www.classicToulouse.com
Annonces
 
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Odyssud
Saison 2017-2018
13/06/2017
Grands Interprètes
Saison 2017-2018
07/06/2017
Clefs de Saint-Pierre
Saison 2017-2018
17/05/2017
Dialogue aux Carmélites
Saison 2017-2018
04/05/2017
Orchestre du Capitole
Saison 2017-2018
17/05/2017
 
Critiques
 
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Karine Deshayes, alto
Chœur du Capitole
Chœur Les Eclats
27/05/2017
Grands Interprètes
Renaud Capuçon, violon
Nicholas Angelich, piano
23/05/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Marianne Crebassa, mezzo
19/05/2017
Clefs de Saint-Pierre
Portrait de groupe
15/05/2017
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
15/05/2017
Arts Renaissants
Ensemble Pulcinella
26/04/2017
Grands Interprètes
Martha Argerich
Stephen Kovacevich
pianos
24/04/2017
La Dame d'Aragon
Orchestre Symphonique
du Royaume d'Aragon
Ricardo Casero, dir.
21/04/2017
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Fantaisie et variations
autour de The Fairy Queen
20/04/2017
Grands Interprètes
Filarmonica Teatro Regio
Torino
Gianandrea Noseda, dir.
Betrand Chamayou, piano
18/04/2017
Orchestre du Capitole
Rafael Payare, direction
Benjamin Beilman, violon
14/04/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Adam Laloum, piano
07/04/2017
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, direction
Bach, Passion St Jean
31/03/2017
Orchestre du Capitole
Christian Zacharias, piano
et direction
25/03/2017
Les Arts Renaissants
Ensemble Les Surprises
22/03/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Jean-Pierre Canihac, dir.
19 et 20/03/2017
Grands Interprètes
Orchestre et Choeur de
l'Opéra du Bolchoï-Moscou
Tugan Sokhiev, direction
La Pucelle d'Orléans
P. I. Tchaïkovski
15/03/2017
Clefs de Saint-Pierre
Folk Songs
13/03/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Don Quichotte,
Jules Massenet
24/02/2017
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
20/02/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Lucas Debargue, piano
17/02/2017
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Raphaël Sévère, clarinette
10/02/2017
 
 

 

Concerts / Orchestre national du Capitole - Josep Pons , direction
Raphaël Sévère, clarinette - 10 février 2017
     

CRITIQUE

Naissance et fin du romantisme

Le retour à la tête de l’Orchestre national du Capitole du grand chef catalan Josep Pons célèbre, en quelques sortes, le dialogue par-delà les siècles entre deux compositeurs qui encadrent la prolifique période du romantisme musical. Avec son concerto pour clarinette, composé quelques mois seulement avant sa mort, Mozart marque la fin d’un certain classicisme. Dans sa 4ème symphonie, Anton Bruckner affirme commémorer « le chant du cygne du romantisme ». Avec la complicité du jeune clarinettiste Raphaël Sévère, Josep Pons exalte la belle palette des qualités de la phalange toulousaine.

Le sublime concerto pour clarinette et orchestre de Mozart ouvre donc cette soirée du 10 janvier. Le compositeur livre là un émouvant témoignage d’amitié écrit pour un de ses frères francs-maçons, le cor de bassiste et clarinettiste virtuose Anton Stadler. La partition originale était conçue pour la clarinette de basset en la, formée d'une extension à la clarinette en la qui permettait de se rapprocher d'un cor de basset et donc de jouer dans un registre plus grave. Quelques adaptations permettent, de nos jours, de jouer ce concerto sur une clarinette en la. Le jeune soliste de ce chef-d’œuvre, Raphaël Sévère, du haut de ses 22 ans, possède un palmarès étonnant. Lauréat de cinq concours internationaux, il a déjà reçu de prestigieuses récompenses pour ses enregistrements discographiques.



