www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Livres/ Dictionnaire amoureux du Liban - Alexandre Najjar
     

Dans l’ombre immense et bleue des cèdres : le Liban

Des villes en ruines, des routes éventrées, des visages de femmes et d'enfants ravagés par la peur et la souffrance, des attentats-suicides, des pays étrangers qui n’attendent qu'un signal pour fondre sur ce petit état, le Liban, pays des cèdres. Voilà ce qui persiste pendant des décennies dans notre mémoire de la réalité libanaise. Alors, ce "Dictionnaire amoureux du Liban" vient à point nommé pour donner une image proche de la réalité de ce pays et de ses habitants.

O

Alexandre Najjar, romancier, poète, directeur de revues littéraires, prix Hervé Delven de l'Académie française récompensant son action en faveur de la francophonie, Alexandre Najjar est une figure essentielle de la culture libanaise. Il ne veut pas entrer dans le labyrinthe des idées et des événements qui ont entraîné ce petit pays dans la guerre civile. Sans nier cette période fratricide, il veut nous proposer SON Liban, au fil de ses souvenirs. Tout en adoptant l'ordre alphabétique, il suit en filigrane un ordre du cœur. Ce dictionnaire est non seulement amoureux mais aussi militant pour son pays. Le lecteur emprunte ce parcours avec bonheur, un parcours émaillé de curiosités et de connaissances. On visite la glorieuse Antiquité avec les Phéniciens à Byblos, Tyr, ou bien Baalbek.

Les Phéniciens, ce peuple de navigateurs audacieux qui a écumé la Méditerranée jusqu'aux portes de l'Océan, a essaimé des comptoirs en vue d'échanges commerciaux, ayant pour seule boussole la Petite Ourse que les Grecs appelaient la "Petite Phénicienne". Afin de simplifier les échanges, ces marins ingénieux, audacieux, pragmatiques, inventèrent l'alphabet, remplaçant ainsi les idéogrammes trop compliqués ! L'auteur présente aussi les caractères du peuple par la gastronomie qui mélange les saveurs et les textures - mezzés, taboulés - tous ces plats apportés dans une mise en scène qui suscite échanges humains, discussions infinies. Alexandre Najjar n'oublie pas la littérature, la poésie et la philosophie. Passent alors les grands noms d'Andrée Chédid, Amin Maalouf, Khalil Gibran et... Jorge Amado, parce que son œuvre brésilienne possède des ressemblances troublantes avec la littérature libanaise. Même truculence, même joie de vivre, même sens de la famille, même foi proche de la superstition (voir le Turco de Gabriela, cravo e canela). Les connaissances amassées et les découvertes au fil de la lecture buissonnière de ce dictionnaire pourraient nous mettre d'accord avec le mot de Khalil Gibran : « Si le Liban n'était pas mon pays, je l'aurais choisi pour mon pays », dans l'ombre immense et bleue des cèdres, près des neiges, le lait de la vie.

Christian Chauzy

 

infos
 
 

"Dictionnaire amoureux du Liban",
Alexandre Najjar
Ed. Plon – 850 pages
Prix : 25 €.

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index