www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Livres / Le Fils – Michel Rostain
     
 

Prix Goncourt du premier roman

Metteur en scène d’opéras, directeur de la Scène nationale de Quimper-Théâtre de Cornouaille pendant treize ans, Michel Rostain se risque dans l’écriture au travers d’un récit complètement bouleversant, récompensé le 1er février dernier par le Goncourt du premier roman. Il est ici question d’un deuil. Mais pas n’importe lequel (si tant est…), celui d’un enfant, un deuil qui n’est pas dans « l’ordre » des choses et donc inacceptable. Et malheureusement l’auteur sait de quoi il parle, ayant perdu son fils unique. Le récit qu’il nous livre est une véritable mise en scène dans laquelle la plus profonde détresse croise un humour particulièrement corrosif.


 

Lion, le fiston, est frappé par une méningite foudroyante. En quelques jours, la bactérie s’empare de la vie de ce jeune homme de 21 ans. Et c’est Lion, lui-même, qui va, avec ses mots, son tempérament, son regard sur un monde d’adultes pétri de conventions, nous conter les évènements précédant sa disparition, sa mort, son enterrement, ensuite les réactions de ses parents mais aussi de ses amis. Le constat est terrible : on ne peut survivre à la mort d’un enfant. Et pourtant, la vie est la plus forte. Comment s’arrange-t-on alors dans ce maelström de douleurs insoutenables ? Ce roman, largement autobiographique, nous fait pénétrer plus particulièrement l’âme ravagée du papa, son refus de ne plus voir son enfant et même se séparer de ses cendres. Cet homme, totalement athée, va soudain se laisser surprendre par l’irrationnel.

N’ira-t-il pas jusqu’à disperser les cendres de Lion au pied d’un volcan… islandais, selon la volonté de son fils, peu de temps avant que celui-ci n’entre en éruption et bloque la moitié de la planète aérienne. Ce papa inconsolable devinera même, dans le lac qui baigne le pied du volcan, la figure altière d’un lion majestueux se dessiner dans l’eau. Et tout cela il l’évoquera, comme une échappatoire, presqu’en riant, et jusqu’à plus soif chaque fois qu’on lui parlera de son fils. Une façon de conjurer momentanément le cataclysme qui tente de le détruire.
Ce n’est plus une confidence aujourd’hui, mais la lutte de Michel Rostain pour repousser ce séisme est une magnifique leçon de courage. Et d’amour.

Robert Pénavayre

 

infos
 
 

« Le Fils », récit de Michel Rostain – OH ! Edition – 174 pages – 15,90 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index