Raphaël Sévère, soliste du Concerto pour clarinette de Mozart - Photo Classictoulouse -
O

Il aborde Mozart avec une belle richesse de sa palette sonore… et une extrême mobilité de tout son corps. Son jeu explore toute la gamme possible des nuances dynamiques. Sans abuser des alternances forte-piano, il confère à chaque phrase un galbe d’une grande musicalité. L’opulence colorée de l’orchestre dialogue d’égal à égal avec le soliste. La magie de l’Adagio trouve son émouvante apothéose dans la reprise pianissimo du thème principal par une clarinette au timbre véritablement angélique. La volubilité la plus naturelle fait du Rondo final une sorte de jeu d’ombre et de lumière d’une touchante beauté. Largement fêté par le public sous le charme, Raphaël Sévère prolonge sa prestation avec l’une des Trois pièces pour clarinette solo d’Igor Stravinsky. Autre style, autre monde, mais toujours la même élégance.
Le contraste avec l’œuvre suivante s’avère saisissant. Il est vrai que l’orchestre d’Anton Bruckner n’a plus grand chose de commun avec celui de Mozart. Néanmoins, dans sa vision de la 4ème Symphonie en mi bémol majeur du maître de Saint-Florian, Josep Pons se garde bien d’accentuer la moindre lourdeur monumentale, soulignant plutôt la filiation de cette musique avec celle de Franz Schubert qu’elle prolonge naturellement. Jouée ici dans sa version révisée par le compositeur lui-même entre 1878 et 1880 et éditée par Leopold Nowak, cette cathédrale mystique apparaît, selon le grand chef Günter Wand, comme «  le reflet d’un ordre cosmique. »



Josep Pons à la tête de l'Orchestre national du Capitole - Photo Classictoulouse -

Le vaste édifice sonore s’ouvre sur un frémissement à peine perceptible des cordes. Sur ce substrat impalpable s’élève le chant éthéré du cor solo. Sublime entrée, à froid, à découvert et donc d’une extrême exigence. Saluons bien bas l’art, la technique et la musicalité de Jacques Deleplancque qui franchit le pas avec un panache et un raffinement qui ne se relâchent jamais, tout au long d’une œuvre qui ne l’économise pas. Sa contribution reste l’un des éléments majeurs de cette interprétation. Le chef construit l’édifice sonore que représente l’Allegro molto moderato initial avec une science d’architecte. Il ménage des crescendos progressifs qui donnent le frisson. Le recueillement de l’Andante, qui s’ouvre sur une sorte de marche funèbre, débouche sur un nouveau crescendo qui peu à peu illumine le paysage sonore comme un majestueux lever de soleil. Les appels rutilants des cuivres du Scherzo évoquent autant le monde de la chasse que l’héroïsme médiéval auquel se réfère explicitement le compositeur. Comme tout au long de cette exécution, le chef gomme quelque peu la brume pour exalter les couleurs d’une partition brillante. Des couleurs que l’orchestre ne se prive pas de délivrer avec un bonheur évident. Le mouvement final sonne comme un adieu émouvant à tout un monde de héros et de mythes. Encore une fois, admirablement élaborée par une direction acérée et précise, la riche orchestration déploie ses fastes dans une transparence peu courante. Josep Pons « allège » (si un tel terme peut s’employer pour Bruckner !) la structure sonore de l’ensemble. Le dernier crescendo (contrairement aux précédents, le plus souvent inassouvis) aboutit enfin à l’apothéose tant attendue qui conclut l’œuvre sur une somptueuse démonstration orchestrale.
Un accueil particulièrement chaleureux salue la performance. Josep Pons félicite chaque pupitre, chaque soliste avec affection et gratitude. A leur tour, les musiciens remercient ostensiblement le chef dont ils apprécient beaucoup le travail. Un autre grand concert à mettre au crédit de ce bel orchestre !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 11 février 2017

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 
Programme du concert donnés le 10 février 2017
à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse :


* W. A. Mozart
- Concerto pour clarinette en la majeur KV 622

* A. Bruckner

- Symphonie n° 4,
en mi bémol majeur
"Romantique"

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index