Ce triomphe pourrait bien être une revanche contre les persécutions subies. Cette course à l’abîme s’achève sur l’obsession d’un la aigu répété 252 fois par tout l’orchestre. L’apothéose tragique prend ce soir-là un relief saisissant. L’orchestre incandescent suit avec précision chaque indication du chef. L’équilibre des pupitres, le déploiement des couleurs, le choix des nuances, la souplesse du discours, l’absence de rigidité concourent à la réussite absolue de cette exécution mémorable.
Une ovation générale salue légitimement ce témoignage d’une parfaite entente entre le chef et les musiciens. Ceux-ci lui manifestent d’ailleurs une évidente reconnaissance. Souhaitons revoir à Toulouse ce jeune prodige que le monde musical s’arrache déjà !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 5 novembre 2016

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 
Programme du concert donné le 4 novembre
à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* L. Bernstein

- Ouverture de Candide

* G. Gershwin
- Rhapsodie in Blue

* D. Chostakovitch
- Symphonie n° 5

 

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index