www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 

 

Entretien avecSophie Koch - Théâtre du Capitole (3/11/2005)
     
Sophie Koch sera Mignon au Capitole de Toulouse

Opéra



« C'est toujours agréable de chanter dans son pays »

Après avoir incarné Cherubino sur notre scène en 2002, le jeune mezzo français Sophie Koch, aujourd'hui demandé sur les plus grandes scènes du monde, revient cette année à Toulouse pour.quatre productions ! Habitant entre Castelnaudary et Carcassonne, c'est en voisine que nous l'avons rencontrée, afin qu'elle nous parle de sa prise de rôle imminente de Mignon au Capitole

 : Cette saison, le public toulousain vous verra à l'affiche pour quelques vingt et une représentations

Sophie Koch : Effectivement, j'ai la chance de venir cette année régulièrement à Toulouse et de joindre donc l'utile à l'agréable car j'habite tout à côté. Cela me permet d'aborder des prises de rôles (ndlr : Mignon et Néron du Couronnement de Poppée) avec un maximum de sérénité. De plus, pour moi, Toulouse est au même niveau lyrique que Paris, sauf que l'ambiance y est beaucoup plus détendue et familiale, mais tout aussi prestigieuse et professionnelle que bien d'autres scènes internationales.

: De Monteverdi à Laurent Petitgirard, votre répertoire recouvre cinq siècles de création musicale. Où en sont malgré tout vos préférences ?

S.K. : Au stade de ma jeune carrière et de l'évolution de ma voix, c'est certainement le 19 ème siècle allemand (pour la mélodie) et français, autant sur le plan vocal que psychologique.

: Aujourd'hui vous abordez un parangon de l'opéra comique français : Mignon

S.K. :Je pense qu'il faut défendre ce répertoire. Mignon est rarement à l'affiche et c'est grandement dommage. De plus il y a peu de rôles à la fois intéressants vocalement et dramatiquement pour la voix de mezzo. Cet opéra est très bien écrit, il met les voix en valeur et il est divertissant pour le public. Le personnage de Mignon est varié, surtout dans l'écriture vocale de chaque air qui ont chacun un sentiment différent à exprimer.

: Vous venez d'abandonner Rosine du Barbier rossinien

S.K. : Effectivement, aujourd'hui, sous l'impulsion de Cecilia Bartoli, une certaine école de chant s'est emparée de ce rôle, comme de biens d'autres. En fait je suis issue d'une autre tradition ayant pour habitude, tout en gardant une certaine agilité, de faire des vocalises plus liées. Donc je passe à autre chose, et en 2008 j'aborde Adalgisa en Avignon, pour rester dans le domaine de l'opéra italien des débuts du 19 ème siècle. L'important dans les rôles que je chante où que je chanterai est de garder de la souplesse dans l'émission.

: Une partie de vos projets vous ancre fermement dans le répertoire français

S.K. : Effectivement, je vais aborder très prochainement Werther à Berlin, Mignon donc à Toulouse où je reviendrai en 2007 pour Le Roi d'Ys. Pour l'instant je n'envisage absolument pas Carmen, je regarde davantage les Berlioz et quelques Massenet pas très connus. Et pourquoi pas un jour la Brangaene de Tristan et Isolde que je viens de refuser à Glyndebourne. Pour l'heure, je vais faire Nicklausse des Contes d'Hoffmann au Met, ce sera mes débuts dans ce théâtre.

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 5 novembre 2005



     
     

 

infos
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index