www.classicToulouse.com
Annonces
 
Grands Interprètes
Grigory Sokolov, piano
19/11/2019
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
Sol Gabetta, violoncelle
22/11/2019
Musique au Palais
Visages du Romantisme
Allemand
23 et 24/11/2019
Groupe Vocal Renaissance
de Toulouse
Marc-Antoine Charpentier
30/11 et 01/12/2019
Le projet DÉMOS
Présentation
07/10/2019
Toulouse Guitare
Saison 2019-2020
Présentation
13/09/2019
 
Critiques
 
Les Sacqueboutiers
Ensemble C. Janequin
Théâtre du Capitole
"Plaisir de gorge et joyeux
instruments"
17/11/2019
Les Arts Renaissants
Richard Galliano,
Prague String Quintet
14/11/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Victor Julien-Laferrière,
violoncelle
08 et 09/11/2019
Le forum ByPass
La Nuit Acousmatique
04/11/2019
Orchestre du Capitole
Lihua Tan, direction
Jian Li, piano
China Night 26/10/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Ye-Eun Choi, violon
18/10/2019
Grands Interprètes
Magdalena Kožená
Sir Simon Rattle
16/10/2019
Les Clefs de Saint-Pierre
Correspondances et
lettres intimes
14/10/2019
Toulouse Guitare
Rolf Lislevand
Alicia Stubbe
04/10/2019
Rendez-vous musical
Vincent A. Jockin
01/10/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Behzod Abduraimov, piano
14/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Préludes poétiques
01/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Terre, nature et liberté
25/08/2019
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Magnificat, Dies Irae...
13/08/2019
Musique au Brésil
Orchestre Symphonique
Municipal de Campinas
Victor Hugo Toro, dir.
Simone Leitão, piano
20/07/2019
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
Moondog
29/06/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Duende y misterio
16/06/2019
A bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Mistero Buffo
14 et 15/06/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Chœur du Capitole
Garry Magee, baryton
10/06/2019
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
05/06/2019
Orchestre du Capitole
Klaus Mäkelä, direction
István Várdai, violoncelle
25/05/2019
Grands Interprètes
Les Siècles
François-Xavier Roth, dir.
Marie Lenormand, mezzo
23/05/2019
Grands Interprètes
Budapest Festival Orch.
Iván Fischer, direction
Emanuel Ax, piano
20/05/2019
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
Louis Schwizgebel, piano
18/05/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Quatuor pour la fin du
Temps"
13/05/2019
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Anne Schwanewilms, sop.
11/05/2019
La Saison Bleue
Cuarteto Quiroga
30/04/2019
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
29/04/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Janina Baechle, mezzo
Christian Elsner, ténor
27/04/2019
Rotary-Tlse-Lauragais
Constant Despres, piano
Chœur Octambule
25/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
17/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Raquel Camarinha, sop.
Renaud Capuçon, violon
12/04/2019
Les Arts Renaissants
Thibaut Garcia, guitare
Boris Grelier, flûte
10/04/2019
Les Sacqueboutiers
La Maîtrise de Toulouse
"Missa pro defunctis"
09/04/2019
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Lilya Zilberstein, pianos
06/04/2019
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev,
piano et direction
05/04/2019
 
 

 

Concerts / Le forum ByPass - La Nuit Acousmatique
4 novembre 2019
     
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Les sortilèges de la Nuit Acousmatique

Le forum de création musicale ByPass, animé par le très imaginatif studio éole, présentait le lundi 4 novembre 2019, à 20 h 30, dans la grande salle d’Odyssud-Blagnac le concert d’ouverture de son édition 2019. Créée en 2015, cette manifestation annuelle tisse une relation privilégiée entre les compositeurs, leurs interprètes et le public, en s’appuyant sur les forces vives que constituent les institutions d’enseignement musical et les scènes de diffusion artistique.



François Bayle à Odyssud - Photo Bertrand Dubedout -
Cet événement important pour la création musicale est animé par le studio éole et en collaboration avec Odyssud-Blagnac, le Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse (CRR), l’institut supérieur des arts de Toulouse (isdaT), le théâtre Garonne et l’Ina-GRM (Institut National de l’Audiovisuel – Groupe de Recherches Musicales), avec le soutien de la Ville de Toulouse, du Conseil Départemental de la Haute Garonne et de la Spedidam.
Organisé sous la forme d’un forum de cinq jours, de trois concerts, de divers ateliers et d’une master-class, ByPass offre cette année ses espaces au compositeur François Bayle pour une semaine construite autour d’un événement exceptionnel : La nuit acousmatique à Odyssud ce lundi 4 novembre 2019.


