www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Livres/ 7 ans après - Guillaume Musso
     
 

« Homme libre, toujours tu chériras la mer »

Ce ne peut être un hasard si, tout au long du dernier roman de Gilbert Bordes, les vers du célèbre poème de Charles Baudelaire traversent notre lecture. Ce que nous propose ici le romancier, est de nous embarquer avec lui sur l’un de ces bateaux morutiers qui remontent l’Atlantique jusqu’au Labrador et parfois plus au Nord encore, à la recherche des bancs de poissons.

O

Ces navires sont ceux des terre-neuvas, ces pêcheurs de l’impossible, affrontant dans des conditions épouvantables de froid et de danger, un océan aux mille écueils, tempêtes, icebergs, brouillards, neige, entre autre. Ils pêchent alors à la ligne, nous sommes au début du 20ème siècle, à bord de petites embarcations, les doris, mises à l’eau depuis le morutier, et remontent à la force de leurs bras ces fameuses morues qu’espère toute l’Europe et qui leur permettent de vivre le restant de l’année, en attendant la prochaine campagne de pêche. Cette vie de terre-neuvas, Gilbert Bordes nous la fait vivre au travers de deux jeunes hommes aux origines bien différentes. D’un côté, Loïc, enfant de l’Assistance Publique, de l’autre Yann, fils d’un médecin de Paimpol, destiné à être officier dans l’Armée française. Ils vont se retrouver à bord d’un trois-mâts, le Reine Marie, en partance pour le Grand Métier.

Loïc n’en est pas à sa première campagne malgré son jeune âge, Yann est là parce qu’il a ressenti l’appel du large, lui le petit-fils d’un célèbre terre-neuvas disparu en mer quelques années plus tôt. Les deux jeunes gens vont s’épauler dans ce métier de forçats. Ils l’ignorent encore mais leurs destinées sont liées. Le violon du titre est le cadeau de rupture qu’une belle italienne a offert à Yann avant de disparaître dans la nature. Il le suivra toute sa vie. Entre roman d’aventure et intrigue sentimentale, l’auteur nous fait entrevoir la noblesse de ce métier, l’indescriptible puissance de l’appel du large, l’incroyable courage de ces hommes, la fraternité qui les soude, mais aussi la révolution industrielle qu’ils vont devoir affronter et le déchirement que va être pour eux l’abandon de la voile au profit de la vapeur. Suspense et émotion sont au rendez-vous de ce très beau roman qui fleure bon la légende de ces hommes aujourd’hui disparus.

Robert Pénavayre

 

infos
 
 

« Un violon sur la mer », roman de Gilbert Bordes XO Editions – 369 pages 19,90 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index