www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Entretien avec Inva Mula-Soprano - L'Elixir d'amour (26/01/2006)
     

Inva Mula dans La Traviata au Capitole de Toulouse en mars 1999 (photo Patrice Nin)

     
 

 

« Je rêve de chanter Donna Anna »

Les présentes reprises du chef d’œuvre de Gaetano Donizetti, L’Elisir d’amore, nous offrent pas mal de bonheurs, mais l’un des plus palpitants est certainement celui de retrouver la soprano albanaise Inva Mula, naturalisée française depuis une quinzaine d’année. Invitée pour la quatrième fois à Toulouse, après Traviata en 1999, Béatrice et Bénédict en 2003 et La Rondine en 2005, elle sera  l’héroïne de ce délicieux opéra bouffe.
Pour vous, nous l’avons rencontrée.

Classic Toulouse : Vous chantez  Adina pour la première fois à Toulouse, c’est un rôle que vous connaissez bien.

Inva Mula : Adina est un rôle pur de bel canto et, à ce titre, il est difficile à chanter. Certes, ce rôle ne comporte pas de « tube », comme celui de Nemorino, mais il y a des moments d’un intense lyrisme dans lesquels Adina peut vraiment exprimer ses sentiments. C’est le genre de personnage qui me fait du bien, car non seulement il est sympathique mais en plus l’action dans laquelle il évolue n’est pas une tragédie. Cela fait longtemps que je n’ai pas interprété Adina, et c’est un grand plaisir pour moi de ne pas sortir de répétition « blessée » par des histoires douloureuses.

: Quels sont vos autres rôles aujourd’hui ?

I.M.: Je viens de faire  les Contes d’Hoffmann à Madrid dans une magnifique production de Nicolas Joel. Le rôle d’Antonia fait parti intégrante de ma carrière au même titre que celui de la Traviata et Gilda. Aujourd’hui, on me propose d’aborder l’Amelia de Simon Boccanegra, mais aussi  Thaïs. La saison prochaine je chanterai ma première Rozenn du Roi d’Ys pour l’ouverture de la saison lyrique du Capitole.

 : Ces derniers rôles semblent montrer une inflexion dans votre répertoire

I.M.: Oui et non. En fait je conjugue depuis longtemps des rôles aux exigences techniques différentes. Par exemple La Rondine est un ouvrage relativement lourd, en particulier le dernier acte, et bien je me débrouille pour avoir à la suite, pas en même temps bien sûr, un rôle comme Gilda, ce qui me permet de garder ma souplesse d’émission. Tant que je pourrai faire çà, je pense que ma voix ne s’abimera pas. Je n’abandonnerai jamais ce genre de travail.

: Et Mozart ?

I.M.: On ne me le propose pas, tout simplement. Je rêve de faire Donna Anna. Il y a quelques années, j’ai beaucoup chanté Suzanne des Noces de Figaro et puis, plus rien. Aujourd’hui je me sens prête pour la Comtesse ou bien Ilia d’Idomeneo. Je suis moins attirée par Pamina car son passage le plus beau, je le chante déjà en concert.

 : Vous avez peu chanté à l’Opéra de Paris

I.M.: Vous avez raison, je n’ai été invitée que deux fois, pour une  Carmen (Micaela) et une Traviata. Point. Je le dis tout haut et tout fort, je suis heureuse que Nicolas Joel prenne la direction de l’Opéra de Paris. C’est un vrai professionnel du métier connaissant aussi bien la scène que les voix. Aujourd’hui, tout le monde lui fait des compliments, moi je connais tout son talent depuis mars 1999, c'est-à-dire depuis la première fois que je suis venue à Toulouse.

 : Vos projets français ?

I.M.: En plus de Rozenn à Toulouse, je reviens également au Capitole pour les Contes d’Hoffmann la saison prochaine, dans la coproduction que vous avez faite avec Madrid. Je serai également Traviata en Avignon puis, à Orange, en 2008 Marguerite du Faust de Gounod avec Roberto Alagna dans une mise en scène de Nicolas Joel  et, en 2009, Pagliacci, toujours avec Roberto Alagna.

 : A propos de ce dernier, quel regard portez-vous sur ses démêlés avec la Scala de Milan ?

I.M.: Je n’ai eu que des échos de ce qui s’est passé. De toute façon, je suis toujours du côté de l’artiste car parfois on éprouve, en scène, des moments de solitude que vous ne pouvez imaginer.


Propos recueillis par Robert Pénavayre






 

 

 

 

 

 

.

 

infos
 

Représentations de l'Elixir d'amour :
26 & 30 janvier, 2 & 6 février 2007
à 20 h
28 janvier & 4 février 2007 à 15 h
Renseignements et réservations www.theatre-du-capitole.org

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index