www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Festivals / Chorégies d'Orange 2010 -
Tosca - G. Puccini 18/07/2010
     
CRITIQUE

Le maestro Mikko Franck porte Tosca sur des sommets

Si nous nous imaginions connaître Tosca sur le bout des doigts, le jeune chef finnois (31 ans) Mikko Franck vient de nous infliger un cuisant démenti.
Dès la première mesure de cette partition entendue des centaines de fois, les sens, y compris ceux des plus aguerris, se mettent en alerte. Il ne faut pas longtemps à Mikko Franck pour s’emparer musicalement et dramatiquement de cet opéra et le faire respirer avec passion, vibrer avec puissance et nous le faire littéralement exploser à la figure dans des couleurs, des phrasés et une dynamique inouïs. Au mieux de sa forme, le Philharmonique de Radio France cède à toutes les exigences du jeune chef, reconnaissant en lui l’étoffe des très grands. Une formidable et amplement justifiée ovation les attendait au salut final !


Catherine Naglestad (Tosca)
et Roberto Alagna (Mario)
« Photo Grand Angle Orange »

 

Sur le plateau, et malgré la méforme totale de Falk Struckmann (Scarpia), une méforme qui l’obligea à transposer dans le 2nd acte puis quasiment à parler pour achever sa prestation, Raymond Duffaut nous avait préparé de beaux rendez-vous.
Pour ses débuts à Orange, l’Américaine Catherine Naglestad est une Floria Tosca d’une suprême musicalité.  Certes, à l’analyse, on pourra regretter un bas medium et un grave relativement confidentiels, mais quel registre supérieur, d’une puissance, d’une rondeur d’émission et d’une luminosité qui forcent l’admiration. Interprète sensible, elle incarne finalement la diva puccinienne avec une forte conviction et beaucoup d’émotion.
A ses côtés, pour sa douzième apparition (et ce n’est pas fini…) devant le célèbre Mur antique, Roberto Alagna se présente dans l’un des rôles qui conviennent le mieux aujourd’hui à sa voix. La projection est

toujours aussi percutante sur l’ensemble d’un ambitus d’une parfaite homogénéité. Quant à l’intensité irradiante du timbre, elle n’a d’égal que ce large phrasé dont Roberto Alagna s’est depuis longtemps fait une si précieuse qualité. Cela dit et à l’évidence, la voix (l’aigu en particulier) de cet artiste laisse entrevoir qu’il envisage aujourd’hui d’autres rôles plus dramatiques. Le Cid, de Massenet, qu’il aborde à Marseille la saison prochaine le confirme bien.


Vue d’ensemble de la production pendant les saluts (Photo Ch. Lopez)

Nadine Duffaut (mise en scène) habille le Mur d’un gigantesque tableau, façon Renaissance italienne, représentant une madone bien sûr. Prenant congé de l’espace temporel du drame de Victorien Sardou, elle confond diverses époques afin de montrer la pérennité terrifiante de l’absolutisme à travers les siècles. Sa direction d’acteurs est précise, faisant preuve à maintes reprises de pertinence et d’originalité, par exemple l’idée de montrer en transparence du tableau la salle de torture au 2nd acte. Quant au final, point de saut dans le vide pour Tosca mais sa disparition dans le fameux tableau qui, alors, va se fissurer. La diva qui ne vivait que d’art et d’amour se transcende alors dans l’immortalité de l’œuvre picturale. Pourquoi pas ? Moins spectaculaire peut être mais d’une toute autre portée.


Le chef d’orchestre Alain Altinoglu
(Crédit photo : Fred Toulet)

 

Mireille dans ses murs
Les 4 et 7 août prochains, les Chorégies accueilleront l’opéra de Gounod : Mireille. Si l’on peut regretter que cet ouvrage, magnifique ne l’oublions pas, n’apparaisse en ce lieu qui lui semble réservé que si tardivement, ce n’est pas une raison justement pour laisser passer une telle occasion. D’autant que la distribution s’annonce intéressante, au même titre que la production signée d’un maître des lieux : Robert Fortune, et, surtout, la direction musicale d’Alain Altinoglu dont toutes les apparitions sont saluées par des critiques qui virent à de véritables  dithyrambes.

Robert Pénavayre

 

infos
 
Renseignements et réservations : www.choregies.com
 
 
 
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines


2010-2011
 
 
 
 
2011-2012
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index