www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

DVD/ Don Giovanni - W.A. Mozart
   
 

Don Giovanni dans le marbre du MET.

Le célèbre théâtre lyrique new-yorkais n’a jamais brillé par des mises en scène avant-gardistes. Public oblige. Il faut toutefois lui reconnaître de faire, parfois, particulièrement bien les choses.
Ainsi en est-il de ces reprises (2000) du Don Giovanni mozartien dans la production que Franco Zeffirelli créa in loco en 1990. Dans les décors monumentaux du maître et des costumes absolument somptueux d’Anna Anni, la mise en scène suit au millimètre une partition déjà bourrée d’intentions. Le résultat est parfaitement fluide, laissant un espace d’expression à l'humour permettant ainsi au drame de rebondir avec encore plus d’intensité.

La distribution est, évidemment, à l’image des moyens de cette salle. Colossale ! Il faut tous les citer, du couple Zerlina/Masetto, merveilleusement poétique et attachant, interprété avec bonheur par Hei-Kyung Hong et John Relyea, au sismique Commandeur de Sergei Koptchak, sans oublier bien sûr Paul Groves, Ottavio au phrasé superbe, à l’émission d’une exemplaire souplesse et à la musicalité renversante, mais aussi Ferruccio Furlanetto, Leporello au timbre charnu (même si le grave fait parfois défaut…), Solveig Kringelborn, Elvira pathétique de renoncement et de soumission, dont l’habileté vocale lui permet de franchir quelques passages délicats dans l’aigu, enfin Bryn Terfel, le Don de cette production, tout d’une pièce, vulgaire et violent à souhait, à l’image  des hommes de pouvoir, quelque peu en difficulté rythmique dans l’air du Champagne, domine par ailleurs un rôle qui  ne pose en vérité aucun problèmes vocaux à ses interprètes.
Mais une artiste plane littéralement au dessus de ce plateau déjà relevé, c’est la Donna Anna de Renée Fleming. Alors au faîte de sa carrière et de sa forme vocale, elle était une Anna idéale d’engagement dramatique et de perfection vocale. Dire que le public new-yorkais lui réserva une véritable ovation tient de l’euphémisme.
Dans la fosse, l’immuable James Levine dirigeait de la façon la plus romantique possible les phalanges du MET, se laissant aller parfois à quelques lourdeurs que l’on peut regretter.
Un dernier point, la prise de vue et les éclairages font de cette captation en direct un témoignage quasiment cinématographique. Superbe !

Robert Pénavayre

 

infos
 


« Don Giovanni » DGG – Réf n° 00440 073 4010 – 2 dvds

 

 

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index