www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Festivals/ Déodat de Séverac - Christine de Suède, l'Européenne -
Les Sacqueboutiers - Quintet Philippe Léogé
- 14 mai 2016
     
COUP DE CŒUR
     

CRITIQUE

Passionnant dialogue des anciens et des modernes

En partenariat avec l'Association « Christine de Suède, l'Européenne », dans le cadre du programme Culture de l'Union européenne, et du projet européen éponyme, le festival Déodat de Séverac ouvrait sa saison, le 14 mai dernier, en l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines, avec un concert exceptionnel de l’ensemble de cuivres anciens de Toulouse, Les Sacqueboutiers. Consacré au programme intitulé « Le Jazz et la Pavane », ce vivifiant concert associe le Quintet de jazz de Philippe Léogé aux musiciens de l’ensemble toulousain de musique ancienne.

L’idée pouvait paraître un peu folle. Faire cohabiter des musiques que séparent quatre siècles d’évolution, cela tient vraiment du challenge. Et pourtant c’est bien ce que Les Sacqueboutiers et leurs amis du Quintet de jazz réuni autour de Philippe Léogé tentent et réussissent avec panache.



Les musiciens des deux ensembles réunis - Photo Classictoulouse -

Jazz et musique de la Renaissance semblent a priori développer des sonorités, des pratiques instrumentales, des styles bien éloignés. Jean-Pierre Canihac, fondateur et co-directeur musical des Sacqueboutiers, n’a pas eu de mal, ce soir-là, à convaincre du contraire. La chaîne subtile mais solide qui relie la musique de la Renaissance au Jazz a pour nom « improvisation » ! Appelée ornementation ou diminution, pour la première, l’improvisation constitue la sève créatrice du Jazz. Alors pourquoi ne pas mêler les deux et demander aux jazzmen leurs commentaires musicaux sur les « standards » de la musique ancienne ? Le grand jazzman Philippe Léogé a conçu pour cela une série de grilles d’improvisation basées sur les motifs issus du très riche patrimoine de la musique ancienne. Chaque pièce interprétée naît ainsi d’un original, joué par les musiciens de l’ensemble Les Sacqueboutiers, Jean-Pierre Canihac, cornet à bouquin, Daniel Lassalle, sacqueboute, Yasuko Uyama-Bouvard, orgue et clavecin, et Florent Tisseyre, percussions, tous experts en matière de musique ancienne et en particulier en ornementation dans le style Renaissance. Le relais est alors pris par Philippe Léogé au piano et ses compères, tous virtuoses impressionnants dans leur domaine : Claude Egéa, trompette, Robinson Khoury, trombone, Jean-Pierre Barreda, contrebasse et Fabien Tournier, batterie et percussions.



Les deux percussionnistes : Florent Tisseyre (des Sacqueboutiers), Fabien Tournier
(du Quintet de jazz) - Photo Classictoulouse -

Comme un hymne à la liberté du jeu musical, la fusion des deux mondes s’avère particulièrement jubilatoire. Une étonnante « Bombarde », Credo de la messe du manuscrit d’Apt, datant du XIVème siècle, ouvre la séance sur une sorte de musique d’avant-garde, truffée de contretemps, de hoquets, sur des harmonies pleines d’audace que les jazzmen triturent avec délice ! Une série de duos instrumentaux paraphrasent ensuite les fameuses « Ricercadas » de l’Espagnol Diego Ortiz, actif en plein XVIème siècle. Tour à tour, sacqueboute et trombone, cornet et trompette, puis cornet et sacqueboute, et enfin trompette et trombone, échangent et accordent leurs humeurs.
Diminutions et improvisations délirent avec nostalgie sur le villancico de Juan Vasquez « Con que la lavaré », un grand moment d’émotion d’une douloureuse douceur. Instruments anciens et modernes conjuguent leurs sonorités complémentaires avec finesse et complicité.
Le duo clavecin-piano (avec intervention de l’orgue) convient parfaitement à la stupéfiante « Toccata settima » de Michelangelo Rossi dont Yasuko Uyama-Bouvard s’est fait une spécialité. Son chromatisme exacerbé, d’un stupéfiant modernisme, donne à Philippe Léogé les outils d’une improvisation débridée dans laquelle le piano semble prolonger les délires du clavecin. Débridé aussi, le duo entre le cornet et la trompette de « Su la Cetra amorosa », de Tarquinio Merula, l’est assurément ! Comme une dispute entre les deux instruments que l’emballement de la batterie finit par calmer après une impro ébouriffante du trombone…



L'ensemble des musiciens au salut. De gauche à droite : Jean-Pierre Canihac,
Yasuko Uyama-Bouvard, Florent Tisseyre, Fabien Tournier, Daniel Lassalle,
Jean-Pierre Barreda, Robinson Khoury, Philippe Léogé et Claude Egéa
- Photo Classictoulouse -

Après les très belles improvisations sur la passacaille et la ciaccona d’Andrea Falconiero, tous les musiciens se retrouvent autour de la célèbre « ensalada » intitulée « El Fuego », de Mateo Flecha, l’un des tubes incontournables des Sacqueboutiers, dans sa version originale avec chanteurs. Les instruments miment ici les voix dans un jeu éblouissant de questions-réponses.
L’ovation que reçoit cette succulente association musicale obtient un retour des musiciens pour un bis qui prolonge le plaisir du dialogue. L’extrait des Symphoniae Sacrae de Heinrich Schütz « Es steh Gott auf », SWV 356, complète ce panorama iconoclasque et inventif.
L’ardeur avec laquelle les musiciens communient dans la même joie d’échanger est communicative. Un grand bravo à tous avec une mention spéciale à Philippe Léogé pour ses arrangements subtils et magnifiquement musicaux ! A coup sûr, Claude Nougaro, l’inventeur du mélange « Le Jazz et la Java », aurait apprécié cet autre mariage baptisé par les musiciens « Le Jazz et la Pavane », en hommage à ce troubadour des temps modernes…

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 15 mai 2016

 

infos
 

Renseignements et
réservations :


Festival Déodat de Severac / Maison Déodat de Severac
31540 St FELIX LAURAGAIS
Renseignements et réservation :
Tel : 05 61 83 01 83 ;
festiseverac@orange.fr

http://www.festival-deodat-de-severac.fr/

 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index