Purgatoire & Paradis Terrestre - Les danseurs et l'acousmonium - Photo Bertrand Dubedout -
Ce concert spectacle est consacré à l’œuvre de François Bayle, présent pour cette manifestation exceptionnelle. Aux commandes de l’Acousmonium de l’Ina-GRM, véritable orchestre de haut-parleurs, François Bayle, l’un des derniers grands témoins et acteurs des révolutions musicales du XXe siècle, nous fait découvrir ce soir-là deux fresques majeures de son immense répertoire. Précisons que cet infatigable créateur n’aime pas trop parler de « haut-parleurs », mais préfère le terme de « projecteurs sonores », établissant ainsi un pont entre le son et la lumière.
La scène de la Grande Salle d’Odyssud est donc couverte ce soir-là d’une forêt de « projecteurs sonores », le mythique Acousmonium, conçu et inauguré par François Bayle en 1974. Aux manettes et aux consoles, François Bayle lui-même, tel un démiurge, préside à la diffusion de ces sonorités qu’il a patiemment imaginées, conçues, élaborée dans l’atelier audionumérique et multiphonique qu’il a fondé en 1990.


Purgatoire & Paradis Terrestre - Photo Bertrand Dubedout -
La première de ses œuvres qu’il présente ce 4 novembre date de 1972. Intitulée Purgatoire & Paradis Terrestre, cette vaste pièce acousmatique est inspirée de la Divine Comédie de Dante. Le support sonore d’origine intègre des lectures de Dante dites par le comédien Michel Hermon.
Exceptionnellement cette fois, ce voyage initiatique est accompagné, soutenu, croisé par une chorégraphie de Pierre Rigal, exécutée par un groupe d’une vingtaine de jeunes danseurs de l’isdaT, ainsi que par une mise en lumière de Christophe Bergon et Pierre Rigal. Le spectateur assiste donc à une expérience hors des conventions, sorte de contrepoint entre trois partitions : musicale, chorégraphique et lumineuse. La fusion s’opère sans redondance et avec une étonnante poésie.


Purgatoire & Paradis Terrestre - Photo Bertrand Dubedout -
Les éléments sonores brossent un tableau dynamique original, mêlant quelques bruits identifiables à un maelstrom acoustique impressionnant, habilement spatialisé. Quelques mélodies émergent et construisent le chemin qui, tel Virgile, conduit Dante vers Béatrice, son amour perdu.
La chorégraphie de Pierre Rigal tisse un commentaire visuel d’une grande poésie. Les corps forment des groupes fluctuants qui se font et se défont, jusqu’à la formation de files qui peu à peu s’effondrent. Chaque danseur s’implique personnellement et collectivement de manière particulièrement convaincante.
Le vocabulaire gestuel, certes éloigné du classicisme triomphant, joue un rôle important dans l’impact de l’ensemble. Finalement, un corps féminin émerge de la foule, comme pour symboliser l’apparition de cette Béatrice aimée et recherchée. La lumière accompagne cette quête avec intelligence, finesse et imagination.


Purgatoire & Paradis Terrestre - Photo Bertrand Dubedout -
La seconde partie de la soirée est consacrée à la création mondiale du dernier opus de François Bayle : Le Projet « Ouïr », scènes de la vie de l’écoute. Cette œuvre acousmatique, dite octophonique (basée sur huit sons), s’accompagne d’une simple modulation de la lumière qui éclaire l’Acousmonium. Elle se structure en cinq mouvements distincts. Etrangement, la partition (même en l’absence de notes sur une portée) s’écoute comme une symphonie en cinq mouvements. Chaque partie possède d’ailleurs un titre : successivement Qui ?, Comme…, …Sans…, Vers…, Où ?. Peut-être même peut-on imaginer ici un Allegro non troppo, là un Scherzo, ailleurs, un AndanteMême si les notes sont ici remplacées par des bruits évocateurs.


Le Projet « Ouïr », scènes de la vie de l’écoute - L'acousmonium seul en scène
- Photo Classictoulouse -

Comme un thème qui parcourrait toute l’œuvre, un fil rouge se tisse sous la forme d’éléments liquides. L’eau semble ici jouer un rôle essentiel, symbole d’une fluidité permanente. En outre, crescendos et decrescendos animent la dynamique, encore une fois comme dans une symphonie « classique » ! Le final est parcouru de pépiements d’oiseaux et se fond dans un silence touchant.
Un public nombreux et particulièrement attentif salue avec chaleur la performance. Public traditionnel ?, public nouveau ?, en tout cas public curieux ! Voici la preuve qu’il est toujours possible de sortir des sentiers battus et d’intéresser une large audience aux créations nouvelles. Bravo aux institutions qui ont permis l’organisation de cette soirée, en particulier aux responsables du studio éole, Bertrand Dubedout et Pierre Jodlowski, ainsi qu’à Emmanuel Gaillard, le directeur d’Odyssud Blagnac.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 8 novembre 2019

 

 

infos
 

Informations sur les activités du studio éole :

https://www.studio-eole.com/

Renseignements concernant Odyssud Blagnac :

https://www.odyssud.com/

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index