www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Entretien avec Max Emanuel Cencic - La Chauve-Souris 23/12/06
     

 

"Je suis un vrai mélange
viennois !"

Les spectateurs du Capitole l’ont découvert et acclamé pour son interprétation d’Ottone dans Le Couronnement de Poppée la saison dernière. Revoici le jeune contre-ténor Max Emanuel Cencic, cette fois dans le rôle du Prince Orlofsky, pour la nouvelle production de La Chauve-souris de Johann Strauss qui clôture en musique l’année 2006 au Théâtre du Capitole.


Rencontre avec un artiste super sympa, né à Zagreb de parents austro-slovène et hongrois.

Déjà tout un programme…musical !


ClassicToulouse
 : Entre sopraniste, falsettiste, haute-contre ou encore contre-ténor, les amateurs d’opéras, même chevronnés, y perdent leur latin lyrique. Vous vous définissez comme un contre-ténor. Quelles sont les caractéristiques de votre registre ?

Max Emanuel Cencic : Du 17ème au 19ème siècle les castrats chantaient les parties d’alto, de mezzo-soprano et de soprano. Aujourd’hui, fort heureusement, il n’existe plus de castrats. Les derniers se sont éteints à la fin du 19ème siècle. L’appellation « contre-ténor » est d’origine anglaise, issue de la tradition chorale de ce pays. Un falsettiste chante tout simplement en voix de tête. L’école espagnole des falsettistes domina pendant longtemps la Chapelle Sixtine. Ils furent ensuite remplacés par les castrats. Il ne faut pas non plus confondre avec haute-contre qui est quelque chose de complètement différent. Alfred Deller fut le premier contre-ténor à reprendre le programme des castrats. En fait, contre-ténor et falsettiste, c’est la même chose. Pour ma part, et dans ce registre, je suis mezzo-sopraniste. Mais je crois que pour ne pas troubler davantage vos lecteurs sur ces techniques, il vaut mieux arrêter là (grand rire…cristallin).

  : Comment en êtes-vous arrivé au chant ?

Max Emanuel Cencic : J’ai commencé très tôt car ma mère et ma tante sont chanteuses d’opéra et mon père, lui, est chef d’orchestre. Donc, chanter était un jeu naturel chez moi. Et je n’ai jamais cessé de chanter depuis mon enfance. J’ai arrêté simplement, en une sorte de break, entre 19 et 23 ans, je suis allé découvrir le monde. En plus je n’étais pas sûr d’avoir un talent d’artiste. Mais au bout de quatre ans, j’ai compris que chanter était vraiment ce que je voulais faire. Alors j’ai repris, construisant ma jeune carrière entre hasard et destinée.

  : Quelles sont les contraintes spécifiques à votre registre ?

Max Emanuel Cencic : C’est la même méthodologie que pour les danseurs. Il faut démarrer très jeune et ne pas s’arrêter pendant la croissance, au contraire, il faut travailler la souplesse deux fois plus, car après, c’est trop tard. Tout est question de flexibilité dans les muscles et les ligaments. Par contre, je ne peux faire marche arrière, c'est-à-dire chanter aujourd’hui comme un ténor classique, car, lorsque ma voix descendrait dans la voix de poitrine, j’émettrais des sonorités féminines.

 : Quel est votre répertoire ?

Max Emanuel Cencic: Je chante avant tout les œuvres d’Haendel, Monteverdi et Vivaldi.

  : C’est la première fois que vous chantez Orlofsky ?

Max Emanuel Cencic : Exact et, en plus, c’est la première fois que je chante en français. Et avec les récitatifs, c’est vraiment difficile. Cela dit, faire interpréter Orlofsky par un contre-ténor est un gag, simplement, qui participe au concept général de l’opérette qui est celui du divertissement. Et rien d’autre.

  : Quels sont vos projets ?

Max Emanuel Cencic : Je suis en train de finir un récital Rossini pour EMI. Pour la scène je vais chanter le Tamerlano de Haendel à Glasgow et Edimbourg, Toujours de Haendel, je serai à Gêne pour son Giulio Cesare in Egitto. En mai 2007, je débute au Théâtre des Champs Elysées avec le Al Ayre Espanol Orquesta.

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 12 décembre 2006
     
     

 

infos
 
 

Prochaines représentations de la Chauve-Souris:
23, 24,27, 28, 29 &
31 décembre 2006 à 20 h
25 & 30 décembre à 14 h
Renseignements et réservations www.theatre-du-capitole.org

